Tendance Zéro Déchet

Le zéro déchet dans notre salle de bain

Il y a quelques semaines, je vous emmenais faire un tour dans ma cuisine afin de vous parler de notre cheminement, en famille, vers le zéro déchet.

Aujourd’hui je m’attaque à une autre pièce : la salle de bain.

Salle De Bain Fenêtre Espace Bain Salle De

(nan ce n’est pas la mienne ahah)

Avant de me lancer dans la réduction des déchets dans la salle de bain, j’ai d’abord franchi une première étape : l’élimination pure et simple des produits cracras, c’est à dire contenant des molécules, des principes actifs ou autres machins qui détériorent notre planète et notre santé. Ainsi, nous avons banni les microbilles dans les dentifrices, les perturbateurs endocriniens et autres dérivés du pétrole.

Cette fois, au lieu de détailler poste par poste nos petites avancées vers le zéro déchet, j’ai plutôt envie de tout ranger en trois chapitres : les gestes acquis, les gestes en cours et ceux qui sont en projet. Cela me permettra de parler davantage de mon cheminement, des questions que je me suis posées, des obstacles que nous avons franchi mais également ce qu’il nous reste à faire pour une salle de bain 100% zéro déchet 🙂

Notre salle de bain n’est pas bien grande et tant mieux. Ainsi, ça nous évite d’entasser des produits inutiles ou d’être tentés de profiter de promos pour acheter de grandes quantités.

En fait, vous vous rendrez vite compte que pour la salle de bain, on n’achète vraiment pas grand chose.

1. Le zéro déchet installé dans notre salle de bain.

comme à l’école, c’est la catégorie verte, ce qui est acquis et qui ne devrait plus changer.

Et elle commence avec une de mes petites fiertés : la fabrication de nos produits cosmétiques et d’hygiène home-made.

Certaines recettes sont approuvées par toute la famille, pour d’autres en revanche, je tâtonne encore pas mal. J’en ai déjà partagées certaines sur le blog, mais je vous remets les liens par ici. Je vais aussi en profiter pour vous donner quelques autres recettes parmi les plus simples et les plus rapides que j’utilise.

– le liniment oléo-calcaire. Il s’agit d’une espèce de crème qui sert à nettoyer les fesses des bébés pendant le change. L’huile végétale qu’il contient protège la peau de l’acidité des urines.

Pour réaliser du liniment il ne vous faut pas grand chose : 49% d’huile d’olive, 49% d’eau de chaux (que vous pouvez trouver dans certaines pharmacies) et 2% de cire d’abeille. Au bain marie, faites chauffer l’huile d’olive et la cire d’abeille jusqu’à complète dissolution de celle-ci. Dans un contenant (si possible en verre et pas transparent) versez le mélange (après avoir attendu un peu qu’il tiédisse) puis l’eau de chaux. Secouez très fort pendant quelques minutes. Une réaction va se former et tout ça va se transformer en liniment 🙂

– le shampooing. On n’utilise pas de shampooing classique mais du shampooing solide. Ainsi, pas besoin de contenant, donc pas de déchet potentiel (sauf si vous réutilisez la bouteille :)) Le shampooing solide se présente sous la forme d’un pain, comme le savon et il s’utilise pareil, mais sur les cheveux. Vous faites mousser en frottant le shampooing sur vos cheveux et après, vous faites comme pour un shampooing classique.

A la maison on alterne les recettes, parce qu’on aime bien quand ça change, mais celui que tout le monde préfère est le shampooing solide au citron parce qu’il est parfait pour les cheveux qui ont tendance à vite devenir gras (et c’est le cas de ceux de mon homme). Je vous avais partagé la recette iciRécemment, je suis tombée à court de tensio-actif solide alors je me suis imaginée une nouvelle recette de shampooing classique qui me plait beaucoup et dont voici la recette

– je ne suis pas fan des produits cosmétiques en tout genre, mais j’ai la malchance d’avoir une peau atopique due à mes nombreuses allergies. elle me brûle, tire dans tous les sens et me gratte énormément. Du coup je suis obligée de mettre une crème dessus afin de me soulager.

Là encore, je fais dans la simplicité : j’utilise cette recette de base que je me suis concoctée et je l’agrémente en fonction des besoins de ma peau qui ne réagit pas de la même manière l’été que l’hiver, ou bien pendant les pics de pollution ou de libération du pollen ahah.

En terme de couches pour Malo, nous avons opté pour des couches lavables depuis 18 mois. Maintenant, Malo ne porte plus de couche, ni la journée, ni pendant les dodos, mais voici néanmoins quelques articles (ici, ici, ici et ) que j’ai écrit pour expliquer notre cheminement ainsi que les marques que nous avons testées. Finalement nous avons terminé sur la marque Bambino Mio et elles sont déjà bien rangées pour le prochain bébé (pas tout de suite hein ) 

De mon côté, j’ai laissé tomber les serviettes hygiéniques et les tampons du commerce étant donné toutes les cochonneries qu’il y a là dedans. A la place, une cup (que je mets beaucoup moins souvent depuis qu’elle a enlevé mon stérilet l’été dernier ^^) et des serviettes hygiéniques lavables que j’ai choisis de coudre moi-même pour réduire encore plus les déchets.

Continuons dans la couture. Pour le change de Malo j’utilise des lingettes lavables cousues par ma copine Adéline, parce que moi, les travaux à la chaîne comme ça, ça m’agace ahah. Nous les avons depuis plus de deux ans et elles ont supporté des lavages intensifs très régulièrement. Pourtant, elles sont encore très bien, même si le tissu s’est un peu grisé 🙂 

Et pour me démaquiller, pareil, des petits cotons cousus maison. Juste une épaisseur d’éponge de bambou que j’ai surfilé tout le tour. Et je les ai rangés dans une jolie pochette que j’ai cousu également. Je vous en parlais ici . Et pour me démaquiller, une goutte d’huile et c’est nickel.

Nous avons dit « bye bye » aux cotons-tiges qui polluent nos océans et nous avons acheté à la place des oriculis, des espèces de mini spatules qui permettent d’enlever le cérumen juste au bord de l’oreille. 

Pour Zélie et moi, j’ai acheté il y a quelques années une brosse et un peigne en bambou. 3 ans après, ils sont encore tous les deux en excellent état.

2. Le zéro-déchet « peut mieux faire » 

Pour certains produits, nous n’arrivons pas encore à atteindre le zéro déchet. 

En témoigne par exemple le dentifrice. Je fabrique ma propre pâte depuis quelques mois et elle me convient parfaitement. Seulement mon homme déteste le goût et aussi le fait que ça ne mousse pas. Par ailleurs, pour les enfants on évite aussi de leur en donner parce qu’il y a des huiles essentielles dedans. Du coup, pour Geoffrey et les enfants, c’est dentifrice bio, mais dans un contenant en plastique (bouhhh). J’aimerais tenter les dentifrices solides de chez Lamazuna ou bien Folie Verte pour voir si ça convient à toute la famille. Affaire à suivre 🙂  

Pareil pour le déodorant. En hiver, ma recette de déodorant fonctionne plutôt bien, mais en été c’est la catastrophe. En plus, elle contient de l’huile de coco alors je ne vous dis pas les traces sur mes vêtements. Je continue d’essayer d’améliorer la recette, mais en attendant, je suis repassée au déodorant industriel, et ça commence à m’ennuyer étant donné les cochonneries qu’on peut y trouver. 

En ce qui concerne les savons melt and pour que je fais, moi j’en suis très satisfaite, mais encore une fois, mon homme (ce relou) adhère moyennement parce que ça ne mousse pas (pourtant je lui répète que la mousse ne lave pas !). Donc on est repassé au savon d’Alep (souvent emballé dans du carton donc c’est nickel en terme de recyclage). Puis ma copine Adélaïde m’a offert 3 savons Folie Verte, une marque française engagée elle aussi dans le zéro déchet, autant vous dire que ça me plait beaucoup. Et le parfun du savon à la menthe est tellement wahou !!! je ne sais plus m’en passer ahah 

3. Le zéro déchet « mauvais élève ». 

Parce que c’est difficile d’atteindre le zéro déchet à 100% il y a toujours des produits qui sont là pour nous le rappeler. 

Le maquillage en premier lieu. Même si je me suis tournée vers une marque bio et vegan (AVRIL), il n’en reste pas moins que tout est stocké dans des tubes, des palettes ou des contenants en plastique. La solution serait d’arrêter de me maquiller, mais même si c’est assez rare, j’aime quand même en avoir pour les occasions, ou bien de le fabriquer moi-même (encore faudrait-il que j’arrive à trouver des contenants en verre, bien meilleur pour la planète que le plastique) 

Du côté de Geoffrey, il utilise de la mousse à raser et de l’après rasage. La mousse est dans une bouteille en alu (beurk) et l’après rasage dans une bouteille en verre (c’est mieux). Mais le pire dans tout ça, c’est qu’il utilise des rasoirs jetables !!! Mais c’est décidé, je vais lui offrir un vrai rasoir avec juste les lames à changer et je vais lui fabriquer des produits juste pour lui 🙂

L’une de nos prochaines étapes c’est les brosses à dents, elles aussi en plastique. Il existe des alternatives en bambou qui me plaisent bien, et d’autres avec uniquement la tête à changer, ou bien même des abonnements où tous les trois mois, vous recevez à la maison une nouvelle brosse. Je vais me pencher sur la question. 

Mes conseils : 

– lisez la composition de vos produits et faites la chasse aux cochonneries. Si vous n’y connaissez rien, je vous invite à vous rendre sur le site https://laveritesurlescosmetiques.com/ qui vous dira ce que contient votre produit et s’il est bon pour votre santé ou non

– faire ses cosmétiques maison ce n’est pas bien compliqué mais il y a néanmoins des précautions à prendre notamment concernant le matériel à désinfecter. Si à terme cela revient moins cher qu’acheter du tout fait, forcément les premières fois c’est un coût parce qu’il faut acheter les matières premières, même si vous n’utilisez pas tout en une fois. Commencez donc par des recettes simples ne nécessitant que peu d’ingrédients

– il va falloir habituer votre petite famille aux produits qui ne moussent pas. Si au début c’est assez déstabilisant, au final on apprécie vite 🙂

– allez-y progressivement dans votre cheminement vers le zéro-déchet. Comme vous le voyez, ici au bout de 6 ans on n’y est pas encore totalement. Le secret c’est de prendre une bonne habitude à la fois pour être sûr de ne pas la perdre

– Si l’étape « couture » vous rebute par manque de temps, manque de machine ou juste parce que vous ne savez pas faire, il existe plein de petits créateurs qui peuvent vous confectionner des lingettes lavables ou des serviettes hygiéniques, pensez à eux 🙂

Et chez vous, ça se passe comment le zéro-déchet dans votre salle de bain ? 

Champ D'Orge, De Blé, Récolte

5 Comments on “Le zéro déchet dans notre salle de bain

  1. Bonjour, vous parler des savons melt and pour dans cet article.
    Justement, cela fais un moment que je regarde pour faire mes savons mais devant la quantité de base Melt and pour qui existe, je n’arrive pas à me décider. j’ai une peau sèche et assez réactive… Pourriez-vous m’indiquer ou vous trouvez votre base melt and pour ?

    1. Bonjour, moi je la prends chez Aroma Zone. Après il suffit de rajouter des huiles végétales des huiles essentielles qui conviennent à votre type de peau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *