éducation bienveillante

Jouet pour fille, jouet pour garçon ?

Scoop !!!Nous avons une fille et un garçon !!!

Scoop bis !!! Si on n’oriente pas les idées cadeaux, Zélie, sous prétexte que ce soit elle la fille (sisi) se verrait offrir des poupées, des Barbies, des dînettes, du rose, de la paillette et de la Reine des Neiges, tandis que Malo aurait la chance de manier des pistolets, de faire vrombir des moteurs et de manipuler des objets sombres et violents pour affirmer sa virilité, virilité qu’il porte haut et fort du haut de ses … deux ans et demi, vous vous en doutez !!!

Bref, vous l’aurez compris, aujourd’hui c’est un article coup de gueule que je vous présente !

Aujourd’hui, à l’heure où les catalogues de Noël commencent à envahir les salons (sauf le nôtre, on a mis un STOP PUB sur la boîte aux lettres ^^), je constate avec effroi qu’il y a toujours un « chapitre » pour les petites filles avec du rose, de la guimauve, des poupées, des aspirateurs … bref tout ce qu’il faut pour faire d’elles de gentilles petites créatures douces et souriantes ainsi qu’un chapitre petits garçons où vous trouverez tout le nécessaire du guerrier ou du grand scientifique qui sommeille en lui. Et on retrouve cette triste réalité également dans les magasins

Vous trouvez ça aberrant ? Moi aussi ! Et depuis la naissance de Zélie, je suis partie en croisade contre ces clichés débiles.

Je suis tombée récemment sur une étude très intéressante qui date de 2016 et dans laquelle il est mis en évidence que 89% des jouets estampillés « filles » sont roses. Mais cette distinction de genre va au delà de la couleur, puisque dans les magasins, tout est cloisonné, tout est fait pour accueillir les filles OU les garçons selon des codes bien précis, mais pas les deux.

Ce qui est triste c’est que ce que l’on voit dans les rayons des magasins et dans les magazines de noël est le reflet de notre société. La même étude présente des chiffres très intéressants : l’organisme a enquêté sur un grand nombre de jouets et parmi ceux qui entrent dans la catégorie STIM (sciences, technologie, ingénierie et mécanique) 31% sont clairement orientés pour les garçons contre seulement 11% pour les filles.Et ça tombe bien (ou pas, on est d’accord), seuls 9% des ingénieurs britanniques sont des femmes et parmi les parents interrogés, 7% (c’est à dire quasiment pas grand monde) ont déclaré qu’être ingénieur est un métier attrayant pour une fille. Autrement dit 93% pensent qu’être ingénieur ce n’est pas pour les filles…

L’orientation des jouets maintient donc les stéréotypes sociétaux. Et si vous êtes sceptiques, je vous invite à feuilleter les magazines ou à vous balader dans les rayons de jouets des grandes surfaces :

– les jouets dit « de filles », en grande partie engagent les petites filles donc à jouer les ménagères (cuisine, dînette, aspirateur), les mamans (les poupées et tout ce qui gravite autour) et à cultiver leur apparence physique (tête à coiffer, maquillage, robes de princesse). Les jouets cultivent l’ordre de l’intime et du relationnel. Sur la grande majorité des visuels de ces jouets, on y voit des petites filles jouant à genoux, la tête baissée.

– regardons maintenant du côté des jouets estampillés « garçons ». Tout est fait pour développer leur imagination et leur créativité (lego, playmobils), les faire se faire sentir des super-héros ( ce que soit en s’identifiant à des personnages télé ou cinématographiques, ou bien aussi à des pompiers, des policiers …) et développer leur côté scientifique, bref, tout ce qu’il faut pour asseoir leur position d’acteur de la société. Et sur les boites, quelles sont les attitudes des petits garçons ? Les voilà debout et fiers !

Et donc voilà ce que ça veut dire : on cantonne les enfants à respecter leur place dans la société, les rapports de domination sont insidieusement provoqués et ce dès l’enfance.

Et puis le fait que les jouets soient clairement orientés, cela signifie aussi que les enfants sont orientés dans ce qu’ils doivent aimer. En clair, on attend d’eux un comportement « logique » selon leur sexe : depuis quand les garçons ont-ils la capacité de s’occuper d’un bébé ? quelles sont les compétences des filles pour construire une fusée en lego ?

Bon vous allez peut-être me trouver dure en lisant cet article un peu coup de gueule car en effet, les enfants ont la possibilité de se diriger vers les jeux soit-disant destinés au sexe opposé. Mais là encore, il y a des inégalités : on tolère une petite fille qui joue avec des jeux « de garçons » en revanche on va davantage déconseiller le contraire. En témoigne le discours que j’ai déjà pu entendre de la bouche de jeunes enfants en regardant des publicités à la télévision « beurk, ça c’est un jouet pour les filles ! »

Mais au delà de la période de Noël qui est parfaite pour réagir face aux jouets genrés, la société décide à la place de l’enfant. Lorsque vous allez au Mc-Do avec votre enfant par exemple et que vous commandez votre menu. Au moment de choisir le gadget (en plastique et made in China – mais ça c’est une autre histoire) on vous propose un jouet « fille » et un jouet « garçon » (et aussi un livre maintenant oufff) Donc si votre progéniture est une fille, elle pourra brosser son petit poney en chantant doucement et en souriant, le tout dans le calme. Et si votre enfant est un garçon alors on change de registre avec des figurines de pokémon ou d’autres power rangers (ou je ne sais quoi, vous l’aurez deviné, je ne suis pas vraiment au fait de ce qui fait l’actualité des dessins animés ^^) qu’on va équiper pour partir combattre ou explorer un univers inconnu, le tout avec une grosse voix et des gestes brusques. Et pourquoi ne pas proposer plutôt un jouet « petit poney » et un jouet « pokemon » ? Hein ? Comme ça chacun choisit ce qu’il veut !

Allez encore un exemple, votre enfant souhaite un kit pour donner à manger à sa poupée. Manque de bol c’est un garçon. Pourquoi manque de bol ? Déjà il a de la chance votre fils, ses parents sont un peu réac’ comme moi et il a sa poupée. Seulement, si tous les kits qui comprennent le biberon, l’assiette, la cuillère et d’autres accessoires pour le repas de la poupée ne sont proposés que dans de jolies teintes de roses, je me mets à la place de l’adulte : va-t-il vouloir en acheter quand même ? Quand, à Noël dernier j’ai expliqué à mon entourage que pour Malo on offrait une poupée et une poussette, ils n’étaient pas surpris, tout le monde connaît mes idées et mes convictions. En revanche, la poussette que j’ai choisie (super mignonne au passage), elle est rose et violette. Donc sur le principe tout le monde adhérait à l’achat de la poussette, beaucoup moins sur la couleur : « pourquoi t’as pas pris une bleue plutôt qu’une rose ? » – peut-être parce que justement, je n’ai pas trouvé de modèle bleu qui me convienne ?

Allez, je vous en raconte une autre ?

Un membre de ma famille, en voyant Malo câliner et prendre soin de sa poupée m’a dit : »tu le laisses jouer à la poupée ? Mais tu veux en faire quoi ? un PD? »

« Non, non – j’ai répondu, je veux en faire un bon père! »

Parfois je me félicite d’avoir de la répartie, croyez-moi ! (instant #autocongratulation ^^)

Mais heureusement, la situation tend enfin à évoluer, et heureusement, les stéréotypes sont combattus, parce que, qu’est ce qui est le plus important ? Assurément ce sont les choix propres de nos enfants et non pas ceux implicitement induits par les publicités, les marques et la grande distribution.

Depuis quelques années, des campagnes sont mises en place à travers le monde pour faire prendre conscience des dérives intrinsèques des jouets genrés que ce soit auprès des marques, des distributeurs et des consommateurs bien entendus.

Et chez moi alors ?

Eh bien, vous allez peut-être me trouver « extrêmiste », mais les enfants n’ont ni accès à la télévision (et donc aux publicités qui sont très présentes en ce moment), ni aux catalogues des jouets, le but étant qu’ils puissent savoir eux-mêmes ce qu’ils aiment sans être « inspirés » parce tous les messages envoyés indirectement par la publicité en tout genre.

Par ailleurs, lorsque les enfants reçoivent des cadeaux, nous veillons à ce qu’ils ne soient pas estampillés « fille » ou « garçon ». Pas de cuisine rose, pas de petite voiture avec des flammes … Nous essayons aussi autant que faire se peut de proposer des jouets qui soient mixtes parce que je suis convaincue qu’au delà de l’aspect « genré », il est nécessaire de mettre à disposition des enfants du matériel qui se rapproche le plus possible de la réalité. Que celui, ou celle qui a une cuisine équipée rose ou un aspirateur de la même couleur lève la main ^^

Ici, pas de place à « c’est un jouet pour les garçons-les filles », mais plutôt « c’est un jouet pour celui qui a envie de jouer avec ». Lorsque nous recevons des enfants qui souhaitent jouer à la poupée et dont les parents ont tendance à opposer une réticence, j’essaie de discuter avec eux : qu’est-ce qui les dérange dans le fait que les enfants soient attirés par la cuisine ou la poupée ?

J’ai plusieurs arguments imparables lorsque je me lance dans ce genre de conversation qui me passionne :

– ça t’ennuie que ton fils joue à la dînette ? Pourquoi ? Ahhhh tu ne veux pas en faire une femme au foyer !!!! Mais sais-tu, dans un autre registre que la plus grande majorité, les grands chefs étoilés sont des hommes ?

– donc pour toi, la poussette est un jouet pour les filles c’est bien ça ? Mais on n’a pas besoin de ses parties génitales pour jouer à la poussette, donc elle n’est pas réservée qu’aux filles !

Alors oui, ma fille adoooooore la Reine des Neiges, mais alors même qu’elle n’ait vu le dessin animé que sur le tard, elle enviait pourtant avant les copines qui avaient un sac à dos, un parapluie ou parfois même un « trop beau » pull ! C’est donc par l’intermédiaire des petites camarades de classe qu’elle a connu ce personnage…

Ce que je veux dire c’est que je ne vais pas interdire à mes enfants d’être attirée par des jouets qui sont pourtant orientés filles ou garçons sous prétexte que je suis CONTRE, ABSOLUMENT CONTRE le sexisme dans les jouets. Comme je l’ai expliqué plus haut, le plus important c’est l’enfant et ses propres choix et même si c’est difficile de se couper totalement du monde de la consommation, on essaie au maximum de les en préserver. Ils ne sont donc pas au courant des dernières modes, des jouets qui font le buzz, de ceux qui coûtent un bras parce qu’on y aperçoit un cheveux de la tresse de la Reine Des Neiges ou un bout de la toile d’araignée de Spiderman !

Cette année voici donc une idée de ce que les enfants auront pour Noël (tout du moins ce que je sais ^^)  :

Zélie :

Elle adore se déguiser, elle adore les robes (tout le contraire de sa mère quoi^^), je vais donc lui coudre une robe inspirée de celle de la Reine des Neiges (envie de l’enfant tout ça tout ça…). Elle aura aussi l’écurie Schleich (d’occasion hein, vu le prix que ça coûte !). ça c’est de notre part. Ma maman lui offre des géomag, mes frères lui feront plaisir avec LA peluche licorne qu’elle réclame depuis une éternité, ma soeur a choisi des playmobils et mes beaux-parents un jeu de société (un coffret multi jeux traditionnels, la version des contes que vous pouvez trouver chez Oxybul)


Malo :

Mon loulou est passionné par tout ce qui a des roues, c’est donc l’occasion de lui offrir le circuit flexible way to play  avec quelques véhicules. Mes parents vont lui offrir une cuisine en bois (un peu plus grande que celle que nous possédions déjà et qui tombe en morceaux), ma soeur prend des playmobils (le camion poubelle #passionvéhiculetoujours) et mes beaux parents également (les secouristes des montagnes).

Way to Play Autoroute 

ET voilà, c’est ainsi que se termine mon article chonchon ^^ Je souhaite donc terminer ce gros pavé (dans la mare?) en vous conseillant de vous écouter et d’écouter vos enfants. N’oublions surtout pas que dans leurs premières années de vie, les enfants s’intéressent à la même chose, alors jouet de fille ou de garçon NON, mais choisissons plutôt des jouets de qualité, intéressants, qui leur permettent de s’épanouir et de s’intéresser au monde qui les entoure et non pas uniquement ce à quoi la société souhaite les réduire ! 

Et chez vous ? quels sont les jouets préférés de vos enfants ? 

2 Comments on “Jouet pour fille, jouet pour garçon ?

  1. Il est vraiment super ton article ! Bravo ! On est dans le même esprit avec Val. J’ai l’impression que l’inverse est vrai aussi : une fille qui joue à la guerre c’est autant mal vu qu’un garçon qui joue à la poupée. Je n’ai pas de fille, je ne me rends pas compte ?
    Je me suis fait la même réflexion que toi dimanche dernier : pourquoi un biberon rose uniquement ?! Aïe !
    Bref, il y a encore tellement de chemin à faire… et même si on est sensibilisé c’est très facile de tomber dans le piège des genres je trouve.
    On a des efforts à faire !
    Des bises !

    1. tu as raison, la société pousse les enfants à rester dans des cases selon leur genre, c’est tellement dommage. bon, jouer à la guerre est un autre sujet, mais c’est valable pour tout ce qui touche au monde masculin, même si malgré tout, c’est quand même moins fort dans le sens « fille qui joue avec des jouets de garçons », les parents auront tendance à dire que c’est un « garçon manqué » et seront fiers de cela …
      Je trouve aussi qu’on peut vite tomber dans le piège, même si on est déjà sensibilisé à la question, le marketing est très fort malheureusement.
      Merci pour ton commentaire <3
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *