Steiner Waldorf

Décembre et janvier : nos mois Steiner-Waldorf

Notre mois de septembre a été consacré à Maria Montessori, celui d’octobre à Charlotte Mason, en novembre Freinet a été mis à l’honneur. Et en décembre et janvier nous nous sommes intéressés à la pédagogie Steiner Waldorf.

Oui deux mois.

La faute aux microbes qui ont élu domicile dans notre maison pendant le mois de décembre et qui nous a empêché de faire beaucoup de choses.

Résultat de recherche d'images pour "rudolf steiner"

Steiner-Waldorf. L’association improbable d’un philosophe et d’un cigarettier…

Rudolf Steiner est né en Croatie (qui était autrichienne à l’époque) en 1861 et est mort en Suisse (qui l’a toujours été) en 1925.

Officiellement, Steiner est philosophe occultiste, ça veut dire qu’il s’intéressait aux arts et aux sciences occultes (comme l’alchimie ou l’astrologie par exemple), en gros tout ce qui n’est pas compris dans les sciences dites rationalistes.

Steiner est le fondateur de l’anthroposophie, c’est-à-dire qu’il aborde la nature humaine et les grandes questions existentielles par une nouvelle science de l’esprit.

Ouai chez Steiner on est très métaphysique ^^

Quand il parle de l’anthroposophie, Steiner dit qu’elle sert à « développer sa volonté, lier connaissance et expériences, vivre le destin de son temps afin de donner à son âme une orientation de conscience, une sophia [= sagesse en grec ancien] »

En 1882, Steiner est fan du philosophe Goethe et va éditer ses œuvres scientifiques. Mais c’est deux ans plus tard qu’il va mettre un pied dans l’éducation parce qu’il deviendra précepteur d’un jeune garçon. Il ne va pas s’arrêter là puisqu’ensuite il devient le professeur d’une fratrie de 5 enfants.

En 1899 il devient prof d’histoire, de sciences et de techniques à l’université Populaire de Berlin

Dès 1900 il s’intéresse de plus en plus à la théosophie et intègre la société théosophique en 1902. Là dedans, on est persuadé qu’il n’y a aucune religion supérieure à la Vérité !

Avec la société théosophique il donne plein de conférences et c’est à la suite de l’une d’entre elles qu’il va créer la première école Waldorf.

Sur quoi repose sa pédagogie ?

Déjà elle a été créée pour diffuser les idées de l’anthroposophie. Steiner a commencé à formaliser ses idées pour l’éducation très tôt, vers 1906. Mais il faut attendre cette fameuse conférence de 1919 sur la « triple organisation du corps social » (c’est-à-dire la vie spirituelle – art, sciences, religion-, la vie du droit – les lois- et la vie économique- la production, le commerce-) pour que des ouvriers de l’usine de cigarettes Waldorf-Astoria le sollicitent afin d’ouvrir une école à destination des enfants des ouvriers.

Cette pédagogie va prendre de l’ampleur à tel point que les écoles Steiner-Waldorf seront fermées en 1930 et ce jusqu’à la fin de la guerre par les Nazis. Par la suite, ces écoles se développeront tout d’abord en Europe et en Amérique et jusqu’en Europe de l’Est après la chute de l’Union Soviétique.

Aujourd’hui il y a 1039 écoles Steiner-Waldorf dans le monde dont 709 en Europe. En France, il y en a une vingtaine.

Image associée

Le cursus pédagogique

Il est divisé en trois parties de 7 ans. Chacune de ces parties correspond à une manière particulière d’enseigner

1/ Le jardin d’enfants : jusque 7 ans

L’imitation et le jeu sont les aspects les plus importants de l’enseignement. Les éducateurs doivent trouver un équilibre entre le jeu libre et le jeu dirigé mais aussi proposer d’associer les petits aux tâches de la vie quotidienne pour les responsabiliser et les rendre plus autonomes.

Pendant cette période, l’importance est aussi donnée au rythme des saisons à travers la mise en place de rituels et de fêtes.

Image associée

2/ le premier cycle : jusque 14 ans

Pendant les premières années, l’enseignement est davantage oral, symbolique et artistique. Les livres sont absents des enseignements, en revanche les enfants ont des cahiers qu’ils remplissent eux-mêmes. Sont privilégiés l’imagination et le développement artistique pour découvrir le monde.

La notion de rituel est toujours omniprésente et l’apprentissage de l’écriture, du calcul et de la lecture se fait de manière progressive à travers des fables, des contes et des légendes.

la nature la personne plante fille femme fleur Lac Aube mignonne portrait printemps rouge jeunesse l'automne Vêtements jaune la mariée flore bébé santé saison Coiffure sourire la vie couronne fleurs robe méditation casquette beauté joie beau Fée Fleuriste légende antiquité conspiration séance photo la sorcellerie Loup garou bouquet de fleurs sorcière rite séduisant paganisme

Tout l’inverse de la pédagogie Montessori en fait ^^

A partir de l’âge de 12 ans on aborde des notions un peu plus abstraites comme l’histoire ou bien la géographie.

3/ le deuxième cycle : jusque 18 ans

C’est l’émergence de la pensée indépendante, du sens critique, pour préparer le jeune à entrer dans le monde des idées.

Les grandes idées de cette pédagogie

La pédagogie Steiner-Waldorf est profondément humaniste : c’est grâce à une plus grande liberté que les enfants développeront leurs propres capacités. L’entraide et l’ouverture au monde sont favorisées dans l’idée qu’on a besoin de chacun pour vivre ensemble.

Par ailleurs, une place importante est donnée au rythme des enfants puisque cette pédagogie propose de replacer l’enfant au cœur du système éducatif à travers une plus grande écoute des rythmes des enfants donc, mais aussi en laissant davantage de liberté dans le développement des capacités de chacun.

En voilà des idées carrément d’actualité.

 Quels sont les principes de la pédagogie Steiner-Waldorf ? 

1/ Les rythmes du développement des enfants : il est nécessaire de mettre en place des rituels pour rythmer le quotidien des enfants afin que ceux-ci puisse se développer harmonieusement. En effet, non seulement, cela permet de mettre l’enfant en mouvement, dans une certaine dynamique, mais les rythmes et rituels structurent ses apprentissages. Par exemple, à l’école, les enseignements se font à fond. C’est à dire que les élèves vont étudier une notion de mathématiques, de manière profonde pendant plusieurs jours d’affilée avant de passer à une autre notion, dans une autre matière. 

nuit soir flamme Feu obscurité Feu de camp feu chaleur un événement tradition rituel Phénomène géologique

2/ L’omniprésence de l’art dans les apprentissages : Selon Steiner, les activités créatives et manuelles permettent de développer la créativité, mais aussi d’aider à l’apprentissage des matières « classiques ». Par ailleurs, permettre à l’enfant de se confronter à l’art (la musique, la peinture, le chant, le modelage …) est un très bon levier dans son développement cognitif et émotionnel. Et puis, c’est aussi à travers ces activités manuelles que l’enfant aborde des notions de mathématiques et d’écriture. 

main Créatif plante jouer fleur pétale enfant Jeune doigt aliments produire Couleur artistique artiste peindre Coloré jaune loisir enfance La peinture activité art Enfants couleurs la créativité peu imagination Toile plante à fleurs loisirs Main d'enfant Plante terrestre

3/l’importance du jeu libre : Pour Steiner, les apprentissages « formels » doivent être limités avant l’âge de 7 ans. C’est alors dans le jeu libre que les enfants vont stimuler leurs compétences et leurs apprentissages. Il est nécessaire de laisser aux enfants de l’espace et du matériel afin qu’ils développement leur imagination et leurs capacités motrices. Par ailleurs, c’est aussi en observant le comportement et les gestes des adultes qui les entourent qu’ils acquièrent le bon geste. Pour cela l’adulte doit opter pour une posture assez particulière : en retrait mais pas totalement absent. Observer, mais ne pas rester à ne rien faire. Tout un art ! 

la nature herbe en marchant chaussure bois fille pelouse jouer printemps enfant agriculture chaussures Enfants amusement chaussure Personnages du jeu Jouer de la pierre Kubb Échecs viking Famille d'herbe

4/ les fêtes et les célébrations : il est essentiel de suivre le rythme des saisons dans les apprentissages et le développement. Ce n’est pas moi qui le dis hein, c’est Rudolf 🙂 Les célébrations permettent à l’enfant (et aux adultes) de se reconnecter avec la nature . En effet, pour Steiner, la dimension spirituelle du développement des enfants est quelque chose de très important. Il n’est pas question de « religion » (même si les fêtes sont calquées sur le calendrier catholique^^) mais plutôt de la dimension positive : partager du temps ensemble, dans la joie et en harmonie. 

arbre la nature forêt neige hiver mignonne faune sauvage cerf troupeau rouge pâturage mammifère Noël saison faune flocon de neige de fête animaux renne saisonnier vertébré décembre Noël Écosystème chamois

J’ai beaucoup aimé cette immersion dans la pédagogie Steiner-Waldorf et j’ai appris vraiment beaucoup de choses. 

Je vous explique ici la passion du jeu libre qu’ont mes loulous, pour l’univers poupée/cuisine tout d’abord, mais ensuite pour les jeux en bois que nous possédons : les Grimm’s très colorés ou encore les Flockmen trop sympathiques ! 

Et puis nous avons passé un très bon moment de reconnection en famille à l’occasion d’Imbolc, fêté le jour de la Chandeleur ! En effet, j’ai mis en scène l’histoire des petits enfants racines à travers un petit spectacle avec des objets du quotidien que les enfants connaissent et reconnaissent. C’était une belle première expérience détaillée ici.

Enfin, afin d’aider Zélie à rythmer et à se repérer dans la semaine, je lui ai fabriqué un semainier perpétuel, très simple et coloré. Depuis que nous l’utilisons, ma puce commence à associer certains jours de la semaine à des événements qui leurs sont associés : le mercredi il n’y a école que le matin, le vendredi est le dernier jour de l’école, le samedi on va au poney … Vous voulez en savoir davantage ? c’est par ici

Bon et après ces mois Steiner, qu’est-ce qui en ressort pour moi ?

Je suis très partagée concernant cette pédagogie. 

D’une part, je suis très enthousiaste concernant le côté profondément humaniste de la pédagogie Steiner-Waldorf et la part belle laissée au développement de l’enfant. Je suis convaincue depuis très longtemps de l’importance du jeu libre par exemple dans l’acquisition de certaines compétences. Zélie et Malo développent leur imaginaire grâce aux jeux en bois, mais aussi à l’univers des poupées qui est à leur disposition dans le salon. Ils apprennent à prendre soin de l’autre : d’abord des poupées, puis du chat, enfin des enfants et adultes autour d’eux. Malo, du haut de ses 21 mois, embrasse sa poupée et lui caresse la tête avant de s’endormir, exactement de la même manière qu’il dit au revoir à notre chat avant de monter. Zélie reproduit ses journées d’écolière auprès des poupées, mais aussi des Flockmen ou bien des animaux. 

En revanche, je suis beaucoup moins intéressée par la partie « mystique » des rituels. Alors certes, je trouve cela très intéressant de rythmer les apprentissages selon les saisons et la nature parce que je pense qu’il est très important que nos enfants soient proches de la faune et de la flore, mais ce côté obscur et hyper symbolique me gêne un peu. 

Par ailleurs, certaines personnes associent la pédagogie Steiner-Waldorf à une espèce de secte étant donné que les écoles Steiner-Waldorf ont été construites dans un premier but : celui de répandre les idées de l’anthroposophie. 

Mais pour conclure, cette pédagogie est tellement riche que même en deux mois, je me rends compte que je n’ai fait que la survoler (comme toutes les autres précédentes). 

Vivement la prochaine pédagogie : Reggio

 

6 Comments on “Décembre et janvier : nos mois Steiner-Waldorf

    1. Ah oui je lis beauuuuucoup de trucs sur la pédagogie étudiée pendant le mois donc forcément je rassemble pas mal d’informations. Et encore, je ne note pas tout sinon mon article serait bien trop long (enfin, encore plus que maintenant je veux dire )

  1. Je suis comme toi, attirée par le côté libre et rythme de l’enfant, mais beaucoup moins par ces rituels un peu trop »ritualisés » ! Finalement, comme dans toute pédagogie, il y a des choses qui nous conviennent et d’autre non !

    Reggio, j’adore ! Hate de voir ce que tu vas nous concocter !

    Bises
    Virginie

    1. Oui voilà tu as bien résumé ! Mais c’est vraiment intéressant de tester des choses qu’on n’a pas l’habitude. On voit ce qui nous convient et ce qui nous convient un peu moins. Et on pioche ce qui nous intéresse là dedans. Belle journée

  2. Bonjour,
    Je découvre votre site via un lien vers vos documents à télécharger sur le printemps. Je viens de dévorer vos articles sur les différentes pédagogies alternatives, que je connaissais pour avoir lu quelques articles à droite à gauche. Mais j’ai beaucoup apprécié votre synthèse des différentes pédagogies dont vous avez mis en pratique les principes à la maison. Et j’ai appris beaucoup de choses, en plus je vous rejoins totalement sur vos conclusions … Hâte de voir ce que vous écrirez sur Réggio.

    1. Bonjour !! oh merci, merci pour ce joli commentaire 🙂 je suis heureuse que vous appréciez mes articles. Pour le moment, les immersions dans les pédagogies alternatives sont un peu mises en stand-by parce que j’ai un gros projet à mener en ce moment et j’ai besoin de temps. Mais ça me manque beaucoup et je pense reprendre dans les jours qui arrivent 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *