littérature jeunesse

les nouveautés de l’hiver chez Fleurus {Chut les enfants lisent #116}

Le mois dernier, nous avons reçu deux nouveaux ouvrages de la part de Fleurus, deux albums tirés de leurs nouveautés de l’hiver.

1. Toc-toc-toc : les jolies maisons des contes.

Celui-ci quand Zélie l’a vu, direct elle m’a dit que c’était le château de la Reine des Neiges, certainement du à l’ambiance neigeuse et à la dominance de bleu sur la couverture.
Eh bien raté ahah.
M’enfin elle n’a pas tout à fait tort dans le sens où cet album invite le lecteur à pénétrer à l’intérieur des demeures des personnages des contes classiques les plus célèbres.
Chaque double page représente l’intérieur des maisons de Peau-d’Âne, de la méchante reine de Blanche-Neige, de la sorcière d’Hansel et Gretel, de la fée Clochette, de Cendrillon, de Jasmine, de Robin des Bois et du géant de Jack et le haricot magique.

Déjà, je suis heureuse de voir que, même s’ils sont carrément minoritaires, la gente masculine est représentée : un gentil (Robin des Bois) et un méchant (l’ogre de Jack et le haricot magique). Le monde des contes de fées n’est pas que destiné aux petites filles, je suis donc ravie que les garçons ne sont pas oubliés.

Cet ouvrage n’est pas une histoire à proprement parler, avec le déroulé qui s’étale au fil des pages. Non non. Il se lit comme un documentaire. En fait, j’irai même jusqu’à dire qu’il ne se lit pas, mais qu’il s’admire tellement il est bourré de petits détails qui rappellent le conte de fées dont il est question à chaque double page. 

Il y a également des flaps, la grande passion de mes enfants. Derrière les portes, les fenêtres, les rideaux, les casseroles, on retrouve encore d’autres indices quant au conte et surtout le personnage à qui appartient la maison. 

Prenons par exemple la maison de Peau d’Âne. Les codes de l’histoire sont bels et bien présents : les ingrédients pour faire la tarte, les trois robes (couleur de soleil, de la lune et du temps) sont bien rangés dans la penderie et dans le four un gâteau est en train de cuire.

Il faut bien prendre le temps d’observer toutes les maisons, tant elles sont truffées d’éléments qui agissent comme une réponse au conte. En fait, toute l’histoire du conte est reflétée dans la maison du protagoniste. 

Par exemple, on sait que Robin des Bois est amoureux de Marianne grâce à l’inscription à côté de son lit, que les souris sont une précieuse aide à Cendrillon parce qu’elles sont présentes partout, ou encore que la Reine veut se débarrasser de Blanche-Neige comme il y a plein de grimoires aux noms effrayants dans la cave du château.

Zélie a feuilleté avec gourmandise cet ouvrage puis je l’ai rangé parce que j’aimerais que nous lisions les contes repris dans cet album afin qu’elle puisse vraiment faire le rapprochement entre les personnages, et tous les détails parsemés sur les pages. ça tombe bien, justement, elle a eu une très jolie édition de Peau d’Âne au vieux barbu. 

Pour ma part, je ne me lasse pas d’observer et de scruter les pages de ce livre, ça me rappelle plein de bons souvenirs. Le texte est très très court, juste présent pour présenter la maison et questionner le lecteur pour savoir à qui elle appartient et c’est largement suffisant. Nos yeux font le reste pour continuer de raconter l’histoire. 

Quant aux illustrations, elles sont juste trop mignonnes avec des couleurs vives, toujours en lien avec le conte mis à l’honneur mais avec une prédominance de tons chaux (rouge, orange, jaune) qui contrastent beaucoup avec le blanc, bleu, argenté de la couverture ! Je trouve que c’est un parti pris assez intéressant puisque ça donne un côté chaleureux à chacune des maisons, même celles des « méchants ». Chaque chose a sa place, même dans les joyeux bordels, et on a vraiment l’impression que les personnages sont bien chez eux. 

2. Oh ! la barbe du Père-Noël

Ce petit livre cartonné a plu tout de suite à Malo qui a reconnu direct le Père-Noël dessus bien entendu ! 

Il raconte l’histoire de la longue barbe du Père-Noël qui fait des dégâts partout où il passe. Non seulement elle met le bazar dans la maison du vieil homme mais en plus elle l’empêche de distribuer les cadeaux correctement puisqu’il laisse sur son passage des poils un peu partout dans les maisons qu’il visite. 

Il est temps de prendre une décision, le Père-Noël se rase la barbe, comme ça, plus de souci ! Oui mais sauf que le Père-Noël il a l’habitude de sa barbe, et maintenant, à cause de son menton tout nu, eh bien il attrape un rhume quelques jours avant le fameux soir de la distribution des cadeaux, distribution qu’il effectue tant bien que mal en essayant de ne pas se faire remarquer à chaque fois qu’il éternue. 

Finalement, la longue barbe c’est quand même moins de souci ! 

J’ai aimé l’histoire rigolote, qui change de ce que nous avons l’habitude de lire autour du Père-Noël. On y voit un Père-Noël rigolo, un peu taquin et malicieux, qui fait des bêtises, un gourmand qui mange les gâteaux des lutins, c’est plutôt mignon ! Mes enfants (4 ans et 2 ans) ont beaucoup accroché à l’histoire, il faut dire qu’ils attendent Noël avec autant d’impatience que tous les autres enfants de France et de Navarre ^^ De lire des histoires où le Grand Barbu est en train de se préparer à la fameuse distribution, ça les aide certainement à patienter et ça nourrit leur imaginaire. De mon côté, malgré tout, c’est une énième histoire de Noël, même si c’est la première fois que la barbe du Père-Noël est au centre de l’album. 

Les illustrations sont plutôt simples mais très jolies, elles prennent toute la place dans le livre et amène l’enfant à observer les scènes qui s’offrent à lui, avec à chaque fois, des petites détails parsemés au fil des pages. Les expressions espiègles des personnages ressortent bien, d’ailleurs tous les protagonistes sont attachants à commencer par le Père -Noël, mais sans oublier les lutins, le chat, les souris et même le renne, inquiet de voir le vieil homme malade au fond de son lit.

Enfin, LE détail qui a toute son importance : la barbe du Père-Noël sur la couverture de l’album est presque une vraie barbe puisqu’on peut caresser les poils blancs. Vous vous en doutez, c’est le détail qui a plu aux enfants ahah. 


Si ces deux ouvrages vous plaisent, vous pouvez les retrouver en cliquant ici

 

Ceci est ma cent-seizième participation au rendez-vous Chut, les enfants lisent. 

Merci aux éditions Fleurus pour leur confiance ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *