apprendre en s'amusant

les plumes des oiseaux {+ document à télécharger gratuitement}

Voici donc le dernier fichier réalisé pour la thématique des oiseaux en s’intéressant cette fois à ce qui fait leur particularité : leurs plumes. En effet, les oiseaux sont les seuls à en posséder. 

Et puis, je ne sais pas chez vous, mais ici c’est toujours la fête lorsqu’on en trouve une, intacte dans la nature (même si souvent ce sont des plumes de pigeons, mais tant pis, c’est chouette quand même !)

Tout d’abord, je vous propose de vous expliquer de quoi sont faites les plumes. Je me suis posée la question de savoir si je faisais des cartes sur « l’anatomie » de la plume, mais je trouvais qu’on entrait un peu trop dans les détails pour une petite fille de 4 ans. 

Néanmoins, si comme moi vous avez plus que 4 ans (en âge réel je parle, pas en âge mental ^^) et que vous vous posez des questions sur tout et n’importe quoi, ce qui suit devrait vous intéresser. Dans le cas contraire, il va vous falloir soit de vous armer de patience, soit de descendre un peu plus bas dans cet article pour arriver à la description des cartes sur les plumes 🙂 

Donc les plumes. Elles sont faites essentiellement de kératine. Oui, comme nos ongles ou bien les poils en tout genre (les nôtres, mais aussi ceux des autres animaux). Si je vous demande à quoi servent les plumes des oiseaux, tout naturellement vous allez me répondre qu’elles leur servent à voler. Et vous auriez raison. Mais elles ont bien d’autres rôles aussi, notamment celui de protéger le corps de l’oiseau (comme les poils donc) parce qu’elles sont capable de réguler la température selon le temps qu’il fait, elles sont imperméables et elles permettent aussi à l’oiseau de se camoufler, mais aussi de parader (oui, voilà, comme le paon qui fait la roue).

le tube au milieu de la plume est appelé rachis sur lequel sont disposés les barbes de manière oblique et de part et d’autre du rachis. sur chaque barbe, il y a des espèces de minuscules poils imbriqués les uns dans les autres qu’on appelle des barbules. C’est grâce à cet enchevêtrement que les barbes restent bien en place et permettent ainsi le vol.

Mais sur un même oiseau, toutes les plumes ne sont pas identiques. On en distingue deux sortes 

– les pennes (ouai comme les pâtes ahah) qui sont les plumes les plus longues et qu’on trouve sur les ailes (les rémiges) et la queue de l’oiseau (les rectrices). Et voilà ce qui est extraordinaire quand on s’amuse à fabriquer des cartes de nomenclature (parce que oui, je m’amuse énormément ^^) : la quantité d’informations qu’on peut emmagasiner. Ainsi j’ai donc pu apprendre qu’en règle générale, les oiseaux possèdent 12 rectrices à leur queue ! 

– les tectrices. Avant de m’informer plus précisément sur les oiseaux, j’appelais ça le duvet. Ce sont ces toutes petites plumes qu’on trouve en règle générale sur le corps de l’oiseau. Les plumes constituant le duvet ne permettent pas à l’animal de voler pour la simple et bonne raison que les barbules ne sont pas attachées entre elles. 

– les plumes sensitives qui sont des organes sensoriels pour les oiseaux. Parmi elles il y a les vibrisses, autour des yeux et du bec, qui sont des plumes sans barbe et sans barbule (donc que avec le rachis) et puis les filoplumes avec un tout petit peu de barbe et qui ont pour mission d’aider l’oiseau à bien ranger ses plumes après la toilette. 

Allez, je clos cet intermède un peu scolaire et j’attaque maintenant le vif du sujet : les cartes de nomenclature. 

Je suis partie sur l’idée d’un jeu d’association qui peut servir pour différentes activités : un oiseau : une de ses plumes, en essayant d’avoir la plume la plus significative (par exemple pour le flamant rose, il me fallait une plume rose, même si l’animal possède des plumes blanches. D’ailleurs, saviez-vous que le flamant rose tire sa couleur de son alimentation ? Eh oui, ce sont les crevettes roses qui colorent ainsi son plumage !) 

J’ai donc rassemblé 27 paires oiseaux/plumes très diverses. 

la grive musicienne, le verdier, le pigeon ramier, la chouette effraie, le faucon, la pie, l’autruche, l’avocette élégante, le fou de bassan, le serin, la buse, la bécasse des bois, le héron, le cygne, le faisan de Colchyde, l’éperonnier de chinquis, le paon, le geai bleu, le moineau, l’ara, le flamant rose, le pic épeiche, la mésange bleue, le coq, la corneille noire, la perdrix  et le cardinal. 

Avec ce fichier, nous nous inventons différents petits jeux. Comme Zélie est encore bien trop jeune pour apprendre à distinguer les plumes, à travers le jeu c’est un peu comme une initiation tout en douceur. 

Nous jouons par exemple au jeu du mistigri, avec que quelques paires les plus significatives auxquelles on rajoute une carte qui n’a rien à voir, le but étant de collecter un maximum de paires oiseau/plume. 

Zélie aime aussi simplement associer les plumes aux oiseaux et pour l’auto-correction, elle compare les mots. Si ce sont les mêmes, alors l’association est bonne. Sinon, elle essaie de retrouver la bonne paire. 

Bon et comment ça fonctionne pour le téléchargement ?

Rien de plus simple, il vous suffit de cliquer sur  ce lien et vous accéderez à la page de téléchargement. Les tableaux sont rangés dans la catégorie « faune et flore »

Bien entendu, cela va sans dire que si je mets mes documents à disposition, je vous demande de les utiliser dans un cadre strictement personnel. De plus, si vous les utilisez, cela me ferait grand plaisir que vous me citiez sur les réseaux sociaux et/ou sur vos blogs. Enfin, si l’on vous demande le document, ce serait très gentil de votre part d’orienter ces personnes vers cet article plutôt que de donner directement le fichier 🙂

8 Comments on “les plumes des oiseaux {+ document à télécharger gratuitement}

  1. Bonjour et un grand merci pour ce superbe travail ! j’ai appris plein de choses grâce à vous et mes enfants de 10 et 12 ans sont ravis. Ces cartes me serviront également avec ma classe de maternelle avec laquelle je travaille en pédagogie Montessori. Nous travaillons beaucoup sur la nature, j’adore cela et les enfants aussi ! Bonne journée !

  2. Bonjour,

    et merci pour ce partage ! ça a du prendre beaucoup de temps !

    Je vais l’imprimer pour mes enfants. J’ai néanmoins une (mini) remarque. La pie représentée est une pie d’Australie apparemment. Les pies de Belgique (et de France je suppose 😉 ) n’ont pas les yeux rouges ni le bec aussi clair.

    Bonne journée et encore merci :-D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *