littérature jeunesse

Les oiseaux – 21 petites histoires naturelles + Concours {Chut, les enfants lisent #114}

A la maison, les recueils d’histoires n’ont pas vraiment la côte. Est-ce que c’est parce que dans l’esprit de mes enfants 1 livre = 1 histoire ? Je ne sais pas. Toujours est-il qu’une fois qu’ils ont compris qu’on lisait une histoire à la fois et non pas tout le recueil (par exemple à l’histoire du soir), ces albums là sont très vite délaissés. Ils sentent l’arnaque ahah.

Pourtant il existe un type d’album qui recueille plusieurs histoire qui fait mouche à chaque fois, c’est la série « 21 petites histoires naturelles » aux éditions du Ricochet.

« Les oiseaux » est le deuxième ouvrage paru dans cette collection, je vous avais présenté le premier, « les animaux » ici.

Le principe de cet ouvrage est très simple : chaque double page présente une espèce d’oiseaux avec tout ce qui fait leurs particularités.

Lorsqu’il ouvre l’album, tout de suite le lecteur a le regard happé par la beauté des illustrations. J’ai l’impression de me répéter en écrivant cela, mais c’est vraiment ce qui fait la singularité et la force des Editions du Ricochet : des illustrations juste superbes et un vocabulaire d’une richesse incroyable !

Il faut dire que le format du livre est fait de manière à mettre en valeur les jolis dessins. Lorsqu’on tombe nez à nez avec le flamant rose, il nous donne l’impression que nous le dérangeons dans son quotidien et il nous le fait comprendre avec son regard perçant. Le lecteur devient observateur, et comme s’il se trouvait véritablement face à l’oiseau, il fait silence pour les déranger le moins possible, s’excusant presque d’avoir tourné la page pour dévoiler la scène qui se déroule sous ses yeux. Tout est fait pour donner l’impression que les oiseaux sont vivants : la minutie des détails, les couleurs dégradées, les traits fins, les regards, les positions …

Au fil des pages, on rencontre des oiseaux qui nous sont familiers, d’autres qui le sont beaucoup moins, et c’est ce qui rend l’ouvrage intéressant : le lecteur est tout autant passionné par la découverte d’informations qui concernent des espèces connues de lui que par la présentation d’oiseaux qu’ils ne connait pas ou très peu.

Ce que j’aime aussi c’est le parti pris du texte. On ressent l’amour, la passion et le profond respect qu’a l’auteur envers les oiseaux, lorsque par exemple, la description du faucon pèlerin commence ainsi :

le faucon pèlerin est si élégant qu’on lui pardonne presque d’être un tueur d’oiseaux.

ou bien cette phrase issue de la présentation du plongeon arctique :

le plongeon arctique semble avoir été peint par un artiste

Et puis le vocabulaire utilisé tout au long des pages est vraiment d’une grande richesse et très précis : on parle du masque du pivert, le champ lexical des animaux marins est très présent dans la description du fou de Bassan (poissons, sardines, anchois, dauphins, requins, baleine …), le cri du hibou est identifié comme étant le hululement…

J’aime beaucoup ces albums dont le vocabulaire est précis et étoffé, je trouve que c’est important dans le développement langagier de l’enfant. En fait, la lecture tout court est essentiel dans le développement des enfants, mais il est certain que les livres tels que celui-ci qui introduisent dans l’esprit des enfants des mots qu’ils n’ont pas l’habitude d’entendre au quotidien leur permettront d’attiser leur curiosité. Il faut dire également que le fait de maîtriser un grand nombre de mots permettra à l’enfant (mais aussi à nous les adultes) non seulement de mieux comprendre l’autre, mais aussi de mieux se faire comprendre par les autres.

Au delà du vocabulaire, j’aime beaucoup le style employé par Eric Mathivet au fil des pages, puisqu’il nous invite à la rêverie avec l’empreinte poétique qu’il laisse comme pour faire écho aux jolies illustrations. En lisant ses textes j’ai envie de me rendre en bord de mer admirer les plongeons du fou de Bassan, j’ai envie de rencontrer le quetzal resplendissant, j’ai peur de croiser le chemin de la harpie féroce ! Il faut dire aussi que la lecture de l’ouvrage est savamment orchestrée et rythmée grâce à la présence de signes de ponctuation divers, mais également d’onomatopées qui rendent le récit bien plus vivant.

Si comme nous, vous êtes passionnés par les oiseaux et que vous êtes à la recherche d’un ouvrage qui regroupe des superbes images et un texte très riche, je ne peux que vous conseiller de vous tourner vers celui-ci !

Vous savez quoi ? les Editions du Ricochet ont voulu vous gâter et vous propose de gagner un exemplaire de cet album : Rendez-vous sur mon compte Instagram pour avoir toutes les informations à ce sujet 🙂 

21 histoires naturelles – les oiseaux – Eric Mathivet et Capucile Mazille
Editions du Ricochet
Prix : 16 euros

 

Ceci est ma cent-quatorzième participation au rendez-vous Chut, les enfants lisent

Album offert par les éditions du Ricochet, merci pour votre confiance ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *