zoologie

la morphologie de l’ours polaire

Cet article et les deux suivants seront construits de la même manière puisqu’ils présenteront le même type de documents à savoir des cartes de nomenclature sur la morphologie de l’ours polaire, du phoque et du manchot empereur. 

Je propose ces cartes aux enfants de la même manière : tout d’abord je leur demande de les observer et puis de me dire ce qu’ils voient sur chacune d’entre elles. Certains mots de vocabulaire sont déjà identifiés, comme les yeux par exemple, mais c’est aussi l’occasion d’en introduire de nouveaux et puis, bien entendu d’insister sur les mots précis. 

Lorsque les différentes parties du corps des animaux sont bien connues par les enfants, tour à tour, je leur propose de me montrer, sur la figurine de l’animal, où se trouve telle ou telle partie. C’est un petit jeu qu’ils apprécient énormément. Et puis, tout cela n’est pas dénué de sens puisque la prochaine table thématique parlera de notre corps à nous. 

Mais revenons en à nos cartes sur la morphologie de l’ours polaire. 

Avant de réaliser ces cartes (et les autres), je me suis renseignée sur les caractéristiques de l’ours polaire afin de comprendre comment il fait pour survivre dans un milieu aussi hostile et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai appris de nombreuses choses. 

Déjà, si la famille des ursidés qui comporte plusieurs espèces d’ours comme l’ours brun ou encore le grizzli, est essentiellement omnivore, l’ours blanc est une exception, il est quasiment exclusivement carnivore compte tenu de la faible quantité de végétaux dans son milieu naturel. 

Il ne vit qu’autour du cercle polaire arctique. 

Pour se protéger du froid, il possède une très grosse fourrure ainsi qu’une épaisse couche de graisse. Son pelage est blanc pour se cacher de ses proies, mais sa peau est noire afin de mieux capter et garder les rayons du soleil. Tous les moyens sont bons pour se réchauffer ! 

Il a de tout petits yeux, et de toutes petites oreilles afin de se protéger contre le vent qui souffle dru par là-bas. 

Et j’ai aussi appris que la forme caractéristique de sa tête, bien plus allongée que celle des autres espèces d’ours est un signe de sa merveilleuse adaptation à la vie aquatique ! 

Malheureusement, à cause du réchauffement climatique et de la fonte des glace qui en découle, l’ours blanc est une espèce menacée. En effet, l’animal est fait pour vivre dans des zones de grand froid, étant donné sa fourrure et sa couche de graisse, il souffre de la chaleur et il aime se reposer sur la glace pour réguler sa température. La fonte des glaces est donc un fléau pour l’ours blanc. 


Si le document vous intéresse, je vous invite à vous rendre sur la boutique en ligne pour acheter le fichier au format numérique. Il vous suffit de suivre ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *