réflexions

Septembre : le mois Montessori

En juin dernier, je me suis offert ce magnifique ouvrage

Image associée

Il s’agit d’un ouvrage très complet présentant quelques pédagogues et pédagogies qui se placent au coeur du développement de l’enfant. Véritable mine d’informations, j’ai le nez dedans depuis que je l’ai reçu tant il est intéressant et très riche, que ce soit en matière de « théorie » qu’en terme d’exemples d’activités. 

Ainsi, en juillet, avant de partir en vacances, je me suis lancée le défi de tester les différentes pédagogies alternatives évoquées dans ce livre afin d’en ressortir les point positifs, de tenter d’expliquer les limites de chacune d’entre elles. Pour celles et ceux me suivant sur Instagram, j’en ai parlé ici

Voici donc venu le bilan de septembre, avec comme fil rouge retenu : la pédagogie Montessori. 

J’ai choisi, pour commencer mon cheminement, de m’intéresser en tout premier lieu à la pédagogie Montessori pour une raison toute particulière, parce qu’elle est certainement la plus connue des pédagogies alternatives. 

Maria Montessori, c’est qui ? 

Résultat de recherche d'images pour "maria montessori"

Déjà, on devrait l’appeler Docteur Montessori, parce qu’elle devient en 1898 la première femme pédopsychiatre en Italie.  

Maria Montessori s’intéresse très rapidement à l’éducation, pendant sa thèse où elle étudie les enfants « attardés ». Jusqu’alors, on avait tendance à mettre ces enfants, qu’on qualifiait de « fous », dans des établissements sans leur donner de réelle éducation. Seulement, elle, elle arrive à leur apprendre à lire et certains de ses petits élèves arrivent à s’intégrer dans le cursus scolaire classique. Quelle révolution ! 

C’est donc tout naturellement vers elle que l’état Italien se tourne afin de trouver une solution pour enrayer le problème des enfants pauvres qui traînent dans les rues de Rome. Maria Montessori créé donc sa première casa dei bambini (maison des enfants). Cette fois, ce sont des enfants ordinaires, mais qui n’ont pas envie, mais alors pas du tout envie, d’aller à l’école.

Résultat de recherche d'images pour "maria montessori casa dei bambini"

C’est ainsi qu’elle créé un matériel spécifique, qu’elle réfléchit à la disposition spatiale de la salle de classe et qu’elle met en oeuvre sa méthode d’auto-éducation. Tout cela fonctionne tellement bien qu’elle inaugure plein d’écoles de ce type dans le monde et qu’elle écrit plusieurs ouvrages pour expliquer les grands principes de sa pédagogie.

Résultat de recherche d'images pour "maria montessori matériel"

Maria Montessori décède en 1952. 

Alors quels sont les grands principes de la pédagogie du Docteur Montessori ?

1/ les fameuses périodes sensibles : toutes les compétences ne sont pas assimilées au même moment, mais lors des périodes sensibles, c’est à dire des moments, plus ou moins longs pendant lesquels les enfants sont particulièrement intéressés par une notion et veulent l’étudier à fond. Une fois que la notion est acquise, l’enfant s’en désintéresse et passe à autre chose. Les enfants passent par toutes les périodes sensibles à peu près au même âge. 

2/ l’esprit absorbant : l’enfant n’a pas besoin de cours pour apprendre, mais juste de pouvoir observer les adultes faire, dans leur environnement naturel. En fait l’enfant est capable de s’imprégner simplement de ce qui l’entoure. 

3/ l’ambiance : il s’agit de l’environnement pédagogique à mettre en place. L’ambiance comprend l’espace de la pièce, mais aussi le rôle de l’adulte qui accompagne, observe et veille. L’ambiance est bonne quand le calme et l’ordre sont de mise. Le but est de permettre à l’enfant d’apprendre par lui-même, sans l’intervention des adultes et pour cela il est nécessaire de ne pas avoir trop de choses dans la pièce, que tout soit accessible aux enfants et surtout que chaque chose ait sa place. Le type de matériel aussi est important pour favoriser l’apprentissage, ainsi il vaut mieux proposer de vrais objets plutôt que leur copie en plastique. il est plus intéressant que l’enfant manipule les matériaux nobles. Le vrai poids des objets lui permettra de muscler ses mains et amener davantage de précision dans ses gestes. 

Résultat de recherche d'images pour "classe montessori"

4/ l’importance des sens : l’enfant a besoin de toucher pour apprendre, alors la manipulation est un facteur essentiel dans la pédagogie Montessori pour permettre à l’enfant de s’entraîner à rendre son geste plus précis et plus exact. De même, l’expérience est importante : l’enfant retiendra mieux une notion s’il a la possibilité de la mettre en oeuvre ou de voir quelqu’un la mettre en oeuvre.

5/ Le matériel : Maria Montessori a créé son matériel afin qu’il soit utilisé dans une progression tout à fait particulière. Le matériel dit « Montessori » isole une notion à la fois, permet l’autocorrection, se doit d’être esthétique et est imaginé de manière à ce que l’enfant, lorsqu’il s’en saisit, sache naturellement se mettre en action. 

6/ L’autonomie et la liberté : selon Maria Montessori, les mauvais comportements en classe sont le résultat d’activités qui ne passionnent pas les élèves. L’enfant est libre d’organiser son temps de travail comme il le souhaite. L’adulte en revanche se doit de laisser l’enfant faire seul, il ne doit pas l’interrompre ni faire à sa place. 

Voilà ! Je viens de balayer en quelques lignes les grands principes de la pédagogie Montessori, qui est, pour moi en tous cas, absolument passionnante. 

En septembre donc, j’ai donc proposé à mes deux enfants plusieurs activités « Montessori ». 

– Du côté de Malo –

Pour Malo, je lui ai proposé plusieurs plateaux qui lui permettent de développer sa motricité fine et si vous voulez davantage de détails sur ces petits plateaux, je vous invite à lire mon article à ce sujet, ici.

Pourquoi la motricité fine ? eh bien parce que je suis ses demandes ! Malo adore manipuler de petits objets, il adore ranger (si si je vous jure !!), il adore aussi mettre des trucs dans d’autres trucs et par dessus tout il adore ouvrir et fermer (les tiroirs, les portes, les pots, les fermetures-éclair, les lumières, les boites …) Les activités que j’ai mises en place pour Malo entrent dans le champ plus large dans ce que Maria Montessori appelle « la vie pratique », c’est à dire des activités inspirées du quotidien. 

L’avantage des activités de vie pratique c’est que le matériel à utiliser, on le trouve partout autour de nous, il suffit d’avoir un peu d’imagination 🙂 Et c’est ça aussi qui m’a beaucoup plus dans cette pédagogie : la possibilité d’utiliser et de détourner des objets du quotidien. D’une part cela permet à l’enfant de s’approprier tout de suite l’importance de faire attention aux objets, notamment quand ceux-ci cassent, mais surtout il se rend compte du véritable poids, de la chaleur (ou la fraîcheur) provoquée par la matière et des aspérités qu’il peut rencontrer sur la surface de l’objet. 

J’ai essayé, autant que faire se peut, de respecter « à la lettre » les principes de la pédagogie Montessori, que ce soit par la place donnée à l’adulte (moi en l’occurence^^) : en retrait, ne pas interrompre, ne pas faire à la place de l’enfant, mais également par le matériel proposé. Mais vous l’aurez peut être aperçu (et puis j’en parle dans mon article aussi), il y a eu quelques loupés, notamment dans la couleur des pompons utilisés. Il aurait fallu qu’ils soient tous de la même couleur. En revanche, en ce qui concerne les pièces de monnaie, j’ai pris le parti qu’elles aient différentes tailles, différents poids et différentes matières pour « augmenter » la difficulté de l’exercice. 

– Du côté de Zélie – 

Avec Zélie, on a fait de la géographie ! Pour cela, j’ai réalisé une mappemonde Montessori (ici) et en a découlé une activité sur les paysages de notre planète (). 

Zélie se passionne énormément pour le monde qui l’entoure. Elle est extrêmement curieuse et j’en suis ravie : la géographie a toujours été ma matière préférée (et si vous voulez un scoop, sachez que quand j’avais 6 ans, je voulais être géologue, météorologue ET éthologue et que j’ai abandonné cette idée quand j’étais en terminale ^^). 

Encore une fois, j’ai utilisé ici du matériel qui m’a coûté trois francs six soux, j’ai fait avec ce que j’avais à la maison mais j’ai essayé de faire en sorte que ça colle avec la pédagogie Montessori et qu’on soit au plus juste de la réalité. Par exemple, j’aurai pu utiliser un ballon pour le globe terrestre, mais il me semblait important de respecter l’axe d’inclinaison de notre planète. Alors la mappemonde (rose, à paillettes et en allemand) était parfaite ! 

De même, pour l’activité avec les photos, je me suis attardée à faire en sorte que les trois pots soient identiques. J’ai tellement réfléchi à ça que j’ai omis un autre principe de la pédagogie : l’auto-correction. Ainsi, il aurait été plus judicieux que je mette une étiquette avec un pictogramme sur les pots au lieu de leur nom (après tout, les tout-petits ne savent pas lire et les plus grands qui le savent, reconnaissent très bien ce qu’il y a à l’intérieur des pots), ainsi que ces mêmes pictogrammes au dos des cartes pour qu’en retournant les cartes à l’issue de l’activité, l’enfant puisse voir de lui-même s’il s’est trompé ou pas. Je vais d’ailleurs remédier à cette erreur après avoir terminé cet article ^^

Bon et après ce mois Montessori, qu’est ce qui en ressort pour moi ?

Maria Montessori est une pédagogue que j’admire beaucoup, sa volonté, sa persévérance ont permis à beaucoup d’enfants de pouvoir apprendre dans un environnement qui leur convient davantage. C’est aussi une pédagogie très facile à mettre en oeuvre à la maison. Et je crois que sur ce point, les industriels ont très vite flairés le bon filon ^^ 

Souvent, dans les magasins de jouets, les librairies, on trouve des livres, des jeux et des jouets estampillés à la sauce Montessori. Pour moi, ils oublient un point essentiel : le matériel Montessori n’a pas pour vocation d’être utilisé comme un jouet, ni d’être détourné de son utilisation principale. 

ça c’est la première chose ^^ 

Et puis ce qui m’attriste aussi c’est que bien souvent, le matériel vendu au grand public dans des enseignes bien connues, ne respectent pas toujours les principes mis en place par la pédagogue elle-même. Moi-même je suis un peu tombée dans le panneau en achetant il y a plusieurs mois, cet ensemble de trois puzzles à encastrement. 

Résultat de recherche d'images pour "puzzle encastrement forme oxybul"

Ah certes, Malo l’adore et cela lui a permis de travailler un peu plus sa dextérité. Mais en y regardant de plus près, il aurait fallu que les trois formes aient la même couleur afin que l’enfant se concentrent uniquement sur la forme à encastrer dans le bon socle. Ici la couleur ne sert à rien, si ce n’est à faire beau.

Une copine, amoureuse aussi de la pédagogie Montessori, s’est offerte la fameuse tour rose 

Résultat de recherche d'images pour "tour rose montessori"

Dans la pédagogie Montessori, cette tour rose est composée de 10 cubes en bois. Le plus petit cube mesure 1cm et le plus grand 10 cm. Chacun des cubes est donc 1 cm plus grand/plus petit que son voisin. Cette tour est vendue une centaine d’euros dans les boutiques certifiées Montessori et elle a pour objectif la discrimination visuelle (classer selon la taille et en trois dimensions), mais aussi une approche des mathématiques. Mais ma copine, elle, elle l’a acheté sur un site de vente en Chine, pour quelques euros. Je la comprends, c’est plus attractif d’acheter du matériel moins cher, et en aucun cas je ne souhaite lui jeter la pierre, ni critiquer son choix. sauf que les cubes n’ont pas la même taille, la tour est plus petite que l’originale. En revanche, c’est vis à vis de ce genre de boutique que je passe mon (petit) coup de gueule ! Sous prétexte d’augmenter leurs ventes de cubes en bois, ils les peignent en rose, les appellent « Montessori » et occultent complètement les principes de la pédagogie Montessori et l’intérêt pédagogique qu’a eu Maria Montessori à créer cette tour.

Je terminerai donc sur ce point matériel en disant que maintenant, je fais bien attention lorsque je vois du matériel « montessori » vendu à droite et à gauche. Je préfère plutôt le créer afin que cela me revienne moins cher (parce que je n’ai clairement pas le budget de m’acheter la tour rose à 100€ ^^) 

Au travers les livres, les articles que j’ai pu lire, je me rends compte qu’à la maison, la pédagogie Montessori c’est un peu notre quotidien. Avec mon homme, nous avons toujours souhaité que nos enfants soient le plus autonomes possibles aussi on leur apprend bien vite à participer aux tâches du quotidien, à prendre soin d’eux (se laver, se brosser les cheveux, s’habiller) et à observer le monde qui les entoure. C’est donc une pédagogie qui nous semble familière 🙂 

Et pour le mois d’octobre ? 

Eh bien on continue dans notre lancée de l’observation de la nature et on attaque la pédagogie selon Charlotte MASON. Vous connaissez ? 

Pour ma part, j’avais déjà vu passer son nom, mais c’est le bon moment pour s’y attarder n’est-ce-pas ? 

âge des enfants au moment des activités : Zélie : 3 ans et 4 mois et Malo : 1 an et 4 mois

6 Comments on “Septembre : le mois Montessori

  1. Merci pour ce bel article bien fourni et hyper intéressant ! Je ne crois pas avoir lu quelque chose d’aussi complet et enrichissant (et c’est pas faute d’avoir cherché !). Je note le principe d’autocorrection, j’ai prévu, tu le sais, des cartes de nomenclatures, et je voulais les « croiser » entre elles pour faire d’autres jeux. Je vais réfléchir à une manière de faire pour l’autocorrection ! Peut-être simplement une gommette au dos que je changerai selon l’activité (parce que si je colle 5 gommettes pour les 5 activités différentes, on va s’y perdre). C’est tout bête, mais finalement important. Je n’oublierai pas aussi de « m’effacer », même si pour les deux, une fois lancées, elles m’oublient facilement 🙂
    Concernant le matériel, je pense comme toi, je crois que je vais préférer faire un maximum 🙂
    Bon et puis, je risque de venir le relire régulièrement cet article ^^

    1. Wahou merciiiii ! Oui l’idée des gommettes est bonne, c’est aussi celle que j’ai choisie. Et l’avantage c’est qu’elles se décollent facilement pour faire d’autres activités ! J’ai trop hâte de voir tout ce que tu vas faire avec tes cartes !!!!

  2. Bravo, il est top ton article ! J’avoue avoir acheté pas mal de jeux dit Montessori tout en étant consciente des limites de certains produits ! Après, j’apprécie particulièrement cette pédagogie mais il y a aussi beaucoup de choses qui me dérangent un peu comme ce côté hyper rigide dans l’utilisation du matériel (et la commercialisation qui en est faite, mais ça c’est un autre problème)… De plus, je trouve que très peu de place est laissée à l’imaginaire et aux livres dans cette pédagogie. Bref, tout ça pour dire, que dans toute pédagogie, je fais mon tri et prends ce qui me va !!

    Belle journée

    Virginie

    1. Merci beaucoup ! Je suis de ton avis concernant la « rigidité » de la pédagogie. Mais comme pour tout, il faut prendre ce qui nous convient merci pour ton commentaire. Bises.

    1. merci beaucoup ! oui pour commencer notre immersion, j’ai choisi une pédagogie que je connaissais déjà un peu, c’était super enrichissant et j’ai appris pas mal de choses. Les enfants ont apprécié les activités et c’est le principal 🙂

Répondre à maaademoisellea Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *