littérature jeunesse

Cherche et trouve : dans la nuit {Chut, les enfants lisent #142}

Nous ne possédons que très peu d’albums « cherche et trouve » et c’est bien dommage quand je vois la richesse contenue dans ces livres, que ce soit en terme d’illustrations donc pour l’observation des détails, mais également en terme de langage. Rien de mieux selon moi pour étoffer le vocabulaire d’un enfant, mais également sa capacité de narration pour qu’il raconte, avec ses mots, les nombreuses actions qu’il peut apercevoir sur chaque page.

Récemment, les Editions Usborne ont publié un nouveau Cherche et Trouve autour du thème de la nuit, qui a beaucoup de succès auprès de Malo : Cherche et trouve dans la nuit.

On retrouve au fil de l’album les illustrations très colorées représentatives de la maison d’Edition. Chaque double page montre une scène distincte. Il n’y a aucun lien entre chaque scène si ce n’est le thème de la nuit et cette ambiance bleutée ou violette typique du coucher du soleil et de l’apparition de la lune. En effet, chaque double page se focalise sur un type d’animal à travers le monde : le renard, les marsupiaux océaniens, le blaireau, le galago, la souris, le crocodile et le léopard, le fourmilier, le loup, le lézard et le scorpion, le papillon, le hibou, la hyène et le rhinocéros, le chat et la chauve-souris.

Et il y en a des animaux sur chacune des pages ! en fait tout l’espace est utilisé par l’illustration regorgeant de détails et de malice. Les personnages sont absolument attachants, avec une mention pour le galago et ses grands yeux rouges qui le rendent vraiment trop sympathique !

Dans chaque saynète, il y a cinq questions amenant l’enfant à observer attentivement l’illustration pour retrouver ce qui est demandé : parfois un animal avec un détail particulier, parfois une dizaine de petits insectes qu’on pourrait avoir tendance à ignorer, ou encore un peu de dénombrement.

Bien entendu, comme tous les cherche et trouve, celui-ci sur la nuit ne fait pas exception à la règle : il ne s’agit pas d’un album qu’on lit d’un bout à l’autre sans s’arrêter. Cela n’aurait aucun sens parce que l’attention qui amène l’enfant à se focaliser sur une page pour répondre aux questions le fatiguera beaucoup. N’oublions pas que le temps de concentration d’un enfant reste assez limité.

Et même si Malo aime le feuilleter seul et se réjouir devant tel ou tel détail qui lui saute aux yeux cette fois alors qu’il ne l’avait pas vu lors de sa précédente lecture, lorsque nous prenons le temps de chercher ensemble ce qui est demandé dans les questions, on ne s’attarde jamais sur plus de deux pages. De toutes façons, il montre très vite des signes de fatigue significatifs : il répond « je ne sais pas » lorsque je lui pose la question, sans même prendre le temps de chercher un peu ^^

A la fin de l’album, il y a les réponses aux questions afin d’aider l’enfant lorsqu’il lit l’ouvrage de manière autonome. Mais en règle générale, ils n’en ont pas besoin, ils sont tellement fiers de trouver la réponse seuls !

Ceci est ma cent-quarante-deuxième participation au rendez-vous Chut, les enfants lisent.

Livre offert par les éditions Usborne. Vous pouvez retrouver toute l’actualité des éditions Usborne sur leur site internet, leur page Facebook ou leur compte Instagram 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *