littérature jeunesse

Le jour où les animaux ont choisi leurs couleurs {Chut, les enfants lisent #115}

Parmi les histoires qui attisent ma curiosité, les légendes et contes du monde tiennent une place tout à fait particulière. Il faut dire que je suis vraiment intéressée par les cultures étrangères, c’est toujours passionnant de savoir comment tel ou tel sujet est abordé selon les pays et cela permet d’appréhender leur culture et leurs coutumes.

Les enfants et moi avons eu la chance de découvrir tout récemment une légende africaine 

« Le Jour où les animaux ont choisi leurs couleurs » est un album qui donne le ton dès la couverture : les couleurs prédominent et mangent les pages de manière éclatante ! C’est un véritable plaisir d’admirer ce livre.

Mais avant de revenir sur les illustrations, intéressons nous au texte. 

Comme je vous le disais, l’album retrace une légende africaine : il y a très très longtemps, tous les animaux étaient gris, jusqu’au jour où, venues du ciel, des caisses remplies de tubes de couleurs s’écrasent sur la Terre, ou plutôt dans les océans. 

Le poulpe, a la présence d’esprit d’ouvrir les tubes et il distribue les couleurs à tous les animaux marins qui, curieux, viennent voir le spectacle. 

Petit à petit, les animaux sur la terre veulent aussi leur part de couleurs, à commencer par le lémurien, heureux de sa queue noir et blanc et de ses grands yeux bleus. 

Viennent alors les oiseaux qui sont les plus rapides, les fauves, les singes, la girafe et les zèbres qui ont la chance d’avoir un pelage très original. Tous les animaux viennent chercher leur part, depuis les gros hippopotames jusqu’au plus petit insecte. 

Toutes les couleurs sont distribuées et tous les animaux se pavanent les uns devant les autres pour que tout le monde puisse admirer leurs nouvelles robes. 

Tous, sauf le caméléon, qui, à cause de sa lenteur est arrivé après tout le monde. En pleurant, il regarde les tubes vidés de leurs couleurs, puis les animaux fous de joie, qui, peu à peu ravalent leurs sourires devant la tristesse du caméléon. 

Heureusement, le poulpe vient à la rescousse du caméléon et dans une grande motivation, il va presser tous les tubes afin de récupérer la moindre goutte de couleur pour le caméléon. 

Grâce à l’aide et la persévérance des autres animaux, le caméléon se pare alors de mille couleurs. 

Cette merveilleuse histoire m’a beaucoup touchée. Au delà de l’originalité du conte, c’est le rassemblement de toute une communauté pour venir en aide à un seul individu qui est mis en avant et je trouve cela très beau. Tous les animaux souhaitent consoler le caméléon et récupèrent la moindre goutte de couleur pour qu’il puisse, lui aussi se réjouir. 

Et puis j’aime aussi la présentation comme un bestiaire, ou un inventaire à la Prévert. Au fil des pages ce ne sont pas moins de 44 espèces qui sont mentionnées, non seulement je trouve ça intéressant qu’ils soient cités un par un afin d’accroître le vocabulaire des enfants, mais en plus ça permet d’ouvrir la conversation sur les espèces, leurs particularités. Et puis cette histoire ne peut que nous enjoindre à admirer la beauté de notre planète et des animaux en général ! Qui ne s’est jamais extasié devant les couleurs chatoyantes des ibis ou devant les motifs particuliers de l’okapi ? 

Enfin, moi qui aime la poésie, je ne suis donc pas insensible au style employé par l’auteur : des rimes, des jeux de mots, des allusions que seuls les plus grands (voire les adultes) peuvent comprendre. Fred Bernard arrive à nous emmener participer à cette grande fête de la distribution des couleurs. Grâce à sa plume joyeuse et entraînante on participe à la ferveur et à la liesse vécue par les animaux de se voir ENFIN parés de couleurs et de motifs tous plus jolis les uns que les autres.

Revenons-en aux illustrations maintenant. Pour un livre qui contient le mot COULEUR dans son titre, on n’en attend pas moins qu’une explosion de couleurs à chaque page. 

Et on n’est pas déçu ! 

Les illustrations sont prédominantes et renvoient le texte dans un bandeau tout en bas comme si elle voulaient prendre toute la place sur les pages. Les représentations des animaux sont époustouflantes comme en témoigne la double page sur laquelle nous pouvons admirer – oui, admirer – les têtes des grands félins.

Et on ne peut pas rester de marbre devant la magnifique scène des oiseaux colorés dans un clair de lune. 

La couleur est partout, vive, débordante. Elle remplit de joie et donne vie aux décors peints par Lisa Zordan. J’ai l’impression d’être face à des tableaux de peintres sud américains.

Les illustrations sont très chargées de plantes, d’éléments naturels et d’animaux de toutes sortes bien entendu. Lisa Zordan arrive à capturer les regards des animaux, leurs attitudes, leur caractère aussi, pour autant, nous ne sommes pas face à des illustrations « réalistes » comme on peut le voir dans les magnifiques ouvrages des Editions du Ricochet. Les illustrations reflètent parfaitement le caractère légendaire de l’histoire, elles sont une réponse magnifique au texte de Fred Bernard. 

Et vous ? Vous aimez les contes qu’on se raconte à travers le monde ? 

Le Jour où les animaux ont choisi leurs couleurs – Fred Bernard et Liza Zordan
Editions Albin Michel Jeunesse
14,50€

Ceci est ma cent-quinzième participation au rendez-vous Chut, les enfants lisent

Merci aux éditions Albin Michel Jeunesse pour leur confiance ♥

One Commnet on “Le jour où les animaux ont choisi leurs couleurs {Chut, les enfants lisent #115}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *