couture, littérature jeunesse

Tapis lecture : le Gruffalo

J’aime me lancer dans des projets qui me prennent tout mon temps de réflexion, puis du temps à la réalisation. Ce qui me plaît, c’est de me laisser envahir complètement par mon idée afin que le résultat soit au plus proche de ce que j’ai imaginé.

En revanche, lorsque je suis obligée de m’interrompre, j’ai beaucoup de difficultés à revenir sur mon projet initial.

C’est ce qui est arrivé avec le tapis lecture que je souhaite vous présenter aujourd’hui. Commencé à la fin du mois de novembre, je l’ai terminé au début du mois de mai. Il faut dire qu’après avoir réalisé environ 90% de mon projet, j’ai été obligée de le mettre de côté afin de me lancer dans un autre projet couture qui allait me prendre beaucoup de temps et qui devait être plus urgent : la confection des déguisements que nous avions offert aux enfants pour Noël.

Mais à force de voir mon tapis lecture inachevé prendre la poussière, j’ai pris mon courage à deux mains et en une petite heure j’ai pu le terminer ! Eh oui, il ne me restait pas grand chose à faire !

Mais revenons-en à la génèse de ce projet.

Car comme tout projet il y a toujours une idée de départ. Mon petit Malo aime énormément l’histoire du Gruffalo, c’est sans conteste son histoire préféré, devançant même Cornebidouille, c’est vous dire l’amour qu’il porte pour cet album ! Nous l’avons lu et relu de nombreuses fois et devant l’enthousiasme jamais tarie de mon petite bonhomme, je me suis dit qu’il serait chouette d’exploiter l’album en profondeur. J’aurais pu lui proposer quelques activités autour de la thématique du Gruffalo, mais je n’avais pas envie de cela. L’idée du tapis lecture a tout doucement germé dans mon esprit.

Comment naît un tapis lecture dans Mon Bazar Coloré ?

Eh bien tout commence par un brain storming très intense, ou pendant ce moment plus ou moins long, je ne pense qu’à cela, en allant me coucher, en me levant, en prenant ma douche, en conduisant… bref dès lors que j’ai l’esprit “libre” l’idée refait surface et je la façonne, je l’étoffe.

Je me suis bien entendu beaucoup inspirée de l’album. Quelle est l’essence même ? Qu’est ce qui plaît autant à Malo et aux autres enfants dans cette histoire ? Qu’est-ce que je souhaite faire ressortir de mon tapis lecture ?

Le Gruffalo est un album pour enfant publié pour la première fois en 1999. Il est écrit par Julia Donaldson et illustré par Axel Scheffler. Il fait partie des classiques de la littérature enfantine outre-Manche.

Cet album est un conte en randonnée, c’est à dire qu’il présente un personnage principal qui rencontre un souci. Afin de résoudre ce souci il va rencontrer toute une série de personnages ou d’événements avant le retournement de situation. Si vous souhaitez en savoir davantage sur les contes en randonnée, je vous invite à lire l’article que j’ai consacré à ce sujet en cliquant sur ce lien.

Et que raconte donc l’histoire du Gruffalo. Il s’agit d’une petite souris qui se promène dans un grand bois profond. Tour à tour, elle rencontre un renard, un hibou et un serpent qui essaient de la manipuler pour la manger. Mais la souris très maligne arrive à s’en sortir à chaque fois en inventant un personnage monstrueux avec lequel elle va déjeuner : le Gruffalo. Devant la description qu’en fait la petite Souris, les animaux prennent peur et s’enfuient. Jusqu’à ce que la souris se retrouve face au Gruffalo ! Celui-ci s’en ferait bien un sandwich. Encore une fois la Souris trouve la parade. Elle propose au Gruffalo de faire un bout de chemin avec elle afin qu’il voit comme les habitants de la forêt ont peur d’elle. Ils rebroussent chemin et tous les deux rencontrent le serpent, puis le hibou et enfin le renard. A la vue de ce duo, bien entendu les animaux sont terrorisés et s’enfuient en courant. Ont-ils peur de la souris comme veut le faire penser celle-ci ? Bien sûr que non, c’est le Gruffalo. Arrivés au point de départ et afin de se débarrasser durablement du Gruffalo, elle joue de son rôle de terreur de la forêt pour dire au Gruffalo qu’elle a très faim. Et devinez quel est son repas préféré ? Le Gruffalo aux nouilles pardi ! Le Gruffalo s’enfuit et la Petite Souris retrouve sa tranquillité.

Ce qui plaît dans cette histoire, c’est la redondance dans les mots utilisés, dans le rythme de l’histoire, et dans les personnages rencontrés. Je crois aussi que le fait que la Petite Souris, si petite soit-elle, arrive à se débarrasser de ses 4 prédateurs, non pas en utilisant la force, mais son intelligence et sa vivacité d’esprit.

Globalement, l’histoire est construite comme un aller-retour. La petite souris se retrouve dans 4 “univers” et ce sont ces 4 univers que j’ai souhaité représenter dans le tapis lecture.

1er univers : début de la promenade et rencontre avec le renard
2ème univers : rencontre avec le hibou
3ème univers : rencontre avec le serpent
4ème univers : rencontre avec le Gruffalo.

Ensuite, elle refait demi-tour, accompagnée du Gruffalo et repasse dans les mêmes univers.

Une fois mon idée bien ficelée, j’ai besoin de dessiner (plus ou moins bien, mais cela n’a pas d’importance il n’y a que moi qui regarde ^^), de faire des schémas, puis d’ajouter des petits détails. C’est à ce moment là que j’imagine la confection et que je réfléchis au côté pratico-pratique : vais-je réussir à réaliser ce détail ? Quelles sont les étapes pour celui-ci ?

Je fais la liste du matériel dont j’aurais besoin en privilégiant ce que je possède d’ores et déjà à la maison et je m’en vais acheter le reste.

Comment ai-je réalisé le tapis lecture ? 

Comme je vous ai expliqué, j’ai procédé par univers. Le tapis est donc un enchaînement de quatre dalles. J’ai tenté de reproduire l’environnement qui entoure la petite souris et son prédateur pour chaque univers en m’inspirant de l’album. Et mon fil rouge pour passer d’une dalle à l’autre, c’est le chemin sur lequel la petite souris avance.

Univers 1 : la rencontre avec le Renard.

La souris rencontre tout d’abord le renard. Celui-ci veut l’emmener dans son terrier, soit disant pour l’inviter à déjeuner, mais la souris et le lecteur comprennent que c’est elle le repas. Elle décrit donc le Gruffalo en présentant 3 traits physiques en utilisant le champ lexical de la peur. Le renard s’enfuit dans son terrier. J’ai donc représenté sur cette première dalle, l’arbre qui accueille le terrier. Ainsi, lorsque le renard entre dans sa tanière, je l’insère dans une espèce de poche qui représente le tronc de l’arbre.

Univers 2 : la rencontre avec le hibou.

La souris continue son avancée. Dans l’album on la voit jouer à l’équilibriste sur un tronc d’arbre traversant un ruisseau. Elle rencontre le hibou qui veut l’inviter à manger. Comme avec le renard, elle comprend le subterfuge et décrit le Gruffalo en présentant 3 nouveaux traits physiques. Le hibou apeuré s’enfuit dans son arbre.

Sur cette deuxième dalle, il y a deux éléments qui me semblaient intéressants à présenter : le ruisseau et le tronc d’arbre, ainsi que l’arbre du hibou. J’ai choisi de faire un tronc d’arbre pour le passage du ruisseau en 3D, j’ai réalisé un cylindre en feutrine qui s’enlève (pour pouvoir replier le tapis). Puis j’ai fait un arbre aussi en 3D au sommet duquel j’ai fait une poche avec un rabat pour cacher le hibou.

Univers 3 : la rencontre avec le serpent.

Avançant toujours dans le grand bois profond, la souris tombe nez-à-nez avec le serpent. Comme précédemment elle déjoue le plan de l’animal et utilise 3 traits physiques du Gruffalo pour éloigner le serpent qui se faufile au milieu d’un tas de bûches.

Sur ma dalle, il fallait que le tas de bûches soit représenté. J’ai utilisé la même technique du tronc d’arbre décrite précédemment et j’ai assemblé 6 bûches en pyramide. Elle aussi s’enlève pour replier le tapis.

Univers 4 : la rencontre avec le Gruffalo.

La dernière dalle raconte le bout du périple de la petite souris et sa rencontre avec le Gruffalo. Le chemin est une impasse.

Pour les 4 dalles j’ai choisi de garder la même manière de créer : du vert à foison mais dans différents motifs, coloris et matières pour montrer la richesse de la forêt. quelques éléments en 3d comme les buissons qui ne sont fixés que par la base et des fleurs par-ci et par-là pour donner de la couleur à l’ensemble.

J’ai également fabriqué un rocher sur lequel la souris s’installe à la fin de l’histoire pour manger sa noisette, et un serpent en tricotin parce que je n’en avais pas dans les figurines des enfants.

Pour rendre le tapis encore plus accueillant, j’ai choisi de le réaliser très épais : une couche où il y a la trame de l’histoire, une couche de ouatine toute moelleuse et une couche avec le tissu qui se trouve au verso du tapis, on ne le voit donc que lorsqu’il est fermé. J’ai choisi un tissu jaune avec des motifs d’animaux de la forêt.

enfin, j’ai ajouté 9 pions, représentant les 9 parties du corps décrites par la petite souris. Pour cela, j’ai utilisé la technique du transfert. En effet, après avoir cherché sur internet j’ai réussi à dénicher un document proposé en téléchargement gratuit sur un site espagnol dans lequel on trouvait les 9 parties du corps. J’ai imprimé ces vignettes, je les ai transférées sur du tissu blanc et j’ai cousu des cercles de 3 épaisseurs : la partie du corps, un peu de ouatine et un tissu blanc par dessous.

Mon tapis lecture était enfin fini, il ne restait plus qu’à le tester avec les enfants carrément impatients.

Comment utiliser le tapis lecture en racontant l’histoire ? 

A force de lire l’album du Gruffalo, je connais l’histoire presque par coeur, aussi je n’ai quasiment plus besoin de l’avoir sous les yeux, il est à portée de regard et je m’appuie dessus. Ainsi j’ai les deux mains libres pour jouer la saynète devant les enfants, qui pour le coup délaissent l’outil livre pour n’observer que l’outil tapis ! L’histoire prend vie sous leurs yeux et ils adorent !

Avant de commencer l’histoire, j’installe tout mon petit monde : le tapis, les accessoires et les animaux. Les pions des parties du corps sont cachées.

Puis ça y est c’est le début de l’histoire ! Ce qui est intéressant dans les contes en randonnée, c’est de mettre le ton en racontant, un peu comme si l’on jouait une pièce de théâtre. Mes enfants connaissant l’histoire par coeur, ils lancent les phrases, au mot près, avant que je n’ai le temps de les commencer, ça rend la lecture d’autant plus fun et vivante. En même temps que ma voix (et celles des enfants donc) déroulent l’histoire, mes mains jouent la scène : je fais avancer la souris, elle rencontre le renard, je présente sur le tapis les pions du corps en même temps que je le décris avec une voix caverneuse (si si ^^) puis je cache le renard dans sa tanière.

Je fais avancer la souris sur le pont de fortune et la voilà face au hibou. re belote, je pose les 3 pièces des parties du corps du Gruffalo (voix caverneuse tout ça, tout ça) et je fais s’envoler le hibou jusqu’à sa cachette dans l’arbre.

La souris avance, voit le serpent, voix caverneuse, 3 pions, et le serpent se cache derrière les bûches.

Et c’est là que ca se corse ^^la souris rencontre donc le Gruffalo et ils font demi tour ensemble pour refaire le chemin en sens inverse. Dans l’histoire, ils rencontrent donc le serpent, le hibou et le renard qui sont donc sortis de leur cachette. Il faut donc que je réussisse à capter l’attention des enfants sur la souris et le Gruffalo, tout en sortant les 3 autres animaux de leur cachette ! Oui c’est assez tendu ahahah.

On refait le tour en sens inverse, devant le Gruffalo chaque animal se recache et revenus au point de départ, la souris effraie le Gruffalo qui s’enfuit en courant alors qu’elle s’installe sur son rocher pour manger sa noisette.

Histoire terminée, Maman fatiguée ^^

Quels sont les bienfaits d’un tapis lecture ?

En tout premier lieu je dirai la satisfaction et la fierté personnelle d’avoir réalisé un ouvrage qui correspond en tout point à mes propres attentes et à celles de mes enfants qui ne se lassent pas de se raconter l’histoire seuls.

Le tapis lecture permet de rendre une histoire vivante, et l’enfant se l’approprie pleinement ET personnellement. Car nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes choses. Malo aime se concentrer sur le déplacement de la souris et du Gruffalo alors que Zélie adoooore cacher les animaux.

enfin je pense que le tapis lecture permet d’aborder une autre manière de lire pour le lecteur. Il permet de développer la créativité et l’imagination du lecteur à destination des enfants qui écoutent. Car un tapis lecture n’a pas de règle figée, il y aura autant de tapis lectures qu’il y a de personnalités. On peut en faire un sur une histoire précise, comme dans le cas de celui-ci, ou bien pour faire un “medley” d’histoires, en suivant une thématique. A ce propos, je vous invite vivement à découvrir le travail incroyable de mon amie Melissa qui réalise des tapis lecture absolument géniaux.

J’espère que cette petite présentation vous a plu. Il n’était pas question pour moi de faire un tutoriel puisque l’idée est que, si vous vous lancez dans la réalisation d’un tapis lecture, il soit le reflet de votre propre imagination et non pas la copie du mien, mais plutôt de vous expliquer le processus de création, depuis l’idée, jusqu’à l’utilisation.

J’espère que cela vous a plu.

Et petit bonus : je vous partage une partie de la lecture de l’histoire du Gruffalo, accompagnée du tapis 🙂

One Commnet on “Tapis lecture : le Gruffalo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *