littérature jeunesse, Reggio, sciences et technologies

Pourquoi le soleil brille-t-il ? – jeux d’ombres et de lumière

Lors des épisodes de grand soleil, j’ai pu proposer aux enfants plusieurs activités autour des notions d’ombres et de lumière afin d’exploiter notamment un superbe album paru aux éditions Usborne « pourquoi le soleil brille-t-il ? ».

Je vous propose de commencer par vous présenter cet ouvrage, puis je m’attarderai sur les expériences et les petits jeux que nous avons réalisés.

« Pourquoi le soleil brille-t-il? » est un ouvrage issu de la collection Mes Premières Questions aux éditions Usborne. C’est le premier de la collection que nous possédons, mais il en existe de nombreux autres qui me font de l’oeil : « c’est quoi la neige? », « d’où vient la pluie? », « c’est comment l’espace? », « pourquoi a-t-on besoin des abeilles? », « comment poussent les fleurs? » etc …

Je ne vous apprends rien en vous disant que cet ouvrage permet une première sensibilisation au fonctionnement et au rôle du Soleil, cet astre que l’on ne voit pas tous les jours, mais qui est, néanmoins, nécessaire à la vie sur la Terre. Dans cet album, tout est pensé pour que les enfants s’amusent tout en apprenant certaines notions. Les illustrations très douces et modernes sont caractéristiques selon moi des éditions Usborne et c’est ce qui fait en partie leur renommée.

Destinés aux enfants dès 3 ans, le livre, d’un format carré et cartonné peut être mis dans les petites mains pas encore très délicates, mais je pense que les rabats restent malgré tout assez fragiles et peuvent facilement être arrachés.

Car oui, chaque double page contient 7 à 8 flaps. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais ici, mes enfants sont très attirés par les livres à rabats, c’est une surprise pour eux de découvrir le mystère que cache chaque petite pièce de carton. Et ce qui rend l’album d’autant plus intéressant c’est que les flaps permettent de découvrir la réponse à la question posée.

Ces questions sont pertinentes et facilement compréhensibles par les enfants, même les plus jeunes. Elles sont regroupées en « chapitres » : une double page par chapitre : pourquoi le soleil brille-t-il ? A quoi sert le soleil ? comment le soleil se déplace-t-il dans le ciel ? de quoi le soleil est-il fait ? le savais-tu? (regroupant quelques anecdotes)

Lorsque nous lisons le livre, je pose tout d’abord les questions proposées au fil des pages aux enfants et je les laisse émettre des réponses ou tout du moins des hypothèses. Ainsi ils mettent en route leur esprit critique, leur capacité de raisonnement et de réflexion et ils apprennent aussi à restituer des informations et des connaissances acquises au préalable.

Et pour eux c’est aussi un formidable petit jeu. Ils sont très fiers lorsque leur réponse est la bonne et très curieux lorsqu’ils apprennent de nouvelles choses.

Afin de répondre aux questions de mes loulous, j’ai souhaité aller plus loin en proposant à Zélie et Malo des petits jeux avec l’ombre et la lumière.

Nous avons profité des beaux jours ensoleillés de la fin du mois de juillet pour s’installer dans le jardin. J’ai commencé par lire le livre aux enfants, répondre aux questions qui en découlent puis je leur ai lancé : »ça vous dit que nous jouions avec les ombres et la lumière ? »

Ouf ils étaient partants 😀

Grâce aux nombreuses lectures du livre, Zélie et Malo savent que le soleil est une étoile, que si elle nous paraît si grosse c’est parce qu’elle est proche de notre planète. Ils ont compris aussi que la Terre tournait autour du Soleil. Ils ont également bien compris que le soleil était très important pour la vie sur Terre, qu’il nous apporte de la chaleur et de la lumière. Je crois que c’est essentiel que ces notions là soient acquises avant de passer à la suite pour comprendre les situations dans lesquelles ils se trouveront.

Zélie s’est mise debout, dos au soleil et a observé son ombre. C’est le matin, l’ombre est très allongée. Je lui ai proposé de se déplacer et de se mettre debout, mais dans l’ombre de la maison. « où est passée ton ombre ? »

S’en sont suivies d’autres questionnements :
Moi : « à ton avis, que faut-il pour qu’il y ait une ombre ? »
Zélie : « du soleil ? »
Moi : « pourtant, aujourd’hui il fait grand soleil, mais quand tu es ici (=à l’ombre de la maison), on ne voit pas ton ombre. Alors qu’est-ce qui gêne ? »
Zélie : « la maison ? »

Moi : « alors pour avoir une ombre, que faut-il ? »
Zélie : « du soleil, et rien entre lui et moi. S’il y a une maison ou des nuages, il n’y a pas d’ombre »

Moi : « C’est vrai. Mais la nuit ? est-ce qu’il y a des ombres ? »
Zélie : « ben oui, à cause des étoiles et des lampadaires dans la rue, ou des lumières dans les maisons »
Moi : « c’est vrai. Donc le soleil n’est pas le seul à créer des ombres »
Zélie « ah je sais !!!!!! pour avoir des ombres, il faut de la lumière!!!! »

D’elle même, grâce à notre discussion, et aux pistes sur lesquelles je l’envoyais, Zélie a formulé sa première hypothèse scientifique (pour avoir des ombres, il faut du soleil), qu’elle a ensuite vérifié. Visiblement, cette hypothèse était incomplète. Elle a cherché d’autres réponses, d’autres preuves et c’est elle qui a conclu que pour qu’il y ait des ombres, il fallait de la lumière, et rien du tout entre la source lumineuse (le Soleil, les étoiles, la lampe…) et l’objet dont on cherche l’ombre.

Cette démarche scientifique active est essentielle dans l’apprentissage. Grâce à elle, l’enfant cherche par lui-même, formule des hypothèses, les vérifie, les corrige et tire ses propres conclusions. Nous sommes donc dans un apprentissage intrinsèque, opéré par l’enfant et uniquement par lui, grâce à sa propre réflexion. Et c’est bien plus efficace qu’un « cours » aussi ludique soit-il, mais où les connaissances sont apportées par un tiers.

Par la suite, assis tous les trois dans l’herbe à la chaleur du Soleil, j’ai posé entre nous, les blocs sensoriels de la marque Tick It, ceux dont l’intérieur est une plaque de plexiglas coloré et translucide. Nous avons observé le reflet du soleil dans les blocs : l’ombre de la structure en bois et les rayons transperçant le plexiglas coloré. Bien entendu cela a fasciné Zélie et Malo : un hémisphère noir avec le centre jaune se projetait sur notre tapis. Superbe. Chacun notre tour, nous avons regardé la vie en bleu, en vert, en jaune et en rose à travers ces blocs.

Et puis nous avons remis en route notre démarche scientifique (j’aime beaucoup commencer nos activités par de la manipulation « magique » avant de s’intéresser à une problématique). Zélie maîtrise le mélange des couleurs primaires : lorsqu’on mélange de la peinture bleue et de la peinture jaune, on crée de la peinture verte. Et qu’en est-il des blocs ? j’ai mis de côté le vert, bien sûr et j’ai demandé à Zélie de trouver une solution pour que l’ombre projetée sur le tapis soit verte.

Zélie : « vert, c’est du jaune qu’on mélange à du bleu ».
Moi : « oui c’est exact. Comment faire du vert alors sur le tapis »
Zélie : « ben je ne sais pas, on ne peut pas mélanger les deux blocs »
Moi : « alors quelle solution proposes-tu? »
Zélie : « et si on met le bloc jaune et juste derrière le bloc bleu ? »
Moi : « eh bien essaie »

Deuxième posture scientifique : nous avons une problématique (comment projeter du vert avec les trois blocs présents : jaune, bleu et rose?), une hypothèse est élaborée à la suite d’un petit travail de réflexion.L’étape suivante est donc la vérification par l’expérience.

En plaçant le bloc jaune devant le bloc bleu, l’ombre projetée est devenue verte. A ce moment, j’ai eu peur qu’elle me demande pourquoi, et honnêtement, au moment de l’activité, je n’étais pas à l’aise pour lui expliquer la décomposition de la lumière. A la place elle a préféré se questionner sur tout autre chose (ouf) :

Zélie : « et si on change la place du bleu et du jaune, si c’est le bleu qui est devant le jaune, est-ce que l’ombre sera toujours verte? »
Moi : « essaie pour voir »

Quelle fierté de voir qu’en effet, l’ombre est toujours verte !

Malo qui était autour de nous et qui, pour le coup, ne comprenait pas grand chose à tout cela a préféré prendre les deux cubes et regarder autour de lui à travers les deux en même temps « ehhh Maman, ze te vois, t’es toute verte !!! »

Les découvertes autonomes fascinent autant à 3 ans qu’à 5 ans, et même à 32 ans 🙂

Nous sommes ensuite repassés à la manipulation de découverte. Dans les différents objets que nous avions pris avec nous dans le jardin, il y avait les pierres semi-précieuses que j’ai achetées dans la boutique « Au Son Des Grillons ». En dirigeant les pierres vers le ciel (et pas directement vers le soleil pour ne pas nous éblouir), nous avons regardé à travers. Zélie a entrepris de trier celles à travers lesquelles ont voyait les rayons de lumière passer et celles qui restaient opaques. C’est incroyable comme regarder au travers des pierres à la lumière est une expérience magnifique. On y découvre des inclusions, de petits détails, des variations de couleurs aussi subtiles que superbes 😍

Puis, sur la petite table des enfants, j’ai disposé des objets afin que nous observions leur ombre, puis que nous les dessinions. Voilà un exercice intéressant. Il est indispensable de réfléchir à notre posture pour ne pas entraver l’ombre de l’objet : en clair, ne pas se mettre entre le soleil et l’objet sinon son ombre disparaît.

Voilà donc plus d’une heure que nous étions en train de jouer avec les ombres et la lumière et Zélie s’est aperçue, grâce à la reproduction d’une ombre que j’avais faite en tout début d’atelier que le dessin ne correspondait plus à l’ombre.

Moi : « à ton avis, pourquoi l’ombre n’est plus dans sa forme dessinée ? »
Zélie : « peut-être qu’on a bougé la pyramide ? (c’était l’objet en question »
Moi :  » oui, peut-être, mais je peux t’assurer que j’ai veillé à ce que personne ne touche ou ne fasse bouger la pyramide. Donc il faut trouver une autre raison ».

Là j’ai senti que je la perdais. Il y avait quelque chose d’anormal dans le fait que l’ombre et le dessin ne correspondait pas, surtout après lui avoir certifié que personne n’avait déplacé la pyramide. J’ai donc posé les questions autrement.

Moi : « donc, si personne n’a bougé la pyramide, qu’est-ce qui a pu bouger ? »
Zélie : « le soleil ? »
Moi : « est-ce que le soleil se déplace ? »
Zélie : « non c’est notre planète qui bouge et qui tourne autour du soleil…. (temps de réflexion) …. ahh mais je sais, je sais, c’est nous qui avons bougé et du coup, le soleil dans le ciel n’est plus à la même place ! »

Là, je dois dire qu’elle m’a bluffée. Comment une petite fille de 5 ans peut être aussi à l’aise avec des informations aussi pointues ? Je vous ai déjà dit que les processus d’apprentissages me fascinaient ? ^^

Alors pour répondre à l’hypothèse « la planète Terre bouge et c’est pour cela que les ombres bougent », j’ai proposé à Zélie de réaliser un cadran solaire.

Ce n’était pas forcément prévu dans l’activité, mais c’est relativement rapide à faire : un cercle de papier épais, un bâton (j’ai utilisé une pique à brochettes, j’ai fait au plus rapide ahah). J’ai planté la pique à brochettes au centre du cercle de papier puis dans le sol du jardin (bien dur à cause de la sécheresse si vous voyez ce que je veux dire ^^). La pique projetait son ombre sur le papier. J’ai demandé à Zélie de tracer un trait au feutre au niveau de l’ombre. Dessous j’ai noté l’heure : il était 10h30.
Toutes les heures qui ont suivi, nous sommes retournées voir notre cadran. Zélie observait que l’ombre avait bougé grâce au marqueur fait l’heure précédente.

Zélie : « c’est rigolo, on dirait que les traits sont tous à la même distance ».
Moi : « tu as tout à fait raison. C’est grâce à ce genre de bricolage qu’il y a très longtemps, les gens ont inventé l’heure. Ils pouvaient donc lire l’heure à l’aide du soleil et savoir quel était le moment de la journée. »

Cette activité autour de l’ombre et de la lumière a beaucoup intéressé mes deux loulous. Je crois que cela leur a permis de répondre à plusieurs de leurs questions, et quand la science devient ludique et concrète, cela ne peut que plaire aux enfants 🙂

Age de Zélie au moment de l’activité : 5 ans et 2 mois
Age de Malo au moment de l’activité : 3 ans et 2 mois

 

 

Livre offert par les éditions Usborne, merci pour votre confiance ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *