En route pour l'IEF

En route pour l’IEF # 1 : pourquoi ?

Mais oui, mais oui, l’école est finie !!!

Je vous ai mis la chanson en tête ?

Voilà ce que Zélie et Malo pourront chanter ce mardi 2 septembre prochain. Oui, oui, le jour de la rentrée scolaire ! Car pour eux, il n’y aura pas de rentrée à l’école comme les années précédente : nous nous lançons dans la formidable aventure de l’Instruction en Famille. 

Instruction en Famille ? Kesako ? 

Saviez-vous qu’en France, ce n’est pas l’école qui est obligatoire, mais l’instruction ? Cela laisse donc aux parents le choix de cette instruction. Si la très très grande majorité choisit un établissement scolaire, public ou privé, sous contrat avec l’Etat comme lieu de l’instruction, il existe d’autres alternatives : les écoles privées hors contrat comme une majorité des écoles alternatives ou certaines écoles religieuses, mais aussi l’instruction à domicile par les parents ou une tierce personne. 

C’est ce dernier choix que nous avons fait voilà plusieurs mois déjà. 

Le principe est donc de garantir l’instruction de nos enfants à notre domicile et pour cela deux entités existent pour contrôler : la mairie enquête afin de connaître les raisons de l’instruction en famille et s’assure que l’organisation familiale permette cette instruction. En aucun cas il s’agit d’un jugement de valeur. Cette enquête a lieu tous les 2 ans

Puis il y a le contrôle académique, dispensé par un inspecteur de l’académie qui vérifie que l’enseignement donné est conforme aux droits de l’enfant. Le contrôle a lieu tous les ans. 

Enfant, Jeu, Paix, Personnes, Humain

Les enfants instruits en famille n’ont pas l’obligation de suivre les programmes scolaires. en effet, les parents (ou les autres personnes qui assurent l’instruction) peuvent se créer leur propre programme et suivre une ou plusieurs pédagogies, ou même encore préférer le unschooling qui laisse la part belle à l’enfant d’apprendre par ses propres moyens (les parents restent néanmoins présents pour le guider).

Pourquoi avons-nous choisi l’instruction en famille ? 

Il faut savoir qu’il s’agit d’une décision qui a été mûrement réfléchie, depuis maintenant de nombreuses années. Zélie a effectué ses quatre années de maternelle et Malo deux ans. Nous franchissons le pas cette année scolaire car tous les critères qui sont essentiels à nos yeux de parents sont réunis. Et le plus important, celui qui manquait pour qu’on se lance plus tôt est qu’à l’issue de mon congé maternité, je vais quitter mon emploi actuel pour me lancer dans un projet professionnel qui me tient à coeur et pour cela je travaillerai depuis mon domicile. 

Ce qui a fait pencher la balance vers l’instruction en famille c’est Zélie. Ma puce est hypersensible et certainement haut potentiel. L’école, même si elle aimait cela, n’était pas un lieu d’épanouissement pour elle. En clair elle s’ennuie depuis quasiment le premier jour d’école. Cela a engendré une certaine frustration de sa part et une demande constante et insistante pour travailler dès son retour de l’école, le soir pendant plusieurs heures comme pour nourrir son besoin d’apprendre. C’est pour cette raison que nous nous sommes vite retrouvés en co-schooling, afin de pouvoir répondre aux besoins de ma puce. 

En parallèle, le comportement de Zélie se dégradait à l’école. Elle chahutait avec les autres élèves, refusait de retourner en classe quand la récréation se terminait… et lors des temps scolaires, la maîtresse avait du mal à savoir ce que Zélie maîtrisait car comme elle a toujours été très renfermée elle ne parlait pas beaucoup. L’exemple le plus criant est que son enseignante a appris de ma bouche que Zélie savait lire depuis Noël. Nous étions en juin … La “particularité” de Zélie n’a pas été prise en charge par l’enseignante non plus en grande section. En janvier notre décision était prise, la prochaine rentrée allait se faire à la maison. 

Ours En Peluche, Bear

Et puis le confinement est arrivé et avec lui, l’occasion de tester en vrai tout ce que nous nous étions imaginé : serions-nous à la hauteur ? arriverons-nous à intéresser nos enfants ? serons-nous capable de les aider à avancer dans leurs apprentissages tout en suivant leurs rythmes et leurs besoins ? Les enfants arriveront-ils à distinguer le parent et l’éducateur pendant les temps d’apprentissage ? Est ce que l’idée que nous nous faisons de l’instruction en famille sera réalisable en vrai ?

Les quatre derniers mois de l’année scolaire auront donc été une sorte de laboratoire expérimental qui nous aura permis d’ajuster notre posture vis-à-vis de Zélie et Malo, mais également de percevoir ce qui seront nos atouts, ainsi que les points faibles à modifier pour la “vraie” non-rentrée. 

Au delà de la fulgurence des apprentissages, nous avons surtout observé un énorme changement dans le comportement de nos enfants avec une prise de confiance en eux comme nous l’avions jamais vu. Cela nous a vraiment rassuré quant à notre choix.

Et qu’en pensent Zélie et Malo ? 

La décision finale leur est revenue parce qu’ils sont directement concernés. Nous leur avons expliqué les avantages et les inconvénients de l’instruction en famille, répondu à leurs innombrables questions. Nous les avons rassurés : ils pourraient toujours voir leurs copains quand ils le souhaiteront. C’était la plus grande peur de Zélie. 

Ils savent aussi que dans quelques mois, nous allons déménager et que dans tous les cas, ils ne seraient pas retournés dans leur école actuelle. Je pense que cela a bien aidé dans leur décision. 

L’école c’est donc terminé pour nous, avant même la rentrée 😀 Et je suis heureuse de vous embarquer dans cette nouvelle aventure pour nous. 

Vous nous suivez ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *