Activités sensorielles, botanique, Charlotte Mason, Freinet, Friedrich Froebel, langage, Maria Montessori, mathématiques, sciences et technologies, Steiner Waldorf, zoologie

Sélections d’ouvrages pour des idées d’activités naturelles ou en extérieur.

Je ne le répéterai jamais assez, la nature est l’école de la vie et pour qu’un enfant puisse se développer et s’épanouir harmonieusement, il est nécessaire qu’il soit au contact de la nature  aussi souvent que possible. Tous les grands pédagogues sont unanimes et en ont fait également leur cheval de bataille, que ce soit Maria Montessori, Charlotte Mason, Friedrich Froebel, Rudolf Steiner, Célestin Freinet, et tous les autres également.

Mais dans notre société où tout va tellement vite, il faut réapprendre à prendre le temps, à observer, et à profiter des trésors que nous offre la nature. C’est un exercice difficile puisque cela oblige à faire une pause dans le quotidien ou à s’organiser différemment.

Or, à l’heure actuelle, c’est un fait, les enfants ne sont pas assez dehors. Plusieurs facteurs sont en cause : le temps passé dans les murs de l’école, la garderie parce que les deux parents travaillent, les écrans, le manque d’espaces verts à proximité… Et devant l’urgence de réinverser la tendance, plusieurs auteurs ont publié des ouvrages qui proposent des activités à faire dans et avec la nature. Ainsi, en donnant des astuces et des idées, progressivement, les enfants pourront passer plus de temps dehors.

Aujourd’hui, je suis heureuse de vous présenter quatre de ces ouvrages que j’ai beaucoup appréciés et dans lequel j’ai déniché des idées vraiment intéressantes.

1. Slow : 50 idées et activités pour une enfance au naturel. Editions Nathan

Dans la même veine que les ouvrages proposant des activités autour de la pédagogie Montessori, celui-ci s’intéresse davantage à la pédagogie Steiner-Waldorf, sa philosophie et ses grands principes.

Cet ouvrage qui se veut très pratique se lit très facilement. Chaque activité tient en quelques lignes, parfois juste sur une double page, ce qui permet de saisir l’idée et de l’adapter à nos envies et celles de nos enfants. J’apprécie également toutes les explications données autour de la pédagogie Steiner-Waldorf afin de comprendre également pourquoi la présence de la nature est essentielle dans le développement de l’enfant.

L’ouvrage se divise en 6 chapitres :
– Le premier présente les septaines, c’est à dire les 7 périodes du développement de l’enfant (0-7 ans, 7-14 ans et 14-21 ans) avec un focus plus précis sur les tranches d’âge 0-10 ans.
– le second chapitre est davantage destiné aux parents puisqu’il propose des clés afin de les aider dans leur parentalité sous le prisme Steiner-Waldorf : ralentir le rythme, la notion d’autorité bienveillante,
– dans le troisième chapitre, on s’intéresse au rythme : le rythme dans la journée, mais aussi les différents rituels et surtout vivre en fonction des saisons.
– le quatrième chapitre est consacré à l’aménagement de la maison selon l’esprit Waldorf : quels jeux à privilégier, la dominance des matières naturelles que ce soit pour la décoration ou l’habillage et surtout l’importance de la lecture pour contrer les écrans.
– Avec le cinquième chapitre on entre vraiment dans le vif du sujet puisque l’autrice propose de nombreuses activités afin de développer les compétences manuelles et artistiques des enfants. Encore une fois, c’est le travail des mains, autour de matières naturelles qui est privilégiée
– Enfin, le sixième chapitre aborde les activités extérieures afin de connaître et de se connecter avec la nature. Tout est simple et ne demande pas l’acquisition d’un matériel particulier. On manipule et on découvre tout ce que la nature a à nous offrir.

2. La vie simple. Editions Nathan.

Selon moi, cet ouvrage est la continuité du précédent dans le sens où il privilégie l’autonomie, le fait de prendre son temps et le contact de la nature. La pédagogie Steiner Waldorf n’est pas explicitement citée, mais on retrouve au fil des pages, ce qui fait l’essence même des principes de cette pédagogie. Toujours sans la nommer, la pédagogie Montessori est également présente.

J’apprécie beaucoup le fait qu’il n’y a nul besoin de matériel particulier pour réaliser les activités proposées. Ici on vise néanmoins des apprentissages que les enfants puissent acquérir afin de s’épanouir: l’autonomie, la créativité, prendre soin de son environnement et des autres.

Dans cet ouvrage, j’ai vraiment apprécié les photos qui mettent vraiment en valeur la philosophie qui guide le livre et les activités proposées. Elles donnent vraiment envie de les réaliser là, maintenant, tout de suite.

Les activités sont classées en huit chapitres :
– le premier chapitre s’intitule : grandir pas à pas. On y parle de la croissance de l’enfant avec par exemple un cahier de dessins qui permet de voir l’évolution du coup de crayon de vos enfants, mais aussi la croissance de la nature, des arbres. L’importance est mise sur l’observation pour comprendre.
– dans le deuxième chapitre on s’intéresse davantage aux plantes, parce que pour comprendre le fonctionnement de la flore, il est nécessaire de la connaître. Les activités proposées sont ludiques et vraiment passionnantes. Au delà du pur apprentissage formel, l’ouvrage propose d’utiliser tous nos sens pour connaître la nature.
-Une fois qu’on connaît la nature, on sait ce que l’on peut manger ou pas. Et c’est l’objet du troisième chapitre puisqu’il y a plusieurs recettes très simples mais surtout très originales : les crâpés que je ne connaissais pas, comment fabriquer de la limonade ou encore faire du pain.
– dans le quatrième chapitre, on s’intéresse aux travaux manuels avec la création d’objets vraiment utiles et qui mettent en action des gestes que les enfants n’ont pas l’habitude d’utiliser. Le matériel que les enfants pourront créer grâce aux tutoriels proposés a une finalité et pourra être réexploité au quotidien : les créations ont réellement du sens.
– pour ralentir le rythme, rien de plus important que le jeu libre, sans aucune contrainte. et c’est ce à quoi s’intéresse la cinquième partie en proposant des activités autour des éléments naturels : l’eau, le vent, la terre, la production de musique à l’aide de matériaux naturels. Cela permet de se réapproprier la nature à travers des jeux simples, ancestraux, mais que nous avons un peu perdus de vue.
– Dans le sixième chapitre il s’agit encore de bricolage, mais le bricolage prend une tournure différente puisqu’ici l’enfant fabrique de grandes choses : une cabane dans le jardin, une cabane dans la maison ou encore un four solaire, l’occasion d’apprendre comment la chaleur du soleil peut cuire les aliments.
– dans le huitième chapitre, l’importance est donnée à la création artistique dans le seul but de l’offrir et/ou de l’admirer. Ici le matériel se trouve dans tous les espaces verts et s’inspire de la nature pour créer de jolis objets qui viendront égayer la maison et fera entrer la nature entre ses murs.
– enfin dans le dernier chapitre, la création manuelle est également mise à l’honneur à travers des objets un peu plus complexes mais qui répondent toujours à la thématique de la nature, notamment la fabrication de cosmétiques en utilisant des produits issus de la nature, ou encore le dessin au fusain, une technique très particulière qui permet des résultats très intéressants.

J’apprécie énormément cet ouvrage qui regorge d’idées que nous ne retrouvons pas forcément dans d’autres livres, mais ce qui me plaît par dessus tout c’est l’invitation à créer, à s’amuser sans consommer, sans acheter, bref, c’est un retour aux sources salvateur : la nature.

3. l’école de la forêt. Editions Ulmer

Je crois que parmi les quatre livres qui font l’objet de cet article, celui-ci est vraiment mon coup de coeur et pour cause : ici, l’immersion dans la nature est plus important. Les auteurs sont extrêmement sensibilisés et documentés concernant la forêt et la conduite à tenir dans ces lieux. Les activités proposées sont très intéressantes pour les enfants, mais le respect de la nature tient une place essentielle tout au long de l’ouvrage.

Ce que j’apprécie dans ce livre c’est qu’on ne parle pas de pédagogie, de compétences ou d’apprentissage. Ici, le maître mot c’est « imprégnez-vous de la forêt, réapprenez à la connaître et à l’aimer ».

Tous les jeux proposés sont d’une grande simplicité, certes, mais pourtant, il y a toute une réflexion derrière chaque proposition : tout est juste et intelligent.

Le retour à la nature est devenue une espèce de mode, un business alors qu’il s’agit d’une nécessité, c’est ce que je vous disais plus haut. Cet ouvrage va donc à contre courant en partageant avec le lecteur des jeux aussi ludiques d’enrichissants. J’apprécie énormément qu’avant de décrire l’activité, il y a un petit tope sur « pourquoi cette activité? ». Les auteurs expliquent l’organisation des fourmis, le principe d’un éco-système, le rôle de telle ou telle plante. Quand on connaît ces informations, c’est bien plus simple d’aborder l’activité avec les enfants, on est paré pour répondre à toutes leurs questions et aller plus loin dans l’activité.

En publiant ce livre, les auteurs ont voulu donner aux parents et aux éducateurs des billes pour développer des habiletés cognitives, sociales et émotionnelles chez les enfants afin qu’ils puissent ensuite prendre soin d’eux, des autres et de la nature. L’ouvrage est destiné aux parents d’enfants de 3 à 11 ans.

Il comporte quatre chapitres qui regroupent en tout une quarantaine d’activités toutes plus passionnantes les unes que les autres.
– dans le premier chapitre, l’importance est donnée à l’exploration. Il est nécessaire d’observer pour comprendre et ainsi aller plus loin. L’exploration se doit d’être sensorielle et faire également appel à nos émotions. C’est la clé pour s’approprier la nature.
– le deuxième chapitre aborde quelques techniques de survie. Dans le mouvement Forest School, les enfants apprennent très tôt à faire du feu ou à construire des abris. Ce genre d’activité permet de favoriser l’autonomie et le côté débrouillard. Dans nos sociétés occidentales, il est parfois difficle de laisser l’enfant s’approcher du feu au delà d’une certaine limite, alors il serait impensable d’envisager de leur permettre de créer et manipuler le feu. Pourtant, avec de bonnes consignes, la présence d’un adulte et surtout de la confiance, très tôt les enfants apprennent à se responsabiliser.
– dans le troisième chapitre, les auteurs proposent plusieurs jeux collectifs autour des animaux de la forêt, parce que la nature, c’est encore mieux quand elle est partagée. J’aime beaucoup les jeux proposés, qui sortent vraiment de ce qu’on a l’habitude de lire ailleurs. Ils permettent non seulement de passer un excellent moment, mais surtout c’est l’occasion d’en apprendre davantage sur le quotidien des animaux qui peuplent les forêts : leur organisation, leur manière de faire …
– enfin le dernier chapitre s’intéresse aux activités créatives très importantes aussi dans le développement de l’enfant afin de lui permettre de développer sa motricité, son imagination et sa confiance en lui. Encore une fois, pas besoin d’outils ou de matériel onéreux, tout se trouve dans la nature ou presque (le reste peut se dénicher à la maison). La forêt nous offre tellement de possibilités pour créer de jolies choses ou des oeuvres éphémères.
4. l’école à ciel ouvert. Editions Salamandre.

Enfin, je termine cette présentation avec cette bible. L’école à ciel ouvert c’est un ouvrage vraiment passionnant qui propose d’enseigner les matières « classiques » de l’école, comme le français ou les mathématiques, mais en utilisant la nature et la planète. C’est un parti pris très audacieux et très intéressant parce que cela permet  non seulement de redonner de l’intérêt à des enseignements magistraux, mais aussi les activités proposées permettent de manipuler, de réinvestir les connaissances, tout en étant en mouvement. C’est bien connu, l’enfant apprend plus durablement si tous ses sens et son corps sont mis en action.

Cet ouvrage, on le sent, a été rédigé en tout premier lieu pour les enseignants, en témoigne sur la quatrième de couverture, la mention « conforme aux programmes scolaires » pour la France et la Suisse. Mais ce n’est pas parce qu’il est destiné initialement aux enseignants qu’il ne peut pas être utilisé en dehors, bien au contraire. Que l’on soit en ief (=instruction en famille), en co-schooling (activité en supplément de l’école) ou bien juste désireux de jouer dans la nature, ce livre est très abordable. Bien entendu certaines activités devront être adaptées puisqu’elles sont parfois pensées pour un groupe classe, mais dans l’ensemble tout est fait pour que ce soit facilement mis en place par tous et pour tous.

Toutes les activités sont présentées de la même manière : des informations pédagogiques (notamment l’inscription dans les programmes scolaires), des recommandations pratiques pour être certains de ne rien omettre, et puis à chaque fois des variantes pour des heures d’amusement et d’apprentissage.

L’organisation du livre suit bien évidemment les matières scolaires et comporte 5 chapitres réunissant plus de 200 activités : le français et les langues, les mathématiques, la découverte du monde et les sciences, l’éducation artistique et musicale et l’éducation physique et sportive.

J’apprécie beaucoup le fait qu’ici on encourage les enfants et leurs éducateurs à sortir par tous les temps : en été quand il fait beau et chaud, mais aussi dans le froid et sous la pluie. Avec un équipement adapté et une organisation bien pensée, il n’y a jamais de mauvais temps.

Alors, je suis curieuse, quel est celui qui vous plairait le plus ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *