Uncategorized

Le tableau du comportement de Zélie : appliquer la pédagogie positive à la maison

Depuis quelques mois, Zélie a beaucoup de difficultés à faire face à ses émotions, qu’elles soient positives ou négatives. Elle refuse la frustration et se met souvent dans des états pas possibles pour ce qui nous semble, à nous les adultes, de simples broutilles. 

On s’est énervés, on a puni, on a grondé, on a ignoré, on a câliné, on a discuté … Mais rien ne semblait fonctionner sur le long terme, Zélie continuait à hurler lorsqu’on lui disait non, à taper dans le mur à la moindre contrariété et chaque sortie devenait un véritable calvaire comme si pour elle, tout était prétexte à pleurer. 

Avec son papa, on avait bien remarqué qu’elle était dépassée par ses émotions, qu’elle n’arrivait pas à les gérer et on s’est dit que ça ne pouvait plus continuer comme ça parce qu’elle était malheureuse et nous, de notre côté, on se sentait un peu désarmés !! On était fatigués et on culpabilisait de ne pas réussir à l’aider.

C’est donc dans cet état d’esprit que notre météo du comportement a vu le jour ! Voici de quoi il est composé : 

– Un tableau format A3 que j’ai entièrement créé et plastifié :

En haut, le prénom de ma puce est noté au feutre effaçable à sec. Ainsi, quand il deviendra inutile pour Zélie, il pourra également servir à son petit frère (en espérant que nous n’en ayons pas besoin ^^) 

Au milieu : les jours de la semaine avec en dessous de chacun, une case vide. 

En bas, une espèce de jauge avec les pictogrammes qui représentent le comportement de Zélie tout au long de la journée. Deux soleils, deux nuages et deux orages. 

– une photo d’identité avec un peu de Patafix 

– 21 pictogrammes représentant 7 soleils, 7 nuages et 7 orages.

Comment fonctionne notre tableau du comportement ? 

Chaque matin, la journée commence sur le premier soleil et si Zélie fait une colère disproportionnée ou une chose interdite à la maison (frapper, pousser, jeter les jouets…), on avance la photo de ma puce sur le pictogramme juste à côté. Aucune punition n’est associée au déplacement de la photo sur la jauge du comportement. En revanche, nous discutons beaucoup sur les raisons de la colère qui vient d’avoir lieu ou sur le geste interdit. Enfin, ensemble, nous cherchons un moyen de réparer la faute : dire pardon et embrasser la personne qu’elle a tapé, ramasser et ranger pour la journée l’objet qui a été jeté… 

J’ai choisi de mettre sur la jauge deux mêmes pictogrammes au lieu d’un, car je pars du principe qu’on a tous droit à l’erreur et que moi-même ayant parfois du mal à me contenir, il est certainement plus difficile pour ma fille d’y arriver. Ainsi, elle n’est pas punie d’avoir fait une colère en ayant directement un nuage ! En gros, elle a encore une chance de garder son soleil ! 

A la fin de la journée, juste avant de monter se coucher, nous nous retrouvons devant le frigo et nous regardons sur quel pictogramme se trouve la photo de Zélie. On discute un peu, je la félicite si c’est un soleil et si ce n’est pas le cas, je lui dis que demain elle aura l’opportunité d’en avoir un. Zélie prend donc le petit pictogramme correspondant dans les petites cartes découpées, mets une boule de patafix à l’arrière et la colle sous le jour (on est bien d’accord, elle ne connait pas encore les jours de la semaine. je dois souvent lui dire où mettre son pictogramme ^^) Puis, Zélie décolle sa photo et la remet sur le premier soleil. La journée qui vient de se passer est terminée, on oublie tout ce qui s’est déroulé et on part se coucher pour repartir sur de nouvelles bases le lendemain matin ! 

Depuis que nous avons mis en place ce système, vous auriez aimé que je vous dise que les colères et les bêtises avaient entièrement disparues. Ce n’est pas le cas. Et heureusement, parce que c’est une étape naturelle dans le développement de l’enfant. En revanche, nous passons cette période avec beaucoup plus de sérénité. Certes, Zélie a encore des accès de fureur où elle se met à hurler à la moindre contrariété, comme si c’était le seul moyen pour elle de décharger toute la tension qu’elle a en elle. Dans ces cas là, je la laisse faire et au besoin je l’isole d’une part pour ne pas qu’elle réveille son frère si celui-ci est à la sieste et d’autre part pour lui laisser le temps de se calmer. Une fois que la pression redescend, je la prends dans mes bras et je la laisse se calmer tranquillement. Une fois qu’elle s’est calmée, on en discute. Elle m’explique avec ses mots, ce qui s’est passé, ce qu’elle a ressenti. A mon tour, je lui donne mon ressenti et si cette colère était vraiment disproportionnée par rapport à la situation, nous allons ensemble avancer sa photo sur la jauge. Encore une fois, nous échangeons beaucoup à ce sujet. Sans jamais la gronder ou la faire culpabiliser, je lui explique qu’il y a d’autres manières de me dire qu’elle n’est pas d’accord avec la décision que j’ai prise (ne pas manger de pain à 18h30, ne pas pousser son frère, ne pas lui prendre un jouet de ses mains…). Très souvent, elle en profite pour reformuler son désaccord et à mon tour je lui donne des arguments sur ma décision (nous allons bientôt manger, Malo n’a pas beaucoup d’équilibre, il va être triste si tu prends le jouet de ses mains…)

Les premières semaines, il y avait beaucoup d’orages, souvent des nuages et bien peu de soleils. Puis, petit à petit, les soleils sont devenus plus nombreux. 

Et maintenant ? 

Souvent dans une semaine, on retrouve 5 soleils et deux nuages ou orages. On peut dire que notre tableau du comportement nous satisfasse. 

D’un côté, se sachant écoutée, Zélie utilise moins souvent les hurlements et nous explique avec ses mots à elle sa frustration ou sa colère (même si parfois il y a encore des ratés ^^) 

D’un autre côté, nous avons appris à détecter les signes avant coureurs d’une colère et on tente de désamorcer la situation bien avant qu’elle ne s’envenime. 

Notre petite fille est beaucoup plus sereine, les cris de colère sont moins réguliers. 

Vivement la semaine remplie uniquement de soleils !!!!!!!!! 

Si vous pensez que ce genre de dispositif puisse avoir sa place dans votre famille, je serai ravie de vous le partager. Pour cela, je vous laisse m’envoyer un email à monbazarcolore@gmail.com et je vous répondrai au plus vite en joignant les fichiers. 

Et chez vous, ça se passe comment ce fameux terrible two ?

 

6 Comments on “Le tableau du comportement de Zélie : appliquer la pédagogie positive à la maison

  1. Le terrible two est tjs d’actualité pour Emmy 😉 enfin presque! Elle maîtrise très mal ses émotions et c’est éprouvant au quotidien… J’ai essayé bcp de choses, pas le tableau comme toi mais j’avoue être un peu « résignée ». J’essaie de rester calme et à l’écoute, je reformule et explique pourquoi c’est démesuré. C’est une vraie éponge à émotions de toute la famille et elle ressent tout avec plus de force….

    1. en te lisant j’ai l’impression que tu parles de Zélie. Depuis qu’on en discute c’est devenu (un peu) plus simple. Elle arrive à mettre des mots sur ses ressentis et ses émotions, expliquer pourquoi elle est en colère ou triste. il y a de chouettes livres sur le sujet qui pourraient t’être utiles (notamment la couleur des émotions 😉 )

  2. Super!! J’ai pensais aujourd’hui même à ton tableau… je me suis dit je vais attendre son article! Et je vois qu’en effet ça vous a bcp aidé dans la famille et comme tu dis aussi à savoir désarçonner avant que ça se produise Car en effet nos petits bouts son dépasser et comme pour tout on doit les diriger, les aider à gérer tout ça! Travail difficile souvent!!
    L’idée est très bonne de mon point de vue que si, comme tu le fais, on explique bien et que ça ne tourne pas en punition d’un « mauvais » comportement! Alors la je te rejoins Car souvent les enfants ont besoin d’image ou de couleurs ou d’autres supports visuel pour comprendre! Donc je pense que je vais réfléchir de mon côté aussi à en mettre un en place… Car je sais que mes réactions ne sont pas adaptés souvent… j’ai du mal à être patiente face aux colères qui me semble pas justifié!
    Super article! Merci

    1. on utilise ce tableau vraiment comme un outil, et il est entré dans notre routine. On le remplit le soir avant de se coucher 🙂 mais en aucun cas il devient une punition, au contraire 🙂 pour te donner un exemple : si Zélie fait une colère comme elle sait les faire parce que Malo l’a regardée (oui oui ça arrive !!!) je lui explique que son comportement est complètement disproportionné à la situation. Je la laisse se calmer, ça se termine par un gros câlin. et une fois qu’elle est calmée, on se met devant le tableau et je lui explique une nouvelle fois que la colère n’est pas justifiée, qu’il y a d’autres moyens d’exprimer son mécontentement. En général, elle comprend et d’elle même elle bouge sa photo. On regarde alors sur quelle case elle est. Si c’est encore sur un soleil, elle comprend que si elle veut son soleil en fin de journée il va falloir faire un peu attention à ses réactions. et puis c’est tout, on n’en parle plus 😉

  3. Il est génial ton tableau ! Le système de la double jauge est top aussi !
    J’avais fait les même observations que toi, moins de cris des parents, plus de discussion, beaucoup de remise en question de notre part. Nous c’étaient des bonhommes de couleur. Au début, ça tournait à l’orange ou au rouge à tout va, après je me disais, « mais là, est-ce que c’est parce qu’elle a vraiment fait quelque chose qui ne va pas, ou parce que ça me dérange, je n’étais pas assez à l’écoute, pas au bon moment ». J’avais trouvé que ça avait fait du bien à tout le monde. On en a moins besoin maintenant, même si je ne sais plus pourquoi elle m’en a reparlé il y a peu, mais j’ai toujours cette remise en question. Surtout que je me fâche bien trop vite et fort…

    1. Ce n’est pas évident non plus pour nous, les parents d’être toujours zen et à l’écoute. Parfois ça tourne au dialogue de sourd et quand on est dans cette situation c’est dur de s’en sortir. Là, avec notre système, on arrive justement à savoir si c’est une bêtise/colère ou juste parce que les parents ont un peu moins de patience que d’habitude…
      Par exemple, Papa a du mal à lâcher prise quand il se met en colère. Il avait tendance à rester sur sa position alors que parfois il suffit juste de changer de point de vue, de dévier un petit peu et tout le monde y trouve son compte.
      Il nous a fait du bien à tous ce petit tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *