Tendance Zéro Déchet

Fabriquer sa propre crème hydratante, mission impossible ? Pas si sûr !

Drôle de titre n’est-ce-pas ?

Pourtant, c’est ce que je pensais quand je me suis intéressée à la cosmétique maison. Je pensais qu’il fallait avoir un doctorat de chimie, des ustensiles de pointe, du matériel onéreux et de haute technologie et surtout un don de magicien pour y arriver.

Maintenant je sais qu’il n’en est rien (même si j’aime bien me dire que je suis une magicienne :D) : quelques bases en chimie et en physique (genre des bases de base hein !!!), du matériel qu’on trouve tous chez soi et des produits simples sont le strict nécessaire pour tambouiller sa crème hydratante dans sa cuisine.

Avant de commencer à vous expliquer mon cheminement, je vais juste rappeler quelques petites choses : tout d’abord, je ne suis pas une professionnelle de biologie et de chimie, je ne fais que partager avec vous mes petites expériences. Il se peut que ce qui fonctionne avec moi ne marche pas avec vous, car on est tous différents (et fort heureusement). Il faut parfois essayer, modifier, tâtonner avant de réussir 🙂 

Cette recette, je l’ai « créée » pour qu’elle corresponde à mon type de peau. Alors je ne suis pas une grande blogueuse beauté (ça se saurait sinon ^^) mais je sais que j’ai la peau sèche, atopique, bourrée d’eczéma (merci les allergies) et hyper réactive à l’environnement (que ce soit les variations de température, le vent, mais aussi la pollution …) Bref, ce n’est pas joyeux, mais je vous rassure, je le vis bien quand même !

Jusqu’à présent, j’utilisais depuis toujours des crèmes qu’on trouve dans les pharmacies et les parapharmacies parce que je pensais que si elles étaient vendues dans les officines c’est parce qu’elles ont une composition moins dégueu que celles trouvées dans le commerce.

En fait j’avais tout faux ^^ elles sont vendues dans les pharmacies parce que ces dernières ont des contrats avec certaines marques, peu importe la composition du produit…

Et puis, même si je continuais à acheter ces tubes de crème, je voyais bien que ça ne faisait pas vraiment effet sur moi ! toujours des plaques rouges, 2 grosses poussées d’eczéma par an (durant chacune 2 mois, c’était formidable), une peau qui gratte … bref même si sur le papier tout semblait beau et rose, en fait je devais avoir un très mauvais karma, parce que sur moi, ça ne fonctionnait pas !

Un jour, j’en ai eu marre et j’ai appelé ma copine Noémie du blog La Fabrique à Brac à la rescousse et elle m’a concoctée une première crème avec toutes les infos que je lui avais données (merci !!!!) Elle fonctionnait bien cette crème, enfin, beauuuuuuuuucoup mieux que toutes les cochonneries du commerce, mais il manquait un petit quelque chose. Alors je me suis mise en quête de la recette qui me conviendrait parfaitement.

Je me suis renseignée sur les ingrédients qui correspondent à mes soucis de peau et j’ai créé une base de crème parfaite que j’adapte en fonction du moment (par exemple si le temps est sec, ou s’il fait froid, ou si je veux une crème plus riche …)

Voici donc la recette de base :

4 cuillères à soupe d’huile végétale

1 cuillère à soupe d’émulsifiant

7 cuillères à soupe d’eau

10 gouttes de conservateur

Alors à quoi servent chacun des ingrédients ?

L’huile végétale va surtout nourrir la peau. Les huiles ont toutes des propriétés différentes. Pour ma part j’utilise un mâcérat huileux de Calendula. La différence avec l’huile ici c’est qu’on ne presse pas la plante pour obtenir une huile, mais on fait macérer (d’où son nom hein 🙂 ) la plante dans une huile neutre. Ici ce sont les fleurs de souci (qu’on appelle calendula) qui ont macéré dans une huile type huile de tournesol (car elle n’a pas d’odeur). J’ai choisi le mâcérat de Calendula parce que ses propriétés adoucissantes, anti-inflammatoires et antioxydantes en font un excellent allié pour les peaux atopiques, mais aussi pour les peaux fragiles des bébés et des enfants (les loulous utilisent parfois ma crème quand ils ont la peau sèche)

Macérât huileux Calendula BIO Aroma-Zone

L’eau, vous connaissez tous sa fonction : l’hydratation !!! On peut utiliser de l’eau minérale ou de l’eau du robinet, c’est la solution la plus économique, mais aussi des hydrolats. L’hydrolat c’est ce qu’on appelle aussi de l’eau florale. C’est différent de l’infusion parce que le procédé utilisé pour extraire les principes actifs de la plante est la distillation et non pas l’infusion. En gros, on utilise un alambic pour extraire les composés de la plante via la vapeur d’eau et non pas la trempette comme pour l’infusion. Ainsi, comme la plante n’est pas en contact direct avec l’eau chaude (liquide), elle garde toutes ses propriétés. Bien souvent, les hydrolats sont obtenus en créant les huiles essentielles (on dit que c’est un sous-produit de l’huile essentielle). L’hydrolat est moins fort que l’huile essentielle et peut être utilisé chez les enfants. J’ai choisi d’utiliser de l’hydrolat de pamplemousse aujourd’hui parce que je suis en train de vider les stocks dans mon frigo 😀 Il a des propriétés toniques, rafraîchissantes et en plus il soulage les démangeaisons.

Eau aromatique Pamplemousse BIO Aroma-Zone

J’ai aussi utilisé un autre produit « aqueux » en complément de l’eau de pamplemousse : le gel d’aloé vera.

Lui il est magique, il me sert à pleiiiiiiiiiiiiin de trucs dans mes recettes cosméto. Le gel est extrait d’une plante qu’on connait tous : l’aloe vera. Il est extrêmement riche en vitamines et en nutriments et il est parfait pour apaiser, cicatriser, hydrater, purifier la peau ! Je vous l’ai dit, il est magique !!! Et il est aussi vachement rigolo quand on l’utilise la première fois sur la peau, tout seul puisqu’en séchant on a l’impression qu’il tiiiiiiiire la peau ! En fait, il a aussi un effet tenseur (il tend la peau quoi !) et c’est assez surprenant la première fois !!

Gel natif d'Aloe Vera BIO Aroma-Zone

Jusque là, je vous ai donc parlé des produits « huileux » (les huiles) et des produits aqueux (les eaux et le gel d’aloe vera). Mais – et c’est là que je vous dis qu’il ne faut pas avoir fait un doctorat en physique-chimie – vous le savez comme moi, l’eau et l’huile ne sont pas miscibles, ils ne se mélangent pas. Vous aurez beau touiller votre huile avec votre eau, elles ne se mélangeront jamais, et dans l’état vous n’aurez pas de crème ^^ il faut donc rajouter un émulsifiant.

Kesako ? eh bien c’est une molécule qui aime autant l’huile que l’eau ! alors c’est bien pratique parce qu’avec l’effet de mouvement, il va permettre la création de la crème. L’émulsifiant c’est donc ce qui va faire monter la mayonnaise !!!

Enfin, le conservateur, comme son nom l’indique a pour but de faire en sorte que vous n’ayez pas à jeter votre produit au bout de quinze jours ! Pour ma part j’utilise du Cosgard. C’est un conservateur d’origine synthétique mais il est validé par ECOCERT qui est l’organisme de contrôle et de certification en France pour les produits bio, ce qui en fait donc un conservateur souvent prisé par les personnes qui réalisent des cosmétiques bio. 

Conservateur Cosgard Aroma-Zone

Je rajoute pour ma part un fragrance naturelle pour que ma crème sente bon (c’est quand même un point non négligeable ^^). 

Fragrance cosmétique naturelle Pétales de Rose Aroma-Zone

Mais concrètement, comment on fait une crème ? 

Niveau matériel, vous aurez besoin de : 

– deux casseroles pleines d’eau et deux contenants pour le bain-marie (moi j’utilise une casserole et un contenant pour le premier bain-marie, et un bol chauffant pour le deuxième)

– un fouet (le mien est un fouet électrique (c’est mon côté fainéant), mais un fouet classique ça fonctionne aussi)

– un contenant qui se ferme 

– une cuillère à soupe pour le dosage

– une petite cuillère pour transférer la matière dans votre pot.

1. on commence par nettoyer tout le matériel, ses mains et le plan de travail. 

2. faire deux bains maries : 

– dans le premier : mettre la phase aqueuse, c’est à dire pour ma part l’hydrolat de pamplemousse et le gel d’aloe vera

-dans le deuxième, mettre la phase huileuse, c’est à dire l’huile végétale choisie et l’émulsifiant

Les mettre à chauffer en même temps. 

3. quand les paillettes d’émulsifiant sont fondues, c’est que les deux phases sont assez chaudes. Alors on les enlève de leur bain-marie et on transfère la phase aqueuse dans la phase huileuse

4. ensuite, on touille avec le fouet. Et c’est là que c’est le moins rigolo parce que ça fait mal au bras ^^ il faut touiller non-stop pendant 2-3 minutes, le mélange va commencer à se faire. Pour que ça prenne plus vite, vous pouvez mettre votre petit contenant dans lequel il y a le mélange dans un bol d’eau froide pour rafraîchir plus rapidement le mélange, mais surtout ne pas continuer à fouetter jusqu’à l’obtention d’une belle crème. 

5. quand la texture est la bonne (c’est à dire quand elle vous convient), rajouter le conservateur et la fragrance et remélanger un bon coup. 

6. ensuite  transférer la crème dans son pot et mettre ce dernier au frigo une petite demi heure le temps que la crème termine de se figer. 

7. sortir le pot du frigo et admirer votre création ! 

Avec cette base de recette, vous pouvez vraiment l’adapter à vos besoins et à vos envies. Vous pouvez utiliser des produits qui correspondent à votre type de peau par exemple, ou des huiles plus ou moins grasses (car certaines vont donner une crème très épaisse, très riche alors que d’autres permettront une texture plus fluide et légère), mais rajouter des actifs dans votre préparation, comme des extraits de plantes, de l’urée, ou des autres trucs qui permettent une plus grande hydratation, qui ont des propriétés anti-âge, raffermissants (bref, j’y connais rien là dedans), mais également des huiles essentielles. 

Un petit mot sur celles-ci d’ailleurs. Les huiles essentielles sont des produits très puissants, ils ne s’utilisent qu’à très petites doses (de l’ordre de quelques gouttes), jamais directement en contact de la peau (risques de brûlures ou d’allergies). Elles sont pour la très grande majorité absolument déconseillées pendant la grossesse, l’allaitement ou chez les bébés et les enfants, c’est pour cette raison que je n’en mets pas dans mes crèmes. Enfin, certaines sont photosensibilisantes, c’est à dire qu’elles augmentent la sensibilité de la peau face au soleil et si on s’expose après en avoir appliqué sur la peau (même à travers une huile de massage ou une crème), on peut se chopper des plaques, voire une dépigmentation irréversible. Attention donc à leur utilisation 😉

Allez, amusez-vous bien sorcières et sorciers, je suis certaine que vous allez vite y prendre goût à la cosmétique home-made 🙂

 

7 Comments on “Fabriquer sa propre crème hydratante, mission impossible ? Pas si sûr !

  1. Merciii pour ta recette ! J’avais déjà ma petite idée pour réaliser la mienne maintenant je vais chercher quels produits acheter pour compléter ta recette pour ma peau 🙂 Mais avant, je dois finir 1 pot qu’il me reste 🙁 zéro déchet le plus possible même si j’ai envie de le jeter ! hihi

  2. Super cette crème. D’un côté ça donne envie et d’un autre côté j’ai vrt l’impression que c’est du boulot… Je ne met rien sur ma peau, je sais que je devrais (les rides, 30 ans passé et tout ça) mais je n’y arrive pas. Comme le fond de teint.

    1. Je préférerai aussi ne rien mettre mais avec les allergies je n’ai pas le choix, sinon je me gratte toute la journée !!! (et moi je n’ai pas encore trente ans ^^)
      Mais ce n’est pas tant de boulot que ça que de faire de la crème, c’est un peu comme si tu faisais de la mayo

  3. Eh bien, sacré article ! 🙂 J’avais fait des crèmes moi aussi, mais je préfère finalement le plus simple, utiliser les huiles ou beurres végétaux purs. J’adapte selon mes besoins, les saisons aussi, bien riche en hiver, plus sec en été, et j’adore ! D’ailleurs c’est dommage, j’avais acheté pas mal de produits qui doivent maintenant être périmés…(heureusement, j’avais limité les achats au minimum !).
    Et du coup, ça va mieux tes soucis de peau ? Je n’en ai pas autant, alors c’est aussi pour ça que pour moi l’utilisation des produits bruts est facile, mais avec tes nombreux soucis (j’ai le droit de le dire, moi c’est dans mon bidon et dans ma tête les soucis ahah), avoir une base crémeuse est plus facile pour ajouter les agents dont tu peux avoir besoin sur le moment 😉

    1. J’sais pas faire dans le concis ^^ (si tu vous ce que je veux dire :P) ben écoute ça va quand même mieux les soucis de peau. C’est pas encore le paradis mais on s’en approche. J’ai tenté aussi l’utilisation des produits bruts, mais j’vais être franche, ça m’ éclate trop de faire ma crème hydratante !!!

      1. Tu crois qu’un jour on saura faire concis ? ahah
        Tant mieux si ça va mieux, tu vas pouvoir encore affiner si besoin 🙂
        Ton excuse est parfaitement valable !!! C’est vrai que quand je faisais deux,trois trucs, je me disais que je pourrais aussi les acheter, mais que j’aimais trop les faire. Aujourd’hui je n’ai plus trop envie de prendre du temps pour ça. Mais je garde la même réflexion pour la cuisine en revanche 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *