langage

Mon herbier des mots

C’est un fait, j’aime les mots, j’aime la langue française qui ne cesse de me surprendre et de m’enchanter. 

Mes lectures préférées sont toutes des grands classiques de la littérature française, de Victor Hugo à Emile Zola, en passant par Maurice Druon (la saga des Rois Maudits), Charles Baudelaire et ses poèmes ou Antoine de Saint Exupery et son Petit Prince je ne rechigne pas non plus à ouvrir des romans classiques anglophones, avec une nette préférence pour les livres de Jane Austen ou des soeur Brontë pour ne citer qu’elles … 

Bref, vous l’aurez compris, j’attache énormément d’importance au style, aux tournures de phrases, aux figures de styles et autres exercices de langage qui me ravissent toujours. 

Il y a quelques jours, mon amie Adélaïde, du blog Maaademoiselle A a présenté sur son compte Instagram, un petit outil qu’elle a imprimé et qu’elle a préparé pour et avec son aînée : un herbier de mots. 

L’idée m’a séduite immédiatement : rendre ludique la rencontre du lecteur avec un mot de vocabulaire tout nouveau pour lui. 

Je me suis donc rendue sur le site internet de Tetras Lire qui a imaginé pour nous cet herbier des mots afin de faire la connaissance de cette équipe passionnée de littérature. 

J’ai ainsi pu apprendre que Tétras Lire c’est un magazine créé par les éditions Alba Verba afin de mettre la littérature classique à la portée de tous et notamment des enfants. Il y a tellement de héros intéressants à découvrir dans les ouvrages écrits pour des adultes. Les revues de Tétras Lire veulent donc permettre aux enfants de s’épanouir dans la lecture qui devient alors source de plaisir et d’imagination. 

logo

Au delà du magazine proposé pour les enfants de 8 à 12 ans, Tétras Lire c’est aussi un blog qui regorge de conseils et de ressources pour accompagner les enfants dans la lecture plaisir. Je me suis perdue dans les pages du blog et j’y ai découvert des articles vraiment passionnants sur la lecture à haute voix ou encore la stimulation de l’imagination, mais également de nombreux outils à créer et auxquels donner vie: des poupées japonaises, la mappemonde de Phileas Fogg, le mythique héros de Jules Vernes, l’éventail de la reine inspiré de l’univers des mousquetaires d’Alexandre Dumas et plein de recettes pour grignoter devant un bon bouquin… 

J’ai donc aussi trouvé l’article qui traite de l’herbier des mots. L’idée est très simple et pourtant très astucieuse : pour inciter l’enfant à étoffer son vocabulaire et à ne pas se décourager devant les mots qu’il ne connait pas, l’herbier des mots nouveaux propose, tel un herbier classique de partir à la cueillette de mots qu’on ne connaît pas, de chercher sa définition et d’en garder une trace dans un carnet. 

Et moi je trouve cela terriblement poétique que d’associer le mot à un trésor, à une découverte ou à une plante dont on prend soin et dont on cherche à en connaître davantage. Grâce à la manipulation des mots, l’enfant se l’approprie et l’apprentissage se crée durablement : il va le lire, l’écrire, chercher sa définition à l’aide d’un dictionnaire, puis le dessiner et coller une petite étiquette dans son carnet. De nombreuses compétences et techniques sont ainsi déployées car la connaissance passe par plusieurs canaux. 

Passionnant, je vous l’avais dit. 

Cette fois, l’idée n’était pas de créer un outil pour ma petite lectrice de presque 6 ans, mais bel et bien de me fabriquer MON herbier des mots nouveaux à moi, comme un trésor qui m’appartient et dont je prendrai soin. Je sais que je proposerai à Zélie, puis à Malo de fabriquer le leur en temps voulu, je peux vous dire d’ores et déjà qu’ils apprécieront l’idée et moi je serai ravie de leur transmettre mon amour des mots par le biais d’un outil remarquablement bien conçu par une équipe de passionnés.

Lorsque j’ai vu l’herbier des puces de ma copine Adélaïde, mon imagination s’est mise en route et j’ai très vite su quel format aurait le mien. Je l’ai voulu naturel, créé presque entièrement par mes petites mains, un peu comme un carnet artisanal, un véritable herbier. 

Je me suis donc amusée à créer du papier recyclé afin de faire la couverture de mon herbier. 

Pour cela, j’ai découpé une plaque d’oeufs en petits morceaux. J’ai mélangé ces morceaux avec de l’eau et je les ai laissés s’imprégner. Puis, à l’aide d’un robot (mais avec un mixeur ça fonctionne tout aussi bien), j’ai mixé le tout pour obtenir une pâte. 

Il a fallu ensuite réaliser un tamis. Il y a plein de tutos sur Internet, je me suis inspirée de tout ce que j’ai pu lire pour en fabriquer un avec les moyens du bord : un cintre que j’ai tordu pour lui donner une forme (plus ou moins) rectangulaire et du tulle. Certains tutos proposaient d’utiliser des collants ou de la moustiquaire, mais je n’avais rien de tout cela. 

J’ai posé mon tamis de fortune sur une serviette en tissu étalée sur la grille du four (mais dans le jardin, pas dans le four) et j’ai posé la grille sur le lèche-frites. Par dessus j’ai étalé ma pâte grise en tassant du mieux que j’ai pu. J’ai ensuite disposé par dessus des fleurs et des pétales trouvées dans le jardin. Une deuxième serviette par dessus, encore une plaque et une jardinière remplie de fleur a complété cette construction éphémère. Le but était d’apporter un poids suffisant sur la pâte pour qu’elle s’aplatisse et perde son eau. 

Le soir venu, mon mari m’a gentiment proposé d’utiliser un autre accessoire bien plus lourd permettant donc d’apporter une pression plus importante : la voiture. On a donc mis mon papier recyclé emmitouflé dans ses serviettes entre deux planches de bois et il a placé la roue de la voiture pile au milieu. 

Le lendemain matin, mon papier était tout plat mais encore humide. Une demi-journée en plein soleil a achevé le séchage. 

Pendant ce temps, j’ai cousu quatre feuilles de papier ensemble en leur milieu pour réaliser un livret. J’ai collé ma couverture en papier recyclé par dessus et j’y ai ajouté la petite illustration proposée par Tétras Lire que j’avais au préalable peinte à l’aquarelle. Après encore un peut de découpe pour préparer les étiquettes, voilà mon herbier des mots nouveaux prêt à être utilisé. 

J’ai hâte de le remplir maintenant. 

Si vous aussi vous souhaitez réaliser un herbier des mots nouveaux, je vous invite à vous rendre sur cet article. Vous voulez en savoir davantage sur le magazine Tétras Lire, c’est ici que ça se passe. 

N’hésitez pas à suivre l’actualité de Tétras Lire sur Instagram et à me taguer sur vos photos si vous réalisez un herbier, je serai ravie de voir vos créations ♥

2 Comments on “Mon herbier des mots

    1. Coucou ! Merci beaucoup oui les fleurs sont fraîches et elles ont gardé leurs jolies couleurs. Peut-être même plus que si je les avais fait sécher auparavant je crois. Par contre si tu te lances, il faut bien appuyer les fleurs dans la pâte sinon en séchant il se peut que ça se décolle. Il y en a certaines qui se sont enlevées pour ma part

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *