littérature jeunesse

Mon ami {Chut, les enfants lisent #103}

Ce week-end, un petit nouveau est venu étoffer notre bibliothèque !

Vous connaissez sûrement la collection des ouvrages réalisés par l’auteure Astrid Desbordes et l’illustratrice Pauline Martin. A travers leurs albums, elles abordent avec une infinie douceur des thématiques qui touchent au plus près les enfants : l’amour infini d’une maman pour son enfant dans « Mon Amour », les craintes face à l’inconnu dans « Ce que Papa m’a dit », l’arrivée d’un enfant dans « Un amour de petite soeur », la confiance en soi dans « Ce que j’aime vraiment » ou encore le rituel du coucher dans « au lit ».

A chaque fois, on retrouve le même petit héros, Archibald, petit blond aux cheveux bouclés, représenté dans son quotidien et magnifiquement mis en scène par la talentueuse Pauline Martin.

Dans ce nouvel ouvrage, les deux auteures s’intéressent à un sujet très intéressant : la différence.

aujourd’hui, à l’école, il y a un nouveau. Il s’appelle Sam. Le problème avec lui ce n’est pas qu’il est nouveau, c’est qu’il est différent.

Archibald est assez curieux de voir ce nouveau qui passe son temps à regarder le ciel alors que les autres enfants jouent dans la cour de récréation ou bien écoutent la maîtresse. Le petit héros va alors s’intéresser à Sam, s’asseoir à côté de lui et petit à petit, apprendre à regarder comme Sam. Puis un jour Sam n’est pas là. Archibald se sent triste, Sam lui manque. Heureusement Sam reviendra.

Fidèle à l’ensemble des autres ouvrages, on retrouve ici la plume si particulière d’Astrid Desbordes, la douceur dans les mots choisis, la poésie qui flotte quand on lit l’album. Je suis toujours frappée par la justesse des mots. Grâce à Astrid Desbordes, tout est si simple, si évident. Elle écrit avec la plume de la bienveillance : pas de critique, juste des pensées, un cheminement de la réflexion et surtout, cette extraordinaire possibilité de s’approprier le texte selon notre propre sensibilité.

Voilà, c’est incroyable. Comme pour les précédents albums, Astrid Martin arrive à nous toucher au plus profond de nous. A la maison, nous lisons régulièrement « Mon Amour » et il ne se passe pas une lecture sans que les larmes ne me montent aux yeux. Comme si le texte était aussi à destination des parents, ce sont des livres qui font du bien, des livres pansements, des livres doudous qui nous rassurent dans notre rôle, aussi extraordinaire que difficile, de parents.

Que j’aime ces ouvrages où le texte et les illustrations vont si bien ensemble ! La douceur des mots se retrouve dans les couleurs pastel des illustrations, la simplicité du discours se marie avec des dessins sans trop de détails, juste ce qu’il faut, la bienveillance est partout, dans l’attitude des personnages, dans le champ lexical …

J’apprécie énormément la thématique abordée dans l’album. La différence des autres est un sujet difficile à introduire avec les enfants parce que les parents ont bien souvent des représentations très fermées : attention à ne pas froisser l’autre, ne pas regarder avec trop d’insistance, il ne faut pas non plus poser trop de questions… Alors que l’enfant, avec son esprit libre et spontané, ne remarque pas la différence de la même manière, et dans la majorité des cas sa curiosité n’est pas malsaine, juste logique pour un petit.

Malo par exemple regarde toujours avec insistance les fauteuils roulants. J’ai pris le parti de ne rien lui dire puisque je vois bien que ça ne gêne pas les personnes. Un jour, une dame lui a fait coucou avec la main. Il s’est approché d’elle et il lui a demandé en montrant la roue « ça roule ça ? » eh oui, c’est la mécanique de l’appareil qui l’intéresse. Mon petit garçon est dans le pratico-pratique.

J’ai eu droit à une belle leçon d’humilité il y a quelques mois avec Zélie. Un soir en rentrant de l’école, elle me dit : « elle a de la chance Lily » Lily (je ne suis plus sûre du prénom^^) est une petite fille de l’école, elle est dans un fauteuil roulant. « Ah bon ? » lui dis-je ?  » tu penses que c’est une chance d’être dans un fauteuil roulant? » – « ben non, elle a de la chance parce qu’elle a un cartable Reine des Neiges » !

Je me suis sentie un peu bête quand même ahah.

J’ai eu l’immense chance de travailler au contact des personnes handicapées pendant quelques mois et c’est une expérience que je n’oublierai jamais. Je souhaite transmettre à mes enfants l’amour des autres, le regard bienveillant, l’équité entre tous et des ouvrages tels que « mon ami » sont de fabuleux outils pour parler de la différence, du handicap.

Bravo aux deux auteures, continuez à nous émerveiller de la sorte, vous participez à apporter davantage de tolérance et d’amour !

Ceci est ma cent-troisième participation au rendez vous de Yolina : Chut, les enfants lisent !


Mon Amour – Albin Michel Jeunesse
Astrid Martin – Pauline Desbordes
Prix : 9,90€

One Commnet on “Mon ami {Chut, les enfants lisent #103}

  1. Nous suivons cette collection depuis le début et nous sommes touchés en plein cœur à chaque fois. Ces albums sont magnifiques, bienveillants et toujours positifs. Et celui-ci ne déroge pas à la règle : il est sublime !

    Concernant le handicap, l’année dernière dans ma classe de moyenne section, une maman s’était étonnée que son fils ne se rende pas compte que L., enfant autiste, était différent. Pour son fils, c’était juste un copain comme les autres 🙂 Moi je trouvais cela super !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *