mathématiques

Les compléments à 10 {+ document à télécharger gratuitement }

Avec Zélie, nos activités de mathématiques s’orientent vers deux choses : l’apprentissage des dizaines et centaines, mais aussi les premières opérations. 

Et c’est pour aborder et/ou consolider les additions que j’aime lui proposer régulièrement des petits jeux autour des compléments à 10. L’intérêt de travailler les compléments à 10 est non seulement de comprendre et d’assimiler le système décimal, mais également d’apprendre à calculer en utilisant les dizaines. A terme, le but serait que l’enfant sache faire des compléments à 10 de tête, sans avoir besoin de compter.

Et comme à chaque fois que je propose des activités aux enfants, j’aime varier les supports afin d’inciter Zélie et Malo à manipuler un maximum. Car je suis convaincue, et c’est également la base de la pédagogie Montessori, que pour comprendre des principes abstraits, il faut toujours commencer par des cas concrets. 

J’ai à ma disposition tout un tas de matériel ludique, mais bien entendu, tout cela peut être remplacé par ce que vous possédez à la maison. 

Aujourd’hui, je vous présente donc deux petits ateliers qui ont eu énormément de succès auprès de Zélie dans l’apprentissage des compléments à 10. 

1. Fabriquer des diamants de 10

Pour le premier, je me suis inspirée d’un module présent dans les nombreux feuillets du Spielgaben. 

Ainsi, j’ai incité Zélie à reconstituer des diamants

Voici donc l’installation que j’ai faite : 

1. sur le bureau j’ai rangé dans l’ordre croissant les chiffres Sumblox de 1 à 9. Pour rappel, il s’agit de chiffres en bois dont la taille est proportionnelle aux autres : ainsi, si on empile le 2 et le 3, cela fera la même taille que le 5. Vous voyez où je veux en venir ? 

2. sur le plateau, j’ai préparé 10 cercles que j’ai installé en deux rangées de 5, car cela permet de compter soit de 2 en 2, soit de 5 en 5 ! 

3. sur ce même plateau, j’ai préparé 5 triangles colorés issus eux aussi du Spielgaben sur lesquels j’ai écrit les chiffres de 1 à 9 (sur un morceau de scotch je vous rassure). Ces triangles représentent la partie gauche du diamant. 

4. enfin, il y avait trois contenants : dans le premier : 10 perles. Dans le deuxième 10 triangles sur lesquels j’ai noté les chiffres de 1 à 9. Dans le troisième 9 chiffres Sumblox de 1 à 9. 

Le but du jeu est très simple : il s’agit de reconstituer les diamants. Mais pour cela il faut que la somme des deux faces soit égale à 10. 

Zélie observe le chiffre noté sur la première face du premier diamant, par exemple 7. Elle place dans les cercles, 7 boules (en remplissant d’abord la première ligne de 5, puis ensuite la ligne du dessous). Elle regarde le nombre de places libres, 3 dans le cadre de notre exemple. Pour vérifier ce que soit bien cela, elle prend le chiffre sumblox 3 dans le panier et le place sur le sumblox 7 et compare la taille de cette pile, avec le numéro 10. Si elles sont identiques, alors elle prend le triangle 3 dans le pot et le place à côté du 7 : elle a donc assemblé le premier diamant ! 

Elle a donc réitéré les mêmes étapes pour les autres diamants et a pu terminer l’activité assez vite. Finalement, Zélie n’a pas eu l’impression de « travailler », car le côté ludique qui ressortait de l’atelier rendait tout cela comme un jeu. ça lui a beaucoup plu. elle l’a même recommencé plusieurs fois d’affilée, seule. Je l’écoutais d’une oreille, et j’ai pu entendre qu’elle associait des parties du diamant sans même faire les étapes des sumblox et des perles parce qu’elle récitait, un peu comme un poème : 5 + 5 = 10, 9 + 1 = 10. C’est exactement ce que j’attendais d’elle, mais ça aura bien plus d’impact maintenant qu’elle l’a découvert et appris d’elle-même, plutôt que si je lui avais dit. 

Par ailleurs, le côté visuel de l’exercice est vraiment intéressant : les compléments à 10 sautent aux yeux non seulement en observant les anneaux vides par rapport à ceux qui ont une boule, mais également en ce qui concerne les Sumblox : le 7 sur le 3 qui donne 10, ça s’imprime dans l’esprit de l’enfant qui s’en souviendra lorsqu’il récitera les compléments à 10. 

2. le serpent des couleurs

A la suite de ce petit jeu qui aura eu son petit succès auprès de Zélie, je lui ai proposé une deuxième activité. On reste encore dans la manipulation, mais tout doucement on commence à glisser vers l’abstrait. 

J’ai préparé de petites cartes sur lesquelles j’ai représenté des « serpents » de couleur qui correspondent aux barrettes de couleur dans la pédagogie Montessori. Le but de l’exercice est de savoir combien il y a de perles en tout sur chaque carte. 

Zélie pioche une carte. Elle installe devant elle, les barrettes de perles comme sur le modèle. Puis, avec la petite encoche que je lui ai donnée (qui doit certainement avoir un nom mais que je ne connais pas), elle était chargée de compter les perles et à chaque fois qu’elle en a 10, elle place en dessous une barrette dorée qui représente la dizaine. Quand on ne peut plus mettre de dizaine, elle termine avec une barrette représentant le nombre d’unités restant. 

Puis, Zélie compte le nombre de dizaines et reporte ce chiffre sur son ardoise à gauche, et elle compte le nombre d’unités et reporte le résultat sur son ardoise à droite. A elle maintenant de lire le résultat obtenu. 

Là aussi Zélie s’est beaucoup amusée. Le côté manipulation est bel et bien présent avec les barrettes de perles, mais le nombre prend une place plus importante et on est moins dans le jeu, pur et simple. Pourtant, Zélie a pu réutiliser les compétences acquises précédemment. 

Si vous souhaitez télécharger les cartes des serpent de couleurs, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous. 

serpent des couleurs

Âge de Zélie au moment des activités : 5 ans et 6 mois. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *