éducation bienveillante

transmettre l’essentiel à l’école (et à la maison)

amis lecteurs, vous qui attachez beaucoup d’importance à l’Education avec un grand E, je suis vraiment ravie de vous parler aujourd’hui d’un livre qui m’a captivée autant qu’il m’a nourrie. Il s’agit de « Transmettre l’essentiel à l’école (et à la maison) », un ouvrage écrit par Isabelle Servant et paru aux éditions Eyrolles en septembre dernier.

On parle beaucoup du système scolaire, de l’Ecole ou de l’Education

Actuellement il est plutôt de notoriété publique de ne pas faire l’éloge du système scolaire, de l’Ecole ou de l’Education ,qu’on trouve pas assez ceci, ou bien trop cela. On s’arrête bien trop sur le côté négatif, on se plaint ou on attise la haine envers les enseignants. Mais où cela mène-t-il ? eh bien pas à grand chose parce que les critiques émises n’ont pas pour objectif d’être constructives. On casse du prof parfois par vengeance et l’on entre alors dans un cercle vicieux. La violence entraîne la violence et on est loin du monde de paix que nous souhaitons tous au fond de nous.

Heureusement, il existe sur Terre de belles personnes comme Isabelle Servant. Mais qui est-elle ? Isabelle Servant est une ancienne enseignante de l’Education Nationale, et aussi de l’université de Sanfort aux USA. Aujourd’hui est est plutôt spécialisée en orientation positive. Elle est formatrice, coach et conférencière et oeuvre pour aider les jeunes à s’épanouir et à prendre leur place dans la société et dans le monde. Elle est l’autrice de nombreux ouvrages

Ce livre se positionne comme un guide et propose de s’intéresser à 30 compétences clés à transmettre aux enfants qui ont pour seul objectif  de les aider à grandir et s’épanouir sereinement.

Le jour où j’ai ouvert le livre pour la première fois, j’ai su que je n’allais pas être la même lorsque je l’aurais terminé. ça peut paraître un peu bizarre dit comme cela, mais j’ai été happée dès la première phrase de l’introduction qui correspond parfaitement à mes valeurs.

la démarche de ce livre est originale. Plutôt que de partir du problème et de chercher des solutions pour notre école de demain, je vous propose de partir de l’objectif (vivre dans un monde sain, pacifique, solidaire, heureux) et de faire le chemin inverse : de quoi nos enfants ont-il besoin à l’école (ou hors école) pour grandir sereinement et coconstruire un monde sain, solidaire, pacifiste et heureux?

J’ai été intimement convaincue du positivisme qui ressortirait de ce livre et en effet je n’ai pas été déçue.

Avant de détailler ces fameuses trente compétences clés, Isabelle Servant commence d’abord son ouvrage en présentant l’origine de son travail mais aussi sa propre vision de l’école : un passage de relais, une transmission à trois niveaux (le socle commun d’apprentissage, la valorisation individuelle, et la préparation au monde de demain), les cinq finalités de l’école (la performance, la compétence sociale, la préparation au monde de demain, l’égalité des chances, le bien-être et le bonheur de chacun), et la priorité des transmissions.

Pour réaliser son ouvrage, l’autrice a eu l’opportunité d’aller étudier, en immersion, le fonctionnement de l’Ecole à travers le monde, que ce soit le fameux modèle scandinave, mais aussi en Inde, aux Etats-Unis et même au Japon.

Pour faciliter la lecture du livre, elle a décidé de répartir les trente compétences en trois grandes catégories : développer une relation saine à soi-même, construire les apprentissages et développer une relation saine aux autres et au monde.

Et pour chaque compétence clé, l’autrice détaille des exemples de choses qui fonctionnent dans les autres pays

1. Développer une relation saine à soi-même.

Bien évidemment, le maître mot ici est l’éducation à la santé à travers notamment l’importance de l’alimentation, mais aussi la connaissance des émotions. Elle aborde également un point qui me semble tout à fait essentiel : la capacité à trouver et prendre sa place au sein d’un système scolaire uniforme et standardisé, mais aussi l’importance de rendre autonome et de responsabiliser très tôt les enfants pour qu’ils deviennent rapidement acteurs de leurs apprentissages et par la suite de leur vie. C’est aussi dans cette partie que sont mis en avant la créativité , l’innovation, mais aussi des notions qui semblent de prime abord très abstraites et peut-être complexes à installer à l’école comme apprendre à être heureux, apprendre à réussir sa vie ou encore apprendre à s’aimer.

2. construire les apprentissages

pour que l’apprentissage soit efficace il est nécessaire de respecter quatre piliers : l’attention, l’engagement actif, le feed-back immédiat et la consolidation. Mais pour observer ces quatre piliers, il faut que l’enfant se sente en sécurité émotionnelle dans un premier temps, puis il faut donner du sens aux apprentissages, transmettre les fondamentaux (et ça c’est même urgent), et aussi apprendre à apprendre, parce que ce n’est pas inné. Dans cette partie Isabelle Servant insiste sur le fait que l’erreur n’est pas négative, mais au contraire qu’elle permet d’apprendre. Elle explique aussi l’intérêt de développer sa culture générale et son esprit critique, mais aussi d’entretenir sa curiosité. Parce que le monde de demain aura déjà bien changé, la place des nouvelles technologies dans les apprentissages est primordiale parce qu’on utilise de plus en plus tous ces outils dans notre quotidien

3. développer une relation saine aux autres et au monde.

dans cette troisième partie, l’accent est mis sur la société et l’environnement. A l’heure actuelle devant l’urgence climatique, on ne peut pas rester les bras croisés et il est nécessaire d’être acteur du changement. Pour cela, les enfants doivent posséder une vision plus globale de la planète et de l’importance de l’interdépendance entre les éléments qui composent notre planète. Ainsi, il est nécessaire de mettre au coeur des apprentissages l’éducation à l’écologie et au développement durable, mais aussi la fraternité, un mot qui a tellement d’importance et qu’on a parfois tendance à oublier. L’enfant a besoin de s’ouvrir au monde et aux autres, c’est le seul moyen de construire une société faite de paix et de respect. Et il y a notamment une notion forte qui doit trouver sa place dans les apprentissage de manière urgence : la revalorisation de l’image de la femme

Après avoir énoncé et décrit ces trente compétences clés, Isabelle Servant a choisi de donner la parole à des femmes et des hommes pleinement impliqué dans l’Education. Elle leur a juste demandé de répondre à deux questions

– quelles devraient être les missions et les finalités de l’école de nos jours selon vous ?

– que devrait-on transmettre en priorité aux enfants (ou éveiller en eux) pour les aider à grandir sereinement et coconstruire un monde sain, solidaire, pacifiste et heureux ?

Elle a interrogé Isabelle Filliozat psychothérapeute et autrice de nombreux ouvrages sur la parentalité, Ken Robinson, ancien professeur dans une université anglaise et expert en éducation, principalement autour de la créativité et l’innovation, Caroline Sost qui a fondé une école écocitoyenne à Paris, Kevin Finel praticien et formateur en hypnose, Isabelle Peloux, professeure des écoles qui a fondé avec Pierre Rabhi l’école inclusive du Colibri, Sophie Rabhi-Bouquet qui a elle aussi fondé une école alternative : la ferme des enfants, Antoella Verdiani docteure en sciences de l’éducation et fondatrice du collectif « le printemps de l’éducation », Audrey Akoun, thérapeute cognitivo-comportementaliste, Isabelle Pailleau qui est psychologue du travail et des apprentissages et Eric Julien aux multiples casquettes de géographes, consultant, accompagnateur de montagne.

Leurs réponses sont tout à fait fascinantes et complémentaires selon leurs expertises propres. Isabelle Filliozat pense qu’il est nécessaire que l’enfant ait les moyens d’apprendre et de se développer en tant qu’être social ET en tant qu’être humain, Kevin Finel parle d’une éducation au changement et plusieurs autres contributeurs mettent en avant l’amour de la nature.

Mon avis.
Ce que j’ai aimé … ou plutôt adoré.

– l’engagement de l’autrice pour un monde meilleur. Elle met en évidence une notion qui me convainc totalement et qui est que pour changer le monde, il faut commencer par changer l’éducation. J’ai donc été transportée par ses mots qui reflètent parfaitement ce que je pense.

– la clarté de l’ouvrage. Malgré la densité du texte et de la manne d’informations qu’ils transmet, le fait que tout soit classé par « compétences clés » donne une certaine aération et permet de faire des pauses régulières dans la lecture et ainsi prendre le temps d’assimiler tout ce qu’on vient de lire, étant donné que chaque compétence clé se déroule sur 4 pages au maximum.

– j’ai beaucoup aimé retrouver au fil des pages, de nombreux exemples de choses qui sont mises en place de par le monde. C’est extrêmement passionnant de voir tout ce qui fonctionne au sein des écoles à travers la planète pour rendre le monde plus beau.

– l’ouvrage est selon moi, construit de manière très intelligente. En effet, il amène le lecteur à se poser ses propres questions, à se remettre en question. En effet, les questions qu’il pose sont ouvertes et c’est d’autant plus intéressant que les réponses qui peuvent être apportées seront différentes d’une personne à l’autre, comme en témoigne celles des contributeurs.. Mais au delà, il nous engage aussi dans une démarche de recherche pour en savoir plus sur un sujet ou pour trouver telle ou telle réponse.

– je vous disais un peu plus haut qu’il était nécessaire d’inclure les nouvelles technologies dans les apprentissages. Et dans ce livre, on passe de la théorie directement à la pratique grâce à la présence de nombreux QR codes qui renvoient le lecteur vers des vidéos absolument passionnantes. Je n’ai pas pris le temps de toutes les visionner, mais celles que j’ai regardées m’ont beaucoup plues, tant le sujet abordé l’est de manière passionnante et passionnée.

Je voudrais vraiment remercier Isabelle Servant d’avoir écrit ce livre qui m’a beaucoup apporté. Sans nul doute, je le relirai de nombreuses fois, parce que moi aussi j’ai envie de faire ma part et d’être actrice du changement de notre monde.

Livre offert par les éditions Eyrolles. Pour suivre l’actualité des éditions Eyrolles, rendez-vous sur leur site internet, leur page Facebook ou leur page Instagram 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *