découvertes sensorielles

Du blé au pain : fabriquer de la farine

Lorsque nous sommes allés observer la moisson, j’avais embarqué avec moi un petit sac à dos et j’en ai profité pour le remplir de grains de blé. J’avais en tête plusieurs idées.

 

La première était de faire un plateau sensoriel pour la table thématique que j’ai fait le lendemain. 

La deuxième est celle que je vais vous expliquer dans cet article. 

Dans le champ de blé, j’ai demandé à Zélie si elle avait une idée de ce qu’on pouvait faire avec le blé récolté dans les champs pendant la moisson. Elle ne savait pas. 

Je lui ai donc expliqué le chemin qu’emprunterait le blé : les remorques bennes remplies de céréales se rendent vers un silo de stockage et les grains de blé sont ensuite revendus pour trois utilisations : 

– la première et la plus connue est pour la fabrication de la farine

– la deuxième est pour la fabrication d’aliments pour les animaux

– la troisième est pour être transformée en biocarburant.

Aujourd’hui c’est la première utilisation qui va nous intéresser, la transformation du blé en farine. 

J’ai bien vu que pour ma puce, le rapport entre les grains de blé du champ de son Papou et le pain qu’elle dévore tous les matins est assez obscur, alors rien de tel qu’une petite manipulation pour l’aider à comprendre n’est-ce-pas ? 

De retour à la maison, nous avons commencé par nettoyer le blé. Pour cela, et vue la quantité que j’ai récupérée, nous nous y sommes prises en plusieurs fois. Une partie du blé est mise dans une passoire et avec le jet d’eau, Zélie était chargée de les inonder afin de retirer la poussière, les petits insectes et autres impuretés. Ensuite, nous les avons mis à sécher dans des plats pendant toute la soirée et la nuit. Comme il faisait très très très chaud, le temps de séchage a été raccourci. A plusieurs reprises, nous avons mélangé les grains dans leurs plats afin de les aérer et de faire remonter à la surface, ceux qui encore humides, étaient dans le fond. 

Le lendemain donc, Zélie a pris les grains de blé et les a mis dans le bol du Thermomix. J’ai ensuite allumé l’appareil vitesse max pendant 1 minute. Puis je l’ai éteint 2-3 minutes et j’ai recommencé ainsi plusieurs fois. Plus le temps de mixage est long, plus la mouture sera fine. 

Pourquoi faire des pauses dans le mixage ? eh bien pour éviter que l’appareil ne surchauffe et ne « cuise » la farine dans le bol. En lui permettant de refroidir, cela permet d’avoir de la farine et pas un truc immonde ^^ 

Une fois qu’on a fabriqué toute notre farine, Zélie a passé un long moment à jouer avec, à y plonger ses mains, à écrire dessus du bout des doigts. C’est vrai que c’est terriblement sensoriel, et encore plus quand c’est elle qui a fabriqué cette farine ! 

La première étape est donc remplie : Zélie a compris que pour fabriquer de la farine, on utilisait les grains de blé. Je lui ai expliqué rapidement qu’en vrai, on ne les mixe pas mais qu’on les écrase. J’avoue que je ne sais pas vraiment quel est le véritable procédé pour fabriquer de la farine. J’aurais aimé aller visiter un moulin, mais celui que j’ai contacté n’a pas donné suite à ma demande. On essayera un autre prochainement ! 

Maintenant, que faire de cette farine ? 

Du pain bien entendu !!! 

Pour la suite de cette activité, je n’ai pas pris de photo, parce que vous comprenez que les mains pleines de pâte à pain ne font pas bon ménage avec mon appareil photo ^^ mais vous pouvez retrouver ma recette classique de pain dans cet article

Au lieu de répéter ce que vous pourrez trouver dans mon précédent article sur la fabrication du pain, je préfère plutôt vous expliquer l’intérêt de cet atelier. 

Encore une fois, j’ai mis l’accent sur une activité pratico-pratique et non pas sur un fichier de cartes de nomenclature afin que les apprentissages soient vraiment concrets pour Zélie. Manipuler les grains de blé, les voir, en direct, se transformer en farine, pouvoir goûter cette fameuse farine, sont autant d’expériences qui marquent l’esprit des enfants. 

Par ailleurs, les bénéfices sur la confiance en soi sont aussi intéressants. Quoi de mieux que l’expérience pour avoir la satisfaction d’avoir créé de A à Z le pain pour le petit déjeuner ? Cela a permis à Zélie déjà de comprendre de quoi est composé le pain, mais aussi de se rendre compte que ce que nous mangeons, de naturel entendons-nous bien, provient de la nature et ce qui semble plutôt « élaboré » peut se fabriquer très facilement : comme la farine par exemple, cette fameuse farine qui permet de fabriquer le pain, les pâtes ou les gâteaux. 

et qui du pain façonné avec notre farine ? Eh bien il était excellent ! la farine était quand même bien moins fluide que celle qu’on peut trouver en vente parce qu’on l’a fabriquée avec les moyens du bord, mais pour autant, étant donné qu’elle a été faite avec du blé complet, elle donne un goût très particulier au pain et le rend bien plus savoureux. 

Vu comme l’atelier a passionné ma puce, à mon avis, on recommencera l’an prochain 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *