littérature jeunesse

Pluie d’été {Chut, les enfants lisent #78}

« Il y a bien longtemps qu’il n’y a pas plu sur le village de la gentille Naoumi. Même le vieux sorcier n’arrive plus à charmer les nuages. Moi le chien, on m’a chassé du village car, je porte, dit-on, malheur ! Alors je suis monté tout en haut des montagnes sacrées et j’ai hurlé ma colère aux nuages… »

Pluie d’été, c’est un ouvrage que je n’aurai peut-être pas acheté de prime abord en me rendant dans une librairie. Mais il m’a tapé dans l’oeil un matin brumeux de brocante. Je me suis dit que c’était un signe. La dame m’a annoncé le prix : 50 centimes. ça aussi c’était un signe. 

Et je n’ai pas regretté mon achat ! 

L’histoire est racontée par le chien de la petite fille, on a donc son ressenti, ses émotions à lui. Lorsqu’il est chassé de son village, ce petit chien est tellement en colère qu’il décide de se rendre sur la montagne sacrée afin d’en découdre avec les nuages. Son mécontentement a déclenché la fureur des orages qui l’ont poursuivi jusqu’au village, amenant ainsi la pluie tant attendue des villageois ! 

Le texte est court, simple mais parfaitement bien écrit. On y retrouve la part de mystère des contes africains : la montagne sacrée, la communication avec les forces naturelles, la présence du sorcier et tout cela donne une dimension très intéressante au texte ! 

Quant aux illustrations … 

Elles sont juste WAHOU !!!!

Je suis toujours impressionnée du travail réalisé par les illustrateurs des ouvrages de jeunesse ! Ils ont chacun un style particulier mais arrivent, au travers leurs coups de crayon, grâce à la couleur et aux techniques artistiques employées à dégager une émotion qui transparaîtra – de manière différente certes – dans chacun des lecteurs. 

Ici il y a une dominante d’orange, de jaune et d’ocre dans les premières pages de l’album afin de représenter la chaleur et la sécheresse. Quand je regarde cette page où le sorcier danse, je ressens la chaleur qui accable les villageois. 

Puis, quand l’orage gronde et que la pluie se met à tomber, c’est le bleu qui prend la place et d’un coup, je comprends la joie des protagonistes du livre, comme si, moi aussi, j’étais personnellement soulagée de ne plus avoir à subir les chaleurs, comme si, moi aussi, j’attendais impatiemment la pluie. 

Les émotions des personnages sont remarquablement bien dessinées et les paysages absolument magnifiques. Encore un véritable coup de coeur à la maison 🙂 

Ceci est ma soixante-dix-huitième participation au rendez-vous de Yolina : Chut, les enfants lisent. 

Pluie d’été – Ephémère – Editions Magnard Jeunesse

Age conseillé par l’éditeur : 5 ans 

17€

One Commnet on “Pluie d’été {Chut, les enfants lisent #78}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *