histoire

La préhistoire des hommes : lectures et activités.

Il y a quelques jours, nous terminions nos activités autour de la thématique des hommes, l’occasion de tout regrouper dans un seul et même article afin de vous présenter tout ce que nous avons pu faire ces dernières semaines.

I. Littérature de jeunesse.

Comme à chaque fois, nous avons commencé par établir une bibliographie. Cette fois, nous avons fait avec les moyens du bord, aucun livre n’a été acheté pour l’occasion, tout provient de nos bibliothèques !

1. L’histoire de l’homme – les grands récits Montessori

Cet album a été mon fil rouge pour la préparation de toute la thématique, en m’appuyant bien entendu sur les autres documentaires que je vous présente juste après. Raconté comme une histoire, ce documentaire vivant est rythmé par des expériences pour comprendre l’évolution des hominidés. Nous n’avons pas réalisé l’ensemble des expériences proposées dans l’ouvrage, cependant les enfants ont été captivés par l’histoire racontée et cela leur a permis de comprendre certaines étapes, ainsi que la présence simultanée de différentes espèces d’hominidés, ou encore l’extinction de toutes les espèces sauf la dernière.

2. La Préhistoire – Les premiers pas de l’Homme.

Ce documentaire fait partie de la collection Quelle Histoire que les enfants apprécient beaucoup. Il faut dire que les illustrations très enfantines rendent le sujet bien plus accessible. Pour aider l’enfant à la compréhension de l’Histoire, l’ouvrage est divisé en plusieurs parties, chaque partie représentant un morceau de la frise chronologique. Les mots utilisés pour exposer le sujet de la préhistoire sont choisis de manière à ce que les enfants puissent parfaitement comprendre, mais ils contiennent néanmoins du vocabulaire précis et spécifique.

3. La préhistoire des hommes – les encyclopes.

J’ai découvert cette collection avec ce documentaire et je suis vraiment très emballée par le concept. Tout est parfaitement expliqué, détaillé et les sujets vont assez loin. Bien entendu, on traite des hommes préhistoriques, mais pas que ! On y parle du travail des archéologues, ou encore des théories de l’évolution et le clivage entre la science et la religion.

Il s’agit d’un ouvrage destiné en tout premier lieu à des enfants d’une dizaine d’années, mais j’ai choisi de le mettre à disposition de Zélie et Malo afin qu’ils puissent le feuilleter à leur guise.Non seulement cela attise leur curiosité, mais nous pouvons également discuter ensemble de choses qui les questionnent. Par ailleurs, il m’a également beaucoup servi pour la préparation des activités.

Proposer aux enfants, même très jeunes, des ouvrages spécialisés reste une option très intéressante afin de leur permettre d’être au contact de livres d’une grande richesse qui leur permettront de s’ouvrir au monde.

4. Quand Papa était petit, y’avait des dinosaures.

On en a terminé avec les documentaires, passons maintenant aux histoires.

J’ai commencé par leur lire cette histoire très anachronique (puisque les hommes sont présents sur Terre en même temps que les dinosaures), mais vraiment très drôle. Je ne suis pas certaine que les enfants aient saisi tous les traits d’humour, cependant les illustrations sont très parlantes et ça a été là aussi l’occasion de parler de la différence entre la vie au moment des hommes préhistoriques et la vie d’aujourd’hui. J’ai également pu leur expliquer que les histoires des livres ne reflètent pas la réalité et que les auteurs peuvent s’amuser avec tout ça pour créer une histoire drôle, triste, passionnante …

5. Cropetite et Cromignon

Ces deux petits ouvrages écrits et illustrés par Michel Gay mettent en évidence le quotidien des hommes préhistoriques. Dans Cropetite on suit la journée d’une petite fille qui suit les autres femmes de la tribu. Pendant qu’elles réalisent le pain qui sera mangé par l’ensemble des membres, la petite fille réalise les mêmes gestes, pour fabriquer un bébé de terre.

Dans Cromignon, les hommes partent à la chasse, mais reviennent souvent bredouilles. Jusqu’à ce que Cromignon découvre un mammouth à proximité de la grotte. Pour leur expliquer le chemin jusqu’à l’animal, le petit garçon décide de dessiner sur les murs de la grotte. Grâce à lui, les membres de sa tribu auront de la viande pour un bon moment.

Dans les deux cas, l’auteur utilise une petite histoire pour raconter un détail de la Grande Histoire : les début de la poterie et la cuisson du pain dans le cas de Cropetite, la chasse et l’art rupestre dans le cas de Cromignon.

6. Mé Keskeussè keu sa ?

On a pu remettre à l’honneur un ouvrage qui nous fait toujours beaucoup rire depuis des années, l’histoire de Koko et Kiki, un couple préhistorique qui découvre un matin, une petite chose dans leur grotte. Si ça traîne par terre c’est que c’est sale et la saleté c’est dehors. Mais Koko et Kiki n’ont pas vraiment envie de se débarrasser de cette petite chose et décident de la garder.

Ce qui fait le succès de l’histoire est non seulement la situation très cocasse, mais également les dialogues satiriques, comme on a tendance à imaginer les hommes préhistoriques parler, avec des onomatopées, quelques mots, la quasi absence de verbe …

II. Les jeux et activités.
1. Puzzle Go back in time – retour à la préhistoire.

Je vous en ai parlé bien plus longuement dans un précédent article, aussi je ne vais pas me répéter. Le puzzle Go Back In Time – retour à la préhistoire est un concept tout à fait intéressant proposé par la marque Pirouette Cacahouète. Il s’agit d’un puzzle dont la scène représente le quotidien à l’époque des hommes préhistoriques et le modèle sous la forme d’un poster représente la même scène mais dans notre quotidien. Cela permet donc de voir les différences qu’il existe entre ces deux périodes de l’histoire.

Je vous invite chaleureusement à lire l’article dédié à ce puzzle en cliquant sur ce lien .

2. La frise chronologique de la présence des hominidés sur Terre.

Afin d’aider mes enfants à comprendre que les différentes espèces d’hommes préhistoriques n’ont pas toutes été présentes sur Terre au même moment, j’ai choisi de fabriquer une frise chronologique dont je vous explique le pas à pas.

Pour la réaliser, j’ai tout d’abord commencé par répertorier les informations dont j’allais avoir besoin. Je me suis tout d’abord confrontée à un premier obstacle : les termes à utiliser afin d’être certaine de parler des bonnes choses. Par ailleurs, comme toujours dans les grandes périodes qui marquent l’évolution de notre planète, la chronologie de la préhistoire ne correspond pas aux grandes périodes. Alors quelle a été ma progression ?

Voici déjà pour commencer quelques explications.

– La préhistoire définit la période qui court depuis l’apparition du genre homo jusqu’à l’apparition de l’écriture. 

– Les premiers hominidés sont apparus il y a 7 millions d’années alors que le genre homo a vu le jour il y a 4,2 millions d’années. 

– les grandes périodes qui correspondent à la préhistoire sont : le pré-paléolithique archaïque (-7 millions d’années à -3,3 millions d’années), le paléolitique qui correspond à la période de la pierre taillée (-3,3 millions d’années à – 12 000 c’est à dire la fin de la dernière période glaciaire), le mésolithique, une phase de transition qui a lieu entre -12 000 ans et – 9 000 ans (= l’apparition de l’agriculture) et enfin le néolithique, la période de la pierre polie, de – 9000 à -3000 c’est à dire l’apparition de l’écriture.

– la chronologie de la préhistoire (c’est à dire les dates données) sont différentes d’un continent à l’autre parce que les grandes découvertes n’interviennent pas au même moment. 

Vous comprenez que déjà, dans mon esprit c’était un peu embrumé. Mon idée de départ, de réaliser une frise chronologique reprenant à la fois les grandes périodes et les périodes de présence des différents hommes préhistoriques s’est vite heurté à un souci de taille : si je représente 4 millions d’années par 4 mètres de frise, alors 3 000 ans (correspondant au mésolithique) devient 0,3 centimètres ! autant dire une période absolument illisible, même si c’est super intéressant de se rendre compte du temps sur une frise. Je pense que je me serai emmêlée les pinceaux et les enfants auraient vite rien compris.

J’ai laissé tomber les grandes périodes et je me suis concentrée uniquement sur les grands genres homo. Au nombre de 6, j’ai réalisé des morceaux de frise pour chacun d’entre eux en utilisant l’échelle
1cm=10 000 ans. Si au départ dans mon esprit j’allais acheter du ruban pour tout coudre ensemble, pour des raisons pratico-pratiques, j’ai utilisé ce que j’avais sous la main : du tissu blanc et de l’encre pour teindre mes morceaux de tissu.

L’australopithèque est apparu le premier il y a 4,2 millions d’années. Il s’est éteint il y a 2 millions d’années. C’est la partie orange de ma frise.

Vient ensuite l’homo habilis, l’homme habile. Lui, il est apparu il y a 2,3 millions d’années et s’est éteint il y a 1,5 millions d’années. Il a donc cohabité pendant quelques temps avec l’australopithèque (vous commencez à voir aussi le bazar pour monter ma frise ?^^) C’est la partie verte de ma frise.

Puis c’est l’homo ergaster qui est apparu, il y a 1,9 millions d’années. Souvent on le confond avec l’homo erectus, d’ailleurs je ne l’ai pas vu mentionné souvent dans les ouvrages des enfants ni dans mes recherches. Pour autant à la lumière des récentes découvertes, il s’agit bien d’un genre distinct, j’ai donc choisi de le représenter. C’est d’ailleurs le premier homme à se déplacer d’un continent à l’autre. Ergaster s’est éteint il y a 1 million d’années.C’est la partie rose de la frise. Ergaster a cohabité avec Habilis, mais aussi avec Erectus.

L’homo erectus, ou homme debout (parce que pendant un moment il a été le squelette bipède le plus vieux jamais découvert) est apparu il y a 1,8 millions d’années et s’est éteint il y a 11 000 ans. Il est en violet sur ma frise..

Puis c’est au tour de l’Homme de Neandertal, apparu il y a 400 000 ans et qui s’est éteint il ya 30 000 ans. Il est en bleu sur la frise.

Enfin, l’homo sapiens (l’homme qui sait), apparu il y a 300 000 ans. Cette espèce n’est pas éteinte, puisque nous sommes des homo sapiens (grosse grosse révélation pour les enfants d’ailleurs). C’est la partie jaune de la frise.

Une fois que j’ai fait tous mes calculs et que j’ai teint mes tissus, je me suis retrouvée avec des bandes mesurant entre 2,20m pour la plus grande et 37cm pour la plus petite, à assembler en n’oubliant pas que certaines espèces d’hominidés ont vécu pendant la même période. J’ai beaucoup mesuré, j’ai pris mon temps, recommencé mille fois. Mais finalement je suis arrivée au résultat que j’escomptais au bout de nombreuses heures et j’étais ravie.

J’ai ensuite installé ma frise de 5,50 en travers de la maison et j’ai placé aux bons endroits les cartes de nomenclature que j’avais sous la main.

J’ai utilisé en tout premier lieu le fichier de cartes de nomenclature disponible sur la boutique en ligne de Maaademoiselle A Shop. Le lien direct vers ce fichier se trouve ici. Le fichier est très complet puisqu’il rassemble 5 cartes représentant 5 grands genres d’hominidés (australopithèque, homo habilis, homo erectus, homme de Néandertal et homo sapiens) ainsi que des photos de leur crâne afin de pouvoir vraiment observer leur évolution, puisque l’évolution de l’homme est étroitement lié à la taille du cerveau. C’est un fichier qui nous a beaucoup servi (même si nous n’avons utilisé que les représentations des hommes préhistoriques, pas les crânes) et que nous allons certainement ressortir.

J’en profite pour vous rappeler que si vous souhaitez commander sur la boutique de Maaademoiselle A Shop, je possède un code promo, BAZAR, qui vous permet d’avoir une réduction de 10% sur l’ensemble de votre panier. 

J’ai également créé moi-même plusieurs autres cartes. Je ne peux malheureusement pas vous les partager étant donné que j’ai utilisé des images non libres de droit, mais je vous en fais la liste afin de vous orienter si vous souhaitez vous aussi réaliser cette frise.
– Toumaï est le premier hominidé à avoir été découvert il y a 7 millions d’années. J’ai donc réalisé une carte avec une représentation de Toumaï ainsi que la date,et une deuxième carte qui met en évidence le Tchad sur la Carte de l’Afrique.
– Orrorin (donc la carte avec sa représentation et sa date -6 millions d’années) et une carte représentant le Kenya.
– Abel (-3,5 millions d’années) et Tchad
– Lucy (-3,2 millions d’années) et Ethiopie
– le chopper (le premier outil retrouvé : un galet avec un bord tranchant) : -2,6 millions d’années
– l’enfant de Taung (-2,5 millions d’années) et Afrique du Sud
– les premiers peuples en Asie : -1,9 millions d’années
– Les premiers peuples en Europe : – 1,8 millions d’années
– l’utilisation du feu à partir de foyers naturels (après le passage de la foudre par exemple) :-1,7 millions d’années
– le biface : -1,6 millions d’années
– L’homme de Java (-1 million d’années) et l’Indonésie
– l’homme de Pékin (- 700 000 ans) et la Chine
– l’Homme de Tautavel (-400 000 ans) et la France
– la maîtrise du feu : – 400 000 ans
– les premiers peuples en Océanie : – 65 000 ans
– l’homme de Cro Magnon : – 27 000 ans
– Les premiers peuples en Amérique : – 15 000 ans

J’ai ajouté des étiquettes représentant les continents avec le code couleur de la Pédagogie Montessori afin que les enfants puissent se représenter la présence des hommes préhistoriques sur la planète. L’Afrique est le berceau de l’humanité. Elle a accueilli les australopithèques et les homo habilis. Homo ergaster est apparu en Afrique mais s’est déplacé en Asie et en Europe. Homo erectus est lui aussi apparu en Afrique mais a migré également en Asie et en Europe. l’homme de Néandertal a vécu uniquement en Asie et en Europe. Et enfin l’homo sapiens est apparu plus ou moins simultanément dans les 3 continents avant de migrer, bien plus tard en Océanie puis en Amérique.

Enfin, j’ai choisi également d’ajouter une carte de nomenclature représentant l’homo ergaster afin qu’il puisse être représenté sur la frise.

Après les différentes cartes, j’ai aussi ajouté les figurines des hommes préhistoriques de la marque Safari Ltd

Comment avons nous utilisé la frise ? Quand j’ai terminé de tout mettre en place (n’oubliez pas de prévoir de la place pour Toumaï et Orrorin qui sont en dehors de la frise ^^) j’ai appelé les enfants qui ont découvert tout cela avec beaucoup d’enthousiasme. Je leur ai dit que j’allais leur raconter l’histoire de l’Homme en utilisant cette frise et tous les éléments disposés par terre. Lorsqu’on se lance dans un grand récit, afin de donner toute la dimension mystérieuse du conte, il est nécessaire de répéter plusieurs fois, seul avant de se lancer devant les enfants. Ainsi vous vous rapprocherez davantage du spectacle que de la lecture. Afin de me rassurer j’ai choisi de garder le livre à proximité. Nous avons donc commencé l’histoire au début de la frise et nous avons avancé au fur et à mesure de l’évolution de l’homme. Pour rendre l’histoire dynamique j’ai inclus quelques expériences proposées par le grand Récit, ce qui a permis aux enfants de comprendre l’importance de leur pouce par exemple. J’ai fait aussi de nombreuses pauses afin de leur expliquer des notions complexes. Comme par exemple, pourquoi les hommes préhistoriques mangeaient de la viande crue au début. Beh oui, ils ne savaient pas encore maîtriser le feu ! Nous avons donc abordé la question du feu. “comment fabrique-t-on du feu ?”. Zélie : avec une allumette ! Malo : avec le barbecue ! et quand on n’a ni allumette, ni barbecue et ni briquet ? Forcément là c’est plus compliqué ahah. Difficile pour mes petits d’arriver à se mettre à la place des hommes préhistoriques sans les outils dont ils disposent aujourd’hui.

3. Les cartes de nomenclature des animaux préhistoriques. 

Les enfants ont bien compris qu’à l’arrivée des hommes sur Terre, il n’y avait plus de dinosaures. J’ai donc pu leur expliquer que si certains animaux que nous connaissons aujourd’hui vivaient déjà il y a plusieurs centaines de milliers d’années, d’autres espèces aujourd’hui disparues cohabitaient également. D’emblée ils se sont exclamés : ben oui, comme le mammouth !!! En effet.

Je me suis donc amusée à créer un ensemble de cartes de nomenclature qui reprenait quelques espèces d’animaux préhistoriques. Puis, Zélie a passé un bon moment à lire leurs noms, exercice parfait pour la diction étant donné la complexité de certains et elle a ensuite associé les animaux préhistoriques à la forme animale présente actuellement sur la planète, une activité qui lui a beaucoup plu et qui a eu aussi un franc succès auprès de Malo.

Si vous souhaitez profiter également de mes cartes, je vous donne rendez-vous sur ma boutique en ligne Les Trésors de l’Apprentissage afin de vous procurer le PDF. Le lien direct vers le fichier se trouve ici. Je vous ai également détaillé l’activité dans cet article.

4. Cartes à pince de dénombrement.

Pour amuser un peu Malo, j’ai également réalisé un document de cartes à pinces autour du dénombrement, tout en restant dans la thématique de la préhistoire bien entendu !

Les cartes à pinces sont un outil pédagogique vraiment intéressant et ludique. Vous demandez à l’enfant de compter le nombre d’éléments et il pose ensuite une pince sur l’une des trois réponses proposées. Afin de réaliser l’activité en totale autonomie vous pouvez marquer l’arrière de la carte au niveau de la bonne réponse.

Si les cartes à pinces vous intéressent, ça se passe aussi sur les Trésors de l’Apprentissage, dont voici le lien direct vers les cartes à pinces. Comme précédemment je vous ai également détaillé l’activité dans un article précédent.

4. Lapbook

Maintenant que Zélie lit et écrit plutôt bien, je lui ai proposé un exercice tout à fait inédit pour elle : le lapbook. Le Lapbook est un outil créé par l’enfant afin de retranscrire les notions apprises précédemment. Le gros avantage du lapbook c’est qu’il est adaptable au niveau de l’enfant et on peut le rendre de plus en plus complexe. C’est une création qui mêle connaissances, compétences transversales et arts visuels.

J’ai choisi de proposer une trame assez simple pour ce premier lapbook. un système de pétales de fleurs qui s’ouvres pour présenter les 6 grandes espèces du genre homo : australopithèque, l’homo habilis, l’homo ergaster, l’homo erectus, l’homme de Néandertal et l’homo sapiens.

Zélie a commencé par noter sur chaque pétale le nom de l’espèce en lettres cursives, puis elle a collé la représentation de l’espèce, son lieu de vie (continents) ainsi qu’une grande découverte qui a eu lieu pendant sa présence sur Terre. Puis, avec de la peinture naturelle (eau + épices), elle a peint le verso de chaque pétale ainsi que l’hexagone qui représente le coeur de la fleur. Quand la peinture était sèche, elle a ajouté le titre de son lapbook sur l’hexagone ainsi que les chiffres de 1 à 6 au verso des pétales. J’ai assemblé l’ensemble du lapbook au scotch et Zélie a pu, avec une immense fierté, présenter son travail à son papa et à son petit frère.

Le lapbook est un exercice très complet puisqu’il permet de travailler la lecture, l’écriture; la géographie, la découverte du monde, les mathématiques, la créativité et l’histoire.

5. Arts visuels : le mammouth.

J’aime clore nos thématiques par un peu d’art visuel. Cela met un point final au thème tout en s’amusant et en laissant s’exprimer sa créativité. Cette fois, les enfants ont réalisé un mammouth.

Je leur ai imprimé un coloriage trouvé sur internet (google images regorge de coloriages en tout genre). Ils ont commencé par découper des brins dans la laine marron (chacun sa teinte ^^) pour faire le pelage du mammouth. Ils ont ensuite peint à la peinture marron leur mammouth en laissant les défenses blanches. Je leur ai donné un oeil mobile à positionner dans la peinture fraîche puis ils ont mis leurs brins de laine, de manière verticale, afin de faire le pelage de l’animal, là aussi dans la peinture fraîche. En séchant la peinture emprisonne la laine. J’ai passé un coup de bombe de vernis colle (à paillettes oui, je n’avais que ça ^^) et voilà deux jolis mammouths

ça y est, nos activités sur les hommes préhistoriques sont terminées. Nous avons beaucoup apprécié nous immerger dans cette partie de l’histoire. Les enfants ont été passionnés et ont appris énormément de choses. Moi aussi d’ailleurs. J’ai choisi de ne pas me focaliser sur les dates parce que c’est bien trop abstrait pour des enfants de l’âge des miens, mais plutôt sur des actions, des choses qui représentent la réalité pour eux.

Si vous réalisez une ou plusieurs de nos activités, je serai ravie que vous me taguiez dessus afin que je puisse admirer votre travail ♥

Rendez-vous très vite pour une nouvelle thématique !

Age de Zélie au moment des activités : 5 ans et 9 mois
Age de Malo au moment des activités : 3 ans et 9 mois

2 Comments on “La préhistoire des hommes : lectures et activités.

    1. Merci beaucoup ❤️ c’est addictif de se lancer dans ce genre de projet, il y a toujours de nouvelles idées qui arrivent au fur et à mesure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *