littérature jeunesse

J’apprends à lire en chansons avec Léon le Petit Hérisson {Chut les enfants lisent #100}

Yahou !!!! centième participation au rendez-vous de Yolina : Chut, les enfants lisent ! je vais sabrer le Champomy !

Pour fêter ça, aujourd’hui je vous présente un livre tout à fait inédit, un projet des Editions Hachette Education qui n’est pas encore en vente et que j’ai eu la primeur de tester

Comme vous le savez maintenant, Zélie veut apprendre à lire. Sauf que pendant un temps, l’association lettre-phonème c’était quelque chose d’assez compliqué pour elle. J’avais donc acheté pour l’aider « Mon abécédaire sonore Montessori ».

Mais très vite, j’ai ressenti les limites de cet ouvrage.. 

Tout d’abord la graphie utilisée pour la reconnaissance des lettres est le cursif. Or, au moment où Zélie a reçu le livre, elle ne connaissait pas encore les lettres « en attaché » (elle n’avait que 3 ans et demi à l’époque). Alors bien entendu, c’était le moment pour introduire cet alphabet, ce que nous avons fait. Mais dans la plupart des livres, en ce qui concerne la lecture et non pas l’écriture, c’est le script qui prévaut. A la fin de l’ouvrage, les alphabets scripts sont présentés également (minuscule et majuscule), mais j’ai trouvé dommage qu’ils ne soient pas mis en évidence au fil des pages. 

Ensuite, ce qui a posé problème aussi à ma puce ce sont les puces sonores. D’une part je trouve que le son n’est pas très audible, comme si la personne qui a fait l’enregistrement avait parlé trop près du micro. Ainsi, le son [n] n’est pas très compréhensible, que ce soit pour moi ou pour les enfants, et je l’ai remarqué quand Zélie répétait ce qu’elle entendait. De plus, pour chaque lettre, il y a une puce qui propose à l’enfant d’écouter le son. Par exemple pour le [a] lorsqu’on appuie sur la puce on entend : « [a], trace le [a] » et donc Zélie répétait un peu « bêtement » : « [a], trace le [a] ». Elle n’avait pas compris, et n’a toujours pas compris d’ailleurs qu’elle ne devait répéter que le phonème et pas toute la phrase dite. C’est dommage que la puce ne propose pas juste d’écouter le son au lieu de donner la consigne de tracer ensuite la lettre rugueuse. 

J’avais fait part de mon questionnement sur Instagram et c’est ainsi que j’ai été contactée par Hachette Education afin de tester leur nouveau projet de livre sonore pour apprendre à lire.

Et je n’ai pas été déçue, plus qu’un livre c’est une véritable ressource pour l’enfant et l’adulte, il est ultra complet et propose de nombreuses activités ludiques et pédagogiques. 

Allez, vous me suivez ? on va aller découvrir cette petite merveille. 

Comme à chaque fois qu’un nouveau matériel est « introduit » dans nos activités, je le laisse toujours à la disposition des enfants pour qu’ils puissent le découvrir à leur rythme. Et un livre sonore, ça fait toujours son petit effet à la maison, ce sont les types de livres préférés de Malo ^^ 

 

Le livre en lui même est vraiment très bien construit. A chaque double page, on fait la connaissance d’un phonème.

Le fil rouge de l’album c’est l’histoire de Léon, le Hérisson. Léon est réveillé tous les matins par son amie Anna l’araignée, ensuite il descend prendre son petit déjeuner. Maman lui propose d’aller cueillir des myrtilles et il demande alors à Juliette la souris de l’accompagner. La libellule les emmène dans un petit bois rempli de ces baies dont raffole Léon. Et sous le soleil qui chauffe très fort, les amis remplissent leurs paniers. Il est temps de rentrer mais, panique à bord, les amis se sont perdus. Ils se retrouvent devant une maison toute rose : celle de Mémé et Pépé Loup qui vont demander à Barnabé le Hibou de les raccompagner à la maison.

Chaque double page est agencée de la même manière :

– en haut à gauche, le texte de l’histoire qui tient sur quelques lignes seulement,

– en haut à droite, la puce pour écouter la chanson ainsi que la lettre en creux, en script minuscule,

– en bas à gauche, sur une espèce de guirlande, il y a les paroles de la chanson.

– Sur toute la page, comme pour un abécédaire classique, il y a des objets dont l’initiale est celle de la lettre étudiée sur la double page. Ils sont écrits en cursive et je trouve cela intéressant car ça permet de mettre en corrélation les deux types de graphie.

– Enfin, tout en bas de la double page, quelques consignes d’activités ludiques qui associent tous les sens : le toucher, l’ouïe, la vue … 

L’ordre de présentation des lettres n’est pas celui de l’alphabet, mais se fait en fonction des apprentissages de l’enfant : d’une part les premiers sons prononcés sont souvent le [a] ou le [m] (dans le cas de Malo, le [p] a été prononcé bien avant le [m], d’où le fait qu’il m’appelait papa^^) et d’autres parts certains phonèmes sont davantage utilisés dans le langage écrit. Tous les sons ne sont pas présentés, mais seulement les 12 plus simples : [a], [m], [i], [l], [o], [t], [r], [é], [b], [u], [p] et [s]

Comme je vous l’ai dit, le côté sonore de cet album a tout de suite plu aux enfants et je les comprends. Contrairement à l’abécédaire Montessori, ici on ne fait pas « que » écouter le phonème, celui-ci est inclu dans une chanson et je trouve que c’est très intelligent parce que non seulement ça donne vie au son, mais en plus, naturellement, l’enfant comprendra que le son de la lettre c’est bien, mais associé aux autres sons des autres lettres, ça forme des syllabes, puis des mots, et enfin des phrases. Et ça c’est carrément plus intéressant.

Par ailleurs, les petites chansons sont basées sur des airs connus (Cadet Rouselle pour le [a], une poule sur un mur pour le [m] ou encore coccinelle demoiselle pour le [l]), du coup, elles sont d’une part très attractives pour les enfants et d’autres parts elles sont vite reconnues. Maintenant, la plupart des petites comptines sont connues par coeur par les enfants c’est rigolo de les entendre chanter par dessus le livre (ou d’entendre leur papa fredonner les chansons ahah). 

Ce que j’apprécie aussi c’est qu’au début de chaque comptine, le phonème est chanté plusieurs fois, ce qui permet d’introduire aisément le son : « llllllll libellule déploie tes ailes … »

Intéressons nous maintenant aux petites activités proposées en bas de la double page. Elles sont à chaque fois au nombre de quatre et ce sont toujours les mêmes. 

1. mimer le son. Cette méthode propose d’associer un son avec un geste, en rapport avec la comptine et je trouve cela très astucieux. le [a] est associé aux chatouilles, le [l] est associé au battement d’ailes de la libellule… C’est une activité qui me parle beaucoup parce que je me souviens que lorsque j’étais au CP, mes camarades apprenaient les phonèmes de cette même manière (moi j’avais appris à lire un peu avant 4 ans) et je me souviens particulièrement du ttttttttt du train en marche. Ici c’est un exercice qui a beaucoup aidé Zélie dans la compréhension des phonèmes.

2. retrouver des mots dans lesquels on entend le son. On exagère sur le phonème de la double page afin qu’il soit bien compris par ma puce, ce qui donne par exemple « aaaaaaaaaaaaspiraaaaaaaaaaateur » Non seulement on fait traîner le phonème mais en plus on l’articule davantage (un peu comme la leçon de diction dans « le Bourgeois Gentilhomme » de Molière). Au début cet exercice était un peu fastidieux pour Zélie, mais elle a vite compris que là où il y avait des mots écrits, c’est que le dessin représenté contenait le son ^^ du coup, elle n’hésitait pas à faire comme moi, insister sur le phonème exagérément ! 

3. tracer la lettre. ça c’est une activité que Zélie apprécie particulièrement et qu’elle a déjà eu l’occasion de faire à de nombreuses reprises, que ce soit sur des cartes rugueuses ou bien dans de la semoule par exemple. Le côté sensoriel du tracé permet de mémoriser la lettre, ses contours, sa forme… Zélie a ses codes pour parler des lettres : des bâtons debout, couchés ou penchés, des gros ventres ou des petits, et même des grosses fesses ahah. Elle aime donc suivre les flèches pour tracer la lettre creuse. 

4. associer l’alphabet mobile avec la lettre creuse. Car oui, je ne vous en ai pas encore parlé, mais l’album contient également une pochette dans laquelle il y a les 26 lettres de l’alphabet mobile. Chaque lettre a le gabarit parfait pour être posé dans le creux de la lettre de l’album. Pour cela, j’étale toutes les lettres de l’alphabet sur la table et Zélie est chargée de retrouver la bonne lettre. Depuis quelques jours, on augmente la difficulté, et on associe également l’alphabet script majuscule mobile et l’alphabet cursif mobile. Les lettres mobiles fournies avec le livre sont toutes de la même couleur afin que les enfants puissent se concentrer uniquement sur la forme de celles-ci (une seule difficulté ! la différences consonnes-voyelles n’est pas abordée ici). De plus elles sont représentées la bouche ouverte, comme si elles parlaient. Et j’ai trouvé cela très intéressant et assez proche de ma façon d’expliquer à ma puce. En effet, j’ai tout de suite expliqué que comme les animaux, les lettres ont un cri. Si la vache fait « meuh », le M fait mmmmmmmm. Avec cette méthode, les lettres parlent, elles disent un son qui est le leur. Et quand je vous dis que tous les détails ont été étudiés cela va même jusqu’aux yeux des lettres qui regardent toutes vers la droite, comme le sens de la lecture ! Intéressant non ? 

Après 3 ou 4 doubles pages de sons, il y a une double page « récapitulatif » qui permet de consolider les apprentissages, mais aussi d’associer les sons vus ensemble et créer les premières syllabes et les premiers mots.

Avec cet album sont également fournis un cd avec les chansons qu’on retrouve au fil des pages ainsi qu’un fascicule qui explique le fonctionnement de l’ouvrage. 

Mon avis : 

Nous sommes là en présence d’un projet de méthode de lecture vraiment abouti et d’une grande qualité. Cela s’explique par le professionnalisme et la compétence des auteures. 

Emmanuelle Massonaud, si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez tout de même les livres Sami et Julie dont elle est l’auteure. Nous en possédons quelques uns et dans quelques semaines, ils entreront en jeu, lorsque, grâce à Léon le Petit Hérisson, la fabrication de syllabes et la (re)connaissance de l’alphabet script minuscule seront pleinement acquises. 

Laure Brémont a supervisé le projet avec son oeil d’expert puisqu’elle est directrice d’école maternelle et conseillère pédagogique. 

Par ailleurs, il y a aussi un détail non négligeable, détail qui m’avait un peu posé problème avec l’abécédaire Montessori, c’est que le son des puces est de très bonne qualité : pas trop saturée et surtout audible. Et c’est pour moi indispensable afin de ne pas laisser s’installer de mauvaises habitudes de prononciation chez l’enfant.

Je suis entièrement convaincue de l’intérêt et de l’efficacité de la méthode phonologique pour apprendre à lire (c’est ainsi que j’ai appris seule à lire!) et je le suis encore davantage quand je vois les progrès réalisés par Zélie depuis que nous possédons cet ouvrage. Ce livre, elle le considère comme un jeu et grâce à lui, ses apprentissages sont plus fluides et plus naturels qu’avec une méthode plus formelle. 

J’apprécie également la diversité du matériel : entre les puces sonores, les lettres creuses, l’alphabet mobile, le cd ou encore les petits jeux au fil des pages, on peut passer un temps fou sur ce livre sans jamais s’ennuyer.

Enfin, je terminerai sur le fait que ce livre est également un excellent outil pour accompagner les adultes, les conseils donnés au fil des pages sont très justes et ça permet vraiment à l’adulte d’être présent aux côtés de l’enfant dans l’apprentissage de la lecture, car on le sait tous, c’est quelque chose qui peut sembler très compliqué de prime abord.

Je remercie vivement les Editions Hachette Education qui nous ont permis de découvrir ce livre. Zélie et moi en sommes pleinement convaincues, Le papa aussi d’ailleurs. Lui qui ne donne pas souvent son avis sur les ouvrages que nous possédons à la maison, celui-ci a reçu beaucoup d’éloges. Et enfin du côté de Malo c’est aussi un bon point parce que grâce aux chansons, il développe son vocabulaire et sa diction. Ce n’est pas le rôle initial de ce livre qui est plutôt destiné aux enfants à partir de 4 ans, mais il profite des ressources de sa grande soeur et c’est que bénef pour lui 🙂 

Cet ouvrage ne sera disponible à la vente qu’à partir de juillet 2018. 

Ceci est ma centième participation au rendez-vous de Yolina : Chut, les enfants lisent.

 

J’apprends à lire avec Léon le Petit Hérisson – Editions Hachette Education 

A partir de 4 ans 

19,90€

2 Comments on “J’apprends à lire en chansons avec Léon le Petit Hérisson {Chut les enfants lisent #100}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *