littérature jeunesse

Pilloune {Chut, les enfants lisent #108}

Il y a de chouettes auteurs que je découvre au travers de maisons d’éditions plus ou moins célèbres, et puis il y a les auto-édités, ces « petits » auteurs par leur notoriétés, mais grands artistes par leurs oeuvres. 

Aujourd’hui c’est de l’un d’entre eux dont je voudrais vous parler : Michaël Fok Bor. 

Michaël est avant tout photographe et surtout passionné de la nature. Je l’ai découvert tout récemment sur Instagram  et j’ai immédiatement été émerveillée par la poésie et le rêve qui se dégagent de ses magnifiques photographies. Michaël prend le temps d’apprécier les paysages, les atmosphères qui en ressortent, il observe les animaux, petits et gros qui se trouvent sur son passage, il les suit, et capture le moment d’intimité qu’il a eu la chance de partager avec les habitants de notre jolie planète.

Ce que j’apprécie beaucoup dans son travail, c’est qu’au delà de la photographie qu’il publie sur son compte Instagram, il prend le temps de détailler ses émotions, son ressenti, en fait, lorsque je lis le texte qui accompagne sa photo, j’ai l’impression d’être immobile, tapie derrière un bosquet, retenant mon souffle pour ne pas déranger le spectacle qui s’offre à moi, et à Michaël. A travers sa photo et le commentaire, Michaël nous emmène avec lui en balade à la rencontre d’une petite chouette bien rigolote, un papillon magnifique, une cigogne majestueuse …

A mes yeux, une photo n’a de sens que si l’on comprend l’émotion du photographe, sa passion et son amour pour le sujet capturé. Et pour le coup, Michaël arrive à émouvoir par l’image et par les mots 🙂 

Michaël, c’est aussi le papa de Pilloune, la petite héroïne espiègle de ses deux premiers ouvrages de littérature destinée à la jeunesse. 

Mais qui est Pilloune ? 

Pilloune c’est cette adorable petite poupée, l’enfant des étoiles qui est arrivée sur notre planète, dans le Jardin des Merveilles avec une mission très importante : trouver des idées afin que les étoiles puissent nous aider à rêver. 

Ainsi commence Pilloune et le Jardin des Merveilles. 

Débarquée sur la Terre grâce aux perles des étoiles, les gouttes de pluie, Pilloune va partir à la recherche des trésors du Jardin des Merveilles avec l’aide de ses deux amis : Stella et Ricochet.

A travers ses déambulations dans le Jardin des Merveilles, Pilloune et ses amis croiseront le chemin de petits animaux et de merveilles de la nature, ceux-là même qu’avec nos yeux d’adultes nous ne voyons même plus : des brins d’herbe entortillés, une petite pâquerette, des fraises, un papillon … 

Et grâce à tous ces trésors accumulés, les étoiles peuvent enfin briller davantage pour illuminer nos rêves. 

Dans le deuxième ouvrage : Pilloune et le Chagrin de la Terre, la petite héroïne sent bien que notre planète est bien triste. Elle aimerait prévenir les étoiles afin qu’elles puissent envoyer à la Terre, les nombreux trésors qui font leur bonheur à elle et qui pourraient calmer le chagrin de la planète. Ah si seulement elle savait voler… Elle se décide alors à questionner tous ceux qu’elle rencontrera sur son passage, elle veut savoir comment ils ont appris à voler. Le papillon a appris à écouter son coeur, la mésange utilise son chant pour se transporter dans les airs, l’orchidée se déplace dans l’esprit des gens qui pensent à elle. 

Mais toutes ces réponses n’aident pas beaucoup Pilloune, elle n’a toujours pas compris comment elle allait pouvoir s’envoler afin de prévenir les étoiles de la détresse de la Terre. Mais le pouvoir de l’amour et de la volonté est bien plus fort que ce que l’on croit et les étoiles ont entendu l’appel de Pilloune. Elles envoient alors sur la Terre une pluie magique et étincelante de trésors qui, en tombant sur le sol arrivent à faire rire la Terre qui en oublia son chagrin. 

Vous vous en êtes aperçu, dans ces deux ouvrages, la poésie et l’amour de la nature sont très forts. Dans le premier livre, Michaël nous invite à la rêverie, il nous enjoint à observer le plus minuscule brin d’herbe et à trouver en lui, et en chacune des merveilles de la nature, la poésie qui s’en dégage. Et il a tellement raison ! Pilloune, l’enfant des étoiles a compris qu’avec des yeux d’enfants, des yeux toujours ouverts, un regard émerveillé, on peut trouver la beauté partout dans la nature. J’aime observer le monde à travers les yeux de mes enfants, je n’ai jamais perdu cette faculté de regarder en toute naïveté le monde qui nous entoure. J’aime prendre le temps d’écouter une mésange qui chante dans un arbre, ou observer un pissenlit qui danse au rythme du vent. Pilloune et le Jardin des Merveilles nous rappelle à tous à quel point la nature est belle et comme cela nous remplit de joie lorsque nous prenons le temps de nous arrêter dans notre quotidien à 100 à l’heure afin de se faire tout petit et de l’observer sans un bruit. 

Dans le second livre, l’amour de la planète est très fort également, puisque devant le chagrin de la Terre, Pilloune va faire tout son possible pour lui apporter du bonheur. Mais au delà, on comprend aussi que l’auteur souhaite faire passer un autre message : avec de la volonté et beaucoup de bienveillance, on peut arriver à son but, surtout quand celui-ci concerne quelqu’un d’autre. Car oui, dans cet ouvrage (comme dans le précédent) Pilloune fait tout ce qui est en son pouvoir pour contenter la Terre (ou bien les étoiles). La notion de partage et d’altruisme est extrêmement présent, Pilloune trouvera son bonheur et sa satisfaction en aidant les autres. Il deviendra riche de ses expériences et de ses rencontres grâce à sa générosité. 

Ce que j’aime beaucoup dans ces deux ouvrages c’est le texte qui invite vraiment à la rêverie, la poésie est omniprésente avec un chant lexical tout à fait particulier. On a l’impression de faire appel à nos cinq sens, à ressentir ce que Pilloune ressent lorsqu’il est enveloppé par la brume, ou lorsque la pluie tombe. C’est un parti pris vraiment très intéressant et qui a fait mouche auprès de Zélie et Malo (mais un peu plus de Zélie qui commence vraiment à s’intéresser au domaine de l’imaginaire et de la rêverie), mais de moi aussi 🙂 

Et puis, vous avez remarqué, je ne vous ai pas parlé des illustrations. En fait, il n’y en a pas. Michaël a choisi d’illustrer ses ouvrages de photos absolument magnifiques : sur la page de droite : le texte et sur la page de gauche, une photographie qui met en scène l’histoire. C’est vraiment chouette parce que l’histoire invite tellement à la rêverie, que le fait de mettre en scène de vraies photos permet de se dire qu’en fait, le rêve est tout autour de nous, il est à la portée de tous ceux qui prennent le temps d’observer la nature. Car rien n’est extraordinaire, toutes les photos mettent en valeur des éléments communs de la nature : une pomme de pin, un brin de muguet, une mésange … tout ce qu’on peut rencontrer au gré de nos balades. En fait, Michaël a su capturer tout ce que la nature commune a de féerique et poétique. Et le côté poétique est davantage mis en exergue avec la présence de la petite poupée sur chacune des photos. 

Parmi toutes les photographies dans les deux ouvrages, voici celle que je préfère ♥

Bref, vous l’aurez compris je crois, je suis tombée sous le charme de ces deux albums pleins de promesses. 

**********

Et vous savez quoi ? Michaël vous propose de gagner un exemplaire de Pilloune et le Chagrin de la Terre (mon préféré d’ailleurs ♥) !!! Quelle chance ! Je vous donne rendez-vous sur mon compte Instagram, c’est par là-bas que se passe le concours 🙂 

**********

Ceci est ma cent-huitième participation au rendez-vous de Devine Qui Vient Bloguer : Chut les enfants lisent

Pilloune et le Jardin des Merveilles - Pilloune et le Chagrin de la Terre
Michaël FOK BOR - autoédité
Prix : 12 euros. 

Livres offerts par Michaël, merci pour ta confiance ♥

8 Comments on “Pilloune {Chut, les enfants lisent #108}

  1. Un immense merci Elodie pour faire la part belle à la nature ainsi qu’à la rêverie à travers ce superbe retour.

    Un article bien construit et bien illustré comme à ton habitude et qui, signé d’une belle plume a réussi à me transporter dans la peau d’un lecteur qui découvre avec toi l’univers de Pilloune. Et je suis véritablement surpris de voir à quel point tu vises juste ! A travers les mots et les photos, je suis enchanté de me rendre compte que tu as su capter mes intentions et celles du personnage.

    Je suis très heureux de la rencontre de nos deux univers et te remercie encore une fois pour ce magnifique retour !

    Que le rêve t’emporte ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *