littérature jeunesse

Apprendre l’anglais en s’amusant !

Cette année, en Grande-Section, Zélie s’est initiée à l’anglais grâce à sa maîtresse qui s’est formée pour l’occasion. Zélie était heureuse de rentrer et nous annoncer les nouveaux mots appris. Malgré le confinement, je me rends compte qu’elle en a retenu pas mal.

A la maison, en co-schooling, nous  faisons également de l’anglais de manière très informelle et toujours sous la forme de jeu car je suis persuadée de l’intérêt de cette méthode.

Aujourd’hui, je vous propose donc de vous présenter les différents supports très ludiques que nous utilisons et qui ont beaucoup de succès auprès des enfants.

1. Ma Fabrique à Histoires : comptines douces et rigolotes en anglais.

img

On ne présente plus la Fabrique à Histoires Lunii ! Les histoires à créer par les enfants sont appréciées et il existe de nombreux packs dans des thématiques aussi diverses que variées. Mais la Fabrique à Histoires accueille également des packs de comptines et notamment en anglais. Dans ce pack réalisé en collaboration avec les éditions Didier Jeunesse, vous trouverez 22 comptines en anglais issues du répertoire traditionnel britannique. C’est rigolo parce que j’en ai repéré quelques unes que je connaissais déjà (en version anglaise et française d’ailleurs)

Pourquoi mettre à disposition de Zélie et Malo des comptines en anglais ? Vous me direz que ça n’a pas grand intérêt comme ils ne comprennent pas ce qu’ils entendent et qu’ils vont les chanter en mode yaourt. Pourtant, je trouve que c’est essentiel qu’ils entraînent leur oreille à entendre les sonorités de la langue de Shakespeare. Ainsi, en apprivoisant naturellement et sans s’en rendre compte l’accent anglais, ils sont plus à même de prononcer les mots en évitant l’horrible accent français 😀

Le pack de comptines douces et rigolotes en anglais est disponible sur le Luniistore au prix de 8.90€, un tout petit prix pour découvrir les chansons préférées des petits anglais.

2. Mon premier imagier sonore d’anglais.

Voilà un support tout à fait intéressant ! Mon premier imagier sonore d’anglais paru aux éditions Larousse n’est pas présenté sous la forme d’un imagier classique. Ce n’est pas un album mais un ensemble de fiches thématiques. L’enfant glisse une des fiches dans la fenêtre de droite, active l’écoute en appuyant sur “go” et ensuite il peut sélectionner les mots présents sur la fiche. Il y a 10 mots par thématique et en tout une vingtaine de thématiques (les fiches sont recto-verso).

je suis vraiment conquise par cet imagier car il permet un apprentissage global. Non seulement l’enfant s’entraîne à apprendre quelques mots en anglais, mais en plus il peut les associer à la version écrite puisqu’à côté de chaque illustration, le mot est écrit en anglais (en script) et en français (en cursif).

Enfin et cela n’est pas négligeable, les illustrations utilisées sont de vraies photos. Pour ma part j’accorde une importance à ce que les illustrations soient les plus fidèles possibles à la réalité, je suis donc très sensible à trouver des ouvrages avec des vraies photos ou bien des dessins ou des aquarelles réalistes.

3. Les mille premiers mots en anglais.

J’ai acheté ce livre parce que, comme la Madeleine pour Proust, il me rappelle le goût de mon enfance puisque je possédais la version vintage de cet album !

Il se présente comme un imagier avec des illustrations délicieusement rétro. Chaque page propose une thématique avec une ou plusieurs grandes illustrations au centre et des petites icônes à retrouver. Les mots sont écrits uniquement en anglais sous les vignettes. Nous l’utilisons à la fois comme un imagier et comme un cherche et trouve. Je donne le mot en anglais aux enfants en pointant du doigt le dessin “Can you find the frog ?”, ils répètent le mot et le cherchent dans la grande image. Je n’ai pas un accent extraordinaire mais je m’entraîne avec eux pour ne pas leur donner de mauvais réflexes langagiers.

4. ketchup on your cornflakes ?

L’album dont je vous parle ici n’est pas un livre pour apprendre l’anglais, il s’agit d’un album anglais publié au Royaume Uni, un vrai de vrai quoi ^^ Mais je l’ai choisi pour son côté extrêmement ludique. chaque page est coupée en deux, horizontalement, ce qui permet de faire des combinaisons aussi surprenantes que drôles : la demi page en haut à gauche commence toujours de la même manière “do you like …” suivi par le mot illustré sur la demi page haut à droite. Puis on enchaine avec la demi-page en bas à gauche “on/in your …” suivi par le mot illustré sur la demi page en bas à droite.

Comme je vous le disais cela permet d’associer des mots et de créer des situations absurdes et rigolotes :

– Do you like milk in your bed ?
– Do you like salt on your head ?

J’aime énormément le côté interactif du livre, puisque l’enfant répond par yes ou no à la question selon ses goûts (plus ou moins bizarres ^^) En grandissant ce sera également l’occasion de continuer la discussion : “oh no I don’t like salt on my head, I prefer a hat “

Au delà de l’aspect ludique, je trouve que cet album permet de travailler plusieurs notions : la forme interrogative, différents champs lexicaux (et donc affiner le vocabulaire de l’enfant) ou encore les prépositions de lieu (in et on)

5. From head to toe

Encore un livre en anglais ! Tout le monde connaît l’auteur de From head to toe, puisque Eric Carle est le “papa” de la chenille qui fait des trous !!! une valeur sûre en somme. On retrouve au fil des pages les illustrations caractéristiques d’Eric Carle.

Une nouvelle fois, c’est le côté interactif du livre qui m’a fait craquer. Sur chaque double page, un animal se présente et dit ce qu’il sait faire. Il demande à l’enfant si lui aussi est cap de le faire (tout en anglais bien entendu ahah). Du coup Zélie et Malo font comme l’animal et ont bien reconnu la formule donnée par l’enfant à chaque page “I can do it”.

Ici on mêle l’apprentissage de l’anglais par le mouvement, c’est très judicieux et surtout ça fonctionne vraiment très bien auprès de mes enfants ^^

 

Je vous retrouve prochainement pour vous parler de quelques activités que j’aime mettre en place pour l’apprentissage de l’anglais à l’oral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *