activités créatives, apprendre en s'amusant

Exploitation d’album – Toutes les couleurs {+ documents à télécharger gratuitement}

Il y a des albums de littérature de jeunesse qui, au premier abord, semblent extrêmement simplistes. Pourtant, lorsqu’on creuse un peu, lorsqu’on va au delà du texte quasiment absent et qu’on s’intéresse à leur essence, on se rend alors compte de leur incroyable richesse. 

C’est le cas de « Toutes les couleurs », un album écrit et illustré par le génial Alex Sanders en 1998 et qui est pourtant toujours aussi moderne. 

Lulu Lapin est un petit personnage récurrent dans l’univers d’Alex Sanders puisqu’il est le héros de plusieurs autres livres tels que Pourquoi ? (qui a été offert par ma copine Adélaïde et que les enfants adorent), sur les pas de Lulu, comme Papa, ou encore Et toi? pour ne citer qu’eux. 

Dans cet album, Lulu se promène dans la nature et au fil de sa balade, il va enchaîner des actions qui le saliront : il glisse sur l’herbe et a les fesses toutes vertes, il mange des fraises et a la bouche rouge, il saute dans la boue et a les pieds marrons, il cueille des fleurs et a les mains jaunes. 

Ce que j’apprécie beaucoup dans les livres d’Alex Sanders, c’est l’humour facilement accessible aux plus petits et surtout une chute toujours rigolote. Ici, Lulu offre les fleurs à sa maman qui est surprise de le voir aussi coloré. Elle lui dit alors qu’il a oublié le bleu et hop elle lui fait couler un bain. 

Au delà du texte qui est très très succinct, comme je vous le disais plus haut, le plus intéressant est de regarder au delà et c’est ainsi qu’on se rend compte que l’ouvrage parle de beaucoup de choses : les couleurs bien sûr puisque le lapin se colore en fonction des éléments auxquels il touche, mais aussi les différentes parties du corps ou encore les relations de cause à effet : pourquoi Lulu a-t-il la bouche rouge ? eh bien parce qu’il a mangé des fraises … Enfin, il est aussi très intéressant pour étudier la progression logique de l’histoire. D’abord le lapin est blanc, tout propre, puis il a du vert sur les fesses, puis du rouge sur la bouche en plus du vert sur les fesses … 

Voilà donc pourquoi je me suis intéressée tout particulièrement à cet album. 

En fait, pour être totalement honnête avec vous, au départ, lorsque j’avais l’idée d’une table sur les couleurs, je pensais exploiter l’album « Pop mange de toutes les couleurs » du même auteur d’ailleurs, mais les maîtresses de Malo ont été plus rapides que moi parce qu’ils l’ont étudié en septembre. Comment je le sais ? Eh bien Malo a la chance d’avoir deux enseignantes absolument formidables qui sont persuadées que l’école se doit d’être ouverte sur la famille. Pour cela elles proposent régulièrement ce qu’elles appellent des sacs à raconter. Dans ce sac, il y a l’album étudié en classe (pour le moment on a eu « Pop Mange de toutes les couleurs », « trognon et pépin » ainsi que « Gloups »), parfois d’autres livres autour du même thème et surtout un petit défi à faire avant de rendre le sac. Dans le cas de Pop Mange De Toutes Les Couleurs, il y avait un carnet avec des dessins du dinosaure et un petit texte à trous : « ce soir, Pop a dîné chez ….(nom de l’enfant)…. Il a mangé …(un aliment)… et il est devenu tout … (couleur de l’aliment) … Il fallait donc peindre/colorier/coller des objets afin de colorer Pop de la couleur de l’aliment. Chez nous, Pop est resté 3 soirs (on avait le sac pour le week-end), Pop a mangé des framboises, il est devenu tout rose (Malo a fait des empreintes de doigt avec un tampon encreur), il a mangé du raisin et il est devenu violet (Malo a collé des fleurs de lavande) et il a mangé des tomates et il est devenu rouge (Malo a collé des brins de laine). Je ne voulais pas que ce soit redondant pour Malo donc Pop est dans notre sélection de livres sur les couleurs, mais ce n’est pas celui qui a été choisi pour l’exploitation.

J’ai donc proposé aux enfants 3 petites activités autour du livre Toutes Les Couleurs. 

1. progression logique. 

Un peu à la manière des images séquentielles que Zélie aime beaucoup, j’avais envie de mettre en place un petit jeu de progression logique mais qui ne fasse pas appel aux véritables illustrations du livre. J’ai alors choisi d’utiliser de vraies photos qui représentent les éléments qui colorent Lulu Lapin. Il y a donc 6 cartes : 2 cartes Lulu : une lorsque le lapin est propre, donc tout blanc, et une lorsqu’il est tout coloré, 1 avec de l’herbe, 1 avec des fraises, 1 avec de la boue et 1 avec des jonquilles. 

Le but du jeu est simple, j’ai demandé à Zélie de remettre dans l’ordre les cartes selon l’histoire. La première carte à poser est celle du lapin tout blanc. Et ensuite, que lui arrive-t-il ? 

Cette activité a un peu surpris Zélie qui s’attendait à des images séquentielles, mais elle s’est tout de suite adaptée et a classé les cartes sans aucun souci. 

Je n’ai pas proposé cet exercice à Malo parce que c’est encore complexe pour lui, pour autant, je l’ai laissé manipuler les cartes parce qu’il en avait très envie. Pour lui, nous avons associé chacune des cartes avec les pages du livre et ça lui a très bien convenu

2. classement par taille. 

L’hiver dernier j’avais réalisé quelques petites activités mathématiques (que vous pouvez retrouver ici) parmi lesquelles il y avait un petit jeu de classement par taille que Zélie avait adoré. Je ne me suis pas cassée la tête, j’ai repris le même système : une image représentée 4 fois mais avec des tailles différentes. Cette fois, pas de flocon ni de bonhomme de neige, c’est Lulu Lapin qui se retrouve sur mes cartes. 

J’ai commencé à disposer les cartes devant Malo et je lui ai expliqué : « on va ranger les cartes de la plus petite à la plus grande ». C’est la toute première fois que je lui propose ce genre d’activité, je savais donc que ça allait être un peu compliqué pour lui de comprendre la consigne, alors pour la première fois, nous l’avons fait ensemble. Je lui ai demandé : »quelle est la carte avec le plus petit lapin? » – il me montre la bonne carte « très bien ! nous allons la poser là (sur sa gauche). Ensuite, parmi les cartes qui restent, quelle est celle avec le plus petit lapin ?  » et ainsi de suite. Quand le classement a été réalisé, je lui ai expliqué : « nous avons rangé les lapins du plus petit au plus grand, ce lapin est le plus petit, celui-ci est le plus grand. Ce lapin est plus petit que celui-ci, mais plus grand que celui-là ». Il n’en perdait pas une miette et a voulu recommencer seul. 

Quand ce fut au tour de Zélie (qui attendait avec une impatience à peine contenue ahah) j’ai changé les règles : « toi Zélie, j’aimerais que tu ranges les lapins du plus grand au plus petit. Du plus GRAND au plus PETIT. Tu as bien compris la consigne ? » – « oui, oui ». Et elle se lance dans son classement … du plus petit au plus grand … Eh oui, Mademoiselle n’écoute qu’à moitié et refait ce que Malo a réalisé. 

« tu as classé, sans faute, les lapins du plus PETIT au plus GRAND, bravo. Cependant la consigne était de classer les lapins du plus GRAND au plus PETIT. Que peux-tu faire alors pour respecter cette consigne? » Réponse de l’intéressée (à peine blasée…) « ben recommencer hein … » Elle a donc recommencé et a réalisé le classement selon la consigne. 

3. arts visuels : le cahier de Lulu.

Comme je vous avais dit plus haut, j’ai beaucoup aimé que le livre traite plusieurs sujets en même temps. J’ai voulu garder la richesse de l’album à travers la production que j’allais proposer aux enfants. C’est en cherchant un coloriage de Lulu sur Google Images que j’ai eu mon idée puisque j’ai vu passer des cahiers réalisés par des élèves dans leurs classes de maternelle et j’ai bien aimé l’idée. Je l’ai donc adapté à ma sauce et réalisé entièrement. Pour cela, j’ai créé un fichier de plusieurs pages dans lequel on retrouve sur chacune : un texte (le titre du livre ou bien le nom de la couleur) écrit dans une police aux lettres creuses, et un dessin de Lulu. Sur la dernière page, des petites étiquettes à couper et à coller. 

Le principe est simple. On a commencé par les pages intérieures, celles qui représentent les couleurs. Il y en a 5 dans le livre : le vert, le rouge, le marron, le jaune et le bleu. A chaque page, je demandais à Malo (Zélie a tout fait en autonomie dans son coin^^) de colorier avec la bonne couleur, le titre et la partie du corps concernée. Par exemple, en glissant sur l’herbe, Lulu a eu les fesses vertes. Malo a alors colorié les fesses et le mot VERT en vert ! Avant de se lancer dans le coloriage, et pour être certaine qu’il comprenait bien la consigne, je lui ai demandé de me montrer sur son dessin « où sont les fesses, les mains…? » Puis, il était chargé de coller sur la page, les deux étiquettes correspondant à la couleur, c’est à dire la partie du corps concernée par la coloration et l’élément qui a coloré Lulu (dans le cas du vert, il a collé les fesses et l’herbe). J’avais découpé toutes les étiquettes en amont pour qu’il n’ait qu’à les choisir, mais Malo s’est chargé seul de les coller. C’est la première fois qu’il se servait d’un bâton de colle et il a adoré ^^ 

Pour le bleu, il a colorié tout le lapin parce que Lulu plonge dans son bain pour enlever les couleurs, et comme quand Malo se lave, Lulu met de l’eau partout sur lui. 

Lorsqu’il a eu fini, on s’est tourné vers la couverture. Je lui ai demandé de faire comme dans le livre : colorier les mains, les pieds, la bouche et les fesses de Lulu, dans la bonne couleur. J’avais laissé à sa portée l’album pour qu’il puisse s’y référer au besoin. A chaque fois, je lui demandais « de quelle couleurs sont les mains de Lulu? » il me répondait et choisissait son feutre. 

Il a ensuite gribouillé colorié le titre un peu aléatoirement, mais c’est très bien comme ça. 

De son côté, Zélie a tout géré seule. Elle avait bien compris le principe de l’activité et ce qui est bien avec un enfant qui entre dans la lecture c’est qu’il commence aussi à déchiffrer dans son coin. ici pour les couleurs, Zélie n’était pas encore capable de lire les mots, parce qu’elle fait un blocage sur les phonèmes complexes « au », « on »… Mais les 5 couleurs du livre ont toutes une initiale différente, du coup, Zélie regardait la première lettre du mot (par exemple R) et savait tout de suite de quelle couleur il s’agissait. Je l’ai laissée faire en gardant un oeil et en étant disponible si besoin. Elle a réalisé son cahier en toute autonomie c’était vraiment chouette. Pour la couverture, elle a colorié les lettres du titre selon le code couleur de l’album. 


Voilà donc nos petites activités pour aller plus loin dans la lecture de l’album Toutes les Couleurs et s’approprier davantage l’histoire. Comme d’habitude les enfants ont adoré (et moi aussi), mais cette fois, ils sont restés concentrés plus d’une heure non stop sur leurs productions et leurs activités. Lorsque nous avons relevé la tête, j’étais surprise de l’heure qu’il était, je crois que ça nous a tous passionné. 

Je vous propose de mettre à disposition en téléchargement gratuit l’ensemble des supports que j’ai réalisés pour les activités décrites ci-dessus, c’est à dire les cartes de classement, les cartes de progression ainsi que le cahier d’art visuel. Vous retrouverez l’ensemble en cliquant ici, il vous suffira ensuite de vous rendre dans la section « exploitation d’album » et de cliquer sur les fichiers qui vous intéressent.

Bien entendu, cela va sans dire que si je mets mes documents à disposition, je vous demande de les utiliser dans un cadre strictement personnel. De plus, si vous les utilisez, cela me ferait grand plaisir que vous me citiez sur les réseaux sociaux et/ou sur vos blogs. Enfin, si l’on vous demande le document, ce serait très gentil de votre part d’orienter ces personnes vers cet article plutôt que de donner directement le fichier 🙂

One Commnet on “Exploitation d’album – Toutes les couleurs {+ documents à télécharger gratuitement}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *