littérature jeunesse

Le grand livre-jeu pour sauver la planète {Chut, les enfants lisent #102}

Qui dit rentrée, dit retour du rendez-vous Chut, les enfants lisent !

Je me suis réorganisée cet été afin d’avoir un espèce de planning histoire de ne pas partir tout azimut dans nos activités et je me suis lancée le défi d’un fil rouge tout au long de l’année afin d’orienter les tables thématiques, les lectures, les ateliers, et j’ai choisi pour cela le thème

ECOLOGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

ça n’a échappé à personne, mais c’est un sujet qui me passionne et qui me touche beaucoup. Nous changeons peu à peu nos habitudes, mais j’aimerais vraiment inclure nos enfants dans nos choix de vie afin que, dès le plus jeune âge, ils soient sensibilisés à l’importance de prendre soin de notre planète.

Cet été, j’ai donc acheté un premier ouvrage afin d’introduire la notion de respect de la planète :

Alors je vous l’annonce comme ça, mais ce livre est une pépite, vraiment, nous l’adorons et nous le ressortons très régulièrement.

L’ouvrage, de grande taille est composé de 9 doubles pages. Chacune d’entre elles propose des petits jeux pour en apprendre davantage sur notre planète et l’importance d’en prendre soin.

Mais avant de vous détailler le contenu de cet album, je voulais commencer par dire un petit mot à propos de la présence du célèbre logo au panda de l’ONG (organisation non gouvernementale) WWF qui est apposé sur la couverture.

En effet, WWF, engagée depuis de nombreuses années dans la protection de l’environnement a fait de la préservation de notre planète son cheval de bataille, à travers la mise en place d’actions auprès de la population, mais aussi et surtout auprès des politiques afin d’avertir tout le monde à propos de l’urgence environnementale à laquelle nous sommes actuellement confrontée. Comme l’explique la présidente de WWF France Isabelle Autissier, les enfants sont l’avenir de cette lutte quotidienne pour améliorer l’état de notre planète, aussi, il est essentiel de les sensibiliser au plus vite. C’est donc pour cette raison que le présent ouvrage a reçu le label WWF.

Les 9 doubles pages de ce livre sont en réalité 9 jeux, tous sur une thématique environnementale différente.

1. cherche et trouve

Sur la double page, une multitude de dessins : des animaux, des plantes, des objets, des personnes. Sur le rabat de gauche, il y a quelques questions qui portent sur les habitants de notre planète. Ce premier jeu est donc une introduction au reste de l’ouvrage puisque l’intérêt ici est de définir les connaissances qu’a l’enfant à propos de sa planète. Ce que j’apprécie dans la manière dont le sujet est abordé c’est que tout est expliqué simplement, mais avec des mots compréhensibles, un langage malgré tout engagé afin de faire prendre conscience au lecteur qu’il y a urgence à protéger les espèces animales et végétales qui nous entourent.

la baleine bleue pèse autant que 34 éléphants d’Asie ! Être le plus gros animal du monde ne la protège pas des chasseurs

2. Le grand jeu des animaux.

Ici on est davantage sur une configuration type jeu de l’oie. Au début du livre il y a une feuille sur laquelle il faut découper 4 animaux qui serviront, pour ce jeu, de pions. Comme pour le jeu de l’oie, le but est d’être le premier à terminer le parcours. Mais sur le chemin, certaines cases permettent d’avancer plus vite, et d’autres de reculer. A chaque fois, les actions sont en rapport direct avec un comportement positif (avancer) ou négatif (reculer) pour notre planète.

tu construits un crapauduc pour les batraciens, va en case 13

Je trouve cette idée absolument géniale parce que cela nous permet, avec Zélie, de discuter des comportements notés sur les cases. Les situations présentées sont pour la plupart facilement transposables avec notre quotidien (ramasser les déchets sur la plage, manger moins de viande, …) mais c’est également très intéressant de se rendre compte qu’il existe d’autres bons ou mauvais comportements, à des niveaux qui ne nous touchent peut-être pas, mais qui sont malheureusement la réalité dans d’autres pays.

3. vrai ou faux.

Alors là, je crois que c’est ma page préférée parce qu’elle engage la conversation sur des habitudes que nous avons, et surtout parce que le discours est, ici aussi, clairement engagé !

Au dessus de chaque flap, il y a une affirmation et l’enfant doit dire si celle-ci est vraie ou fausse. La réponse se trouve en soulevant le flap. Il y a également une explication sur la réponse.

Manger de la pâte à tartiner ça détruit les forêts »

Voilà l’affirmation qui me plaît le plus étant donné mon aversion profonde pour cette marque de pâte à tartiner aux noisettes responsable de la déforestation et de la mise en danger des orang-outans ! Mais cependant, la réponse apportée n’est pour moi, pas assez précise. Ce sont les pâtes à tartiner qui utilisent l’huile de palme qui sont mauvaises pour la planète, pas celles qui sont fabriquées autrement. A la maison, nous mangeons de la pâte à tartiner que je fabrique moi-même, sans huile de palme bien entendu. J’insiste bien auprès de Zélie sur le fait qu’il y a toujours des alternatives plus écologiques à tous les produits ou les habitudes que nous avons .

Et puis, d’un point de vue personnel, je suis ravie d’avoir appris quelque chose en lisant ce livre, puisque si jusqu’alors je pensais que le logo représentant deux flèches (blanches et vertes) imbriquées l’une dans l’autre signifiait que l’emballage est recyclable, il n’en est rien. ça veut juste dire que le fabriquant du produit paye pour qu’une entreprise traite ses déchets.

4. A toi de jouer.

La double page représente un jardin avec des flaps et des animations. Le but est de pointer du doigt les bons comportements dans le jardin. On a pu transposer l’illustration avec notre propre jardin et Zélie était fière de voir que, comme dans le livre, on a un compost et des fleurs qui attirent les insectes pollinisateurs. Maintenant, comme le lait sur le feu, elle surveille notre chat dès lors qu’il y a un oiseau dans notre jardin !

Ici l’intérêt de ce jeu est de montrer que toutes les petites bêtes qu’on trouve dérangeantes, ben au contraire il faut les préserver parce qu’elles sont essentielles dans l’éco système. Notre jardin doit être un lieu accueillant pour nous qui en profitons au quotidien, pour notre chat qui s’y prélasse tout au long de la journée mais également pour toutes les petites bêtes qui viennent y trouver refuge.

5. Choisis les bons produits.

Cette fois, nous voilà dans un magasin. Le but du jeu est de questionner l’enfant (et ses parents bien entendu) à propos des produits qu’il consomme à la maison.

On s’intéresse donc aux fruits et légumes de saison. Et cela a été une véritable prise de conscience pour ma puce, de comprendre que les tomates ne poussent pas l’hiver et qu’on ne mange pas de potimarron en plein été.

Parsemés sur les illustrations, on voit des logos connus et reconnus comme la feuille dont le tour de celle-ci est représenté par des étoiles pour les produits issus de l’agriculture biologique ou bien le logo fairtrade  pour les produits issus du commerce équitable.

C’est aussi l’occasion de parler du zéro déchet. Par exemple Zélie me dit : » j’aime bien moi, les petits suisses comme sur le dessin, pourquoi tu n’en achètes jamais ? » – je lui ai demandé quel était son avis. Et je rabâche tellement les oreilles de tout le monde avec le zéro déchet qu’elle a su me dire que les pots des petits suisses remplissaient trop vite nos poubelles et que c’était mieux de manger des desserts dans des pots en verre qu’on ne met pas à la poubelle mais au lave vaisselle ^^

Sous flap, le livre propose une alternative à une mauvaise habitude alimentaire : privilégier le bio et l’équitable, éviter les produits transformés, dire non au suremballage, limiter la consommation de viande …

6. cherche et trouve

Encore un cherche et trouve mais cette fois, davantage axé sur les économies d’énergies dans la maison. 4 pièces sont représentées : chambre, salle de bain, garage et séjour. A chaque fois, dans chaque pièce il y a de mauvais comportements. Le but est de pointer du doigt tout ce qui est possible de faire pour limiter notre consommation d’énergie

Encore une fois, je m’aperçois que tout ce que je répète à longueur de journée fait son petit chemin dans l’esprit de Zélie qui a identifié immédiatement le nombre de lumières allumées dans toutes les pièces ou bien même le robinet qui coule pendant que la petite fille se brosse les dents.

On a discuté des alternatives et on a vérifié cela en rabattant les flaps laissant alors apparaître les bons gestes à avoir dans les 4 pièces en question.

J’ai aussi beaucoup ri lorsqu’elle a identifié comme étant un mauvais comportement, la présence d’une télévision, allumée dans le salon. Visiblement, pas d’écologie dans son raisonnement, elle sait que la télévision n’est pas excellente pour son cerveau et ça lui suffit ahah

7. choisis tes cadeaux préférés

encore une page avec des flaps, mais malgré tout, pas de redondance. Ce petit jeu propose à l’enfant de choisir parmi tous les jouets sur la double page, ceux qui sont les plus écolos.

Bon, la première fois, Zélie n’a pas vraiment compris la question, et elle a choisi tous les jouets qui l’intéressaient 😀

Je lui ai expliqué que certains cadeaux respectaient plus la planète que d’autres et que c’était mieux de choisir ceux là.

J’ai encore rigolé quand j’ai vu qu’elle ne reconnaissait pas la console de jeux qu’elle a confondu avec une télécommande (et donc selon elle « c’est nul d’avoir une télécommande en cadeau sans la télé »).

encore une fois, j’ai développé également mon avis concernant des avis assez tranchés du livre, notamment avec le cadeau « ticket d’entrée au cirque ». Moi je suis carrément contre les cirques qui utilisent des animaux et ici, ils n’en font malheureusement pas mention. Mais je ne me gêne pas pour expliquer mes choix et mes points de vue à ma puce qui comprend parfaitement que la place d’un chameau n’est pas dans un cirque ! (et pour info j’ai un avis plus modéré pour les parcs zoologiques, enfin surtout concernant ceux qui oeuvrent pour la préservation des espèces et pas ceux qui utilisent les animaux pour des « tours » destinés à amuser la galerie – coucou Marineland !)

8. A toi de jouer

6 poubelles disposées en cercle et tout un tas de déchets au milieu. Le but étant de définir quels déchets vont dans quelle poubelle.

Les poubelles représentent : les déchets papiers/cartons, le verre, le retour au magasin, la déchetterie, ce qui ne peut pas être recyclé, et le plastique/métal.

L’idée est géniale, vraiment. Mais cela ne correspond absolument pas avec la politique de tri dans ma communauté urbaine. Nous avons 4 bacs poubelles : un pour les déchets non recyclables (poubelle grise), un pour les végétaux (poubelle verte) qui ne sont d’ailleurs même pas représentés ici, un pour les papiers et les cartons (poubelle rouge) et un pour le verre, le plastique et le métal (poubelle bleue).

Nous avons également tout un réseau de déchetteries dans le coin, qui sont gratuites pour toutes les personnes habitant dans la communauté urbaine et possédant la carte d’entrée (elle aussi gratuite)

Je n’ai donc pas vraiment fait de comparaison avec notre système à nous pour ne pas mélanger les pinceaux dans l’esprit de Zélie.

Cependant, j’ai davantage insisté sur comment on trie les déchets dans notre maison. Nous avons 3 poubelles : une pour les déchets non recyclables, une dans laquelle on met les bouteilles en plastique, les briques de jus de fruit par exemple et les conserves et une troisième pour tous les papiers et cartons propres (c’est à dire, pas l’emballage tout gras de la baraque à frites). Et puis on a aussi un seau pour les épluchures qu’on va vider régulièrement dans le composteur. Maintenant quand elle jette quelque chose à la poubelle Zélie sait où se diriger et dans le doute, elle me demande.

9. Quel écolo es-tu ?

Un petit jeu de questions-réponses type test qu’on peut trouver dans les magazines avec à la fin, notre portrait selon nos réponses.

Alors si je trouve l’idée excellente, Zélie a eu beaucoup de mal à répondre aux questions, je crois qu’elle est encore un peu trop jeune pour cela. Mais cependant, les situations énoncées sont vraiment pertinentes et adaptées au quotidien des enfants (certes un peu plus âgés que Zélie).

Sur cette page il y a également une petite pochette en bas à droite dans laquelle il y a des espèces de « bons points écolos ». L’enfant est invité à coller ces bons points dans les lieux destinés à les accueillir : le stop-pub sur la boite aux lettres par exemple.

Je suis plus que convaincue par cet ouvrage, mais également pour la collection KIDIDOC aux éditions Nathan. Je ne la connaissais pas avant cet été (enfin si, j’avais vu les ouvrages mais nous n’en avions pas) mais je pense bien que je vais me tourner vers elle assez régulièrement, au même titre que les p’tits docs que nous affectionnons beaucoup ici.

Ceci est ma cent-deuxième participation au rendez-vous de Yolina : Chut les enfants lisent.

Le grand livre-jeu pour sauver la planète
Editions Nathan – Collection Kididoc
16,95€

One Commnet on “Le grand livre-jeu pour sauver la planète {Chut, les enfants lisent #102}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *