Activités créatives, histoire

Exploitation d’album : Petit Noun l’hippopotame bleu des bords du Nil

Impossible de s’immerger dans une thématique sans proposer à mes enfants une exploitation d’album.

Actuellement nous sommes en Egypte Antique. Zélie et Malo ont déjà eu l’occasion de réaliser de nombreuses activités que je vais répertorier dans un article global, mais cette exploitation mérite un article, notamment parce que j’ai plein de choses à dire 😀

Voici donc l’album jeunesse que j’ai choisi : Petit Noun, l’hippopotame bleu des bords du Nil.

Résumé : Petit Noun est un jeune hippopotame bleu vivant dans le Nil à l’époque de l’Egypte Antique. Il se lie d’amitié avec Antef, un égyptien et c’est tout naturellement que Petit Noun s’allonge à côté du vieillard quand celui-ci entame son long voyage vers sa deuxième vie.

Petit Noun est réveillé plusieurs siècles plus tard lorsqu’un égyptologue ouvre le tombeau d’Antef. Petit Noun se lance donc dans un grand périple pour retrouver sa famille et ses amis. Il traverse différents paysages : les dunes brûlantes du Sahara, les villages chatoyants du Maghreb, les forêts luxuriantes d’Europe avant de terminer sa course dans l’atmosphère grise de Paris. Il aperçoit alors, dans une grande pyramide de verre sa famille et ses amis.

Mon avis : Je trouve cet album d’une très grande richesse parce qu’il permet d’aborder de nombreuses notions. Premièrement, nous en apprenons davantage sur les coutumes de l’Egypte Antique. Deuxièmement il nous emmène dans un voyage géographique qu’il est possible de retracer sur un planisphère. Enfin, il fait le lien avec l’art égyptien puisque Petit Noun fait référence à des figurines en céramique bleue retrouvées dans plusieurs tombes égyptiennes.

Pour ma part, j’ai choisi d’aborder l’album sous la thématique de la géographie. En effet, nous avons accompagné Petit Noun dans son voyage en gardant un souvenir de tous les lieux traversés. Pour cela, les enfants ont pu représenter ces lieux à l’aide de techniques artistiques particulières. Chaque page sera donc construite de la même manière : une technique utilisée pour le fond, une autre technique pour faire l’hippopotame. Puis, j’ai assemblé toutes les pages pour en faire un livre. A chaque fois, j’ai laissé le livre ouvert sur la bonne double page pour que les enfants puissent s’en inspirer.

Première page : la couverture du livre.

Sur une feuille cartonnée verte, les enfants ont commencé par dessiner des nénuphars au feutre. Ils ont ensuite collé le visuel de l’album et enfin ils ont écrit le titre en haut.

Ce n’est pas la page la plus difficile à faire et ce n’est pas celle qu’ils ont préféré réaliser, mais elle permet d’avoir une couverture pour notre livre. Néanmoins je suis très surprise des nénuphars de Malo. Il faut savoir que le graphisme et le dessin, ne sont pas les points forts de mon loulou, pour autant il s’est vraiment appliqué à les faire, c’est super.

Page 2 : Petit Noun dans le Nil.

Le fond de cette page a été réalisé en collant des bandes de papier de soie de deux tons de vert différents. La consigne était de coller les bandes de manière verticale et de laisser le moins d’espace vide possible sur la feuille.

Puis, ils ont dessiné des fleurs et des végétaux sur les deux parties de l’hippopotame à l’aide des crayons de cire. J’ai utilisé le gabarit trouvé sur ce blog. Puis, ils ont peint à l’aide de l’encre bleue. Ainsi, les dessins au crayon de cire ressortaient bien.

Enfin, ils ont collé le corps puis la tête de l’hippopotame sur le fond. C’est rigolo d’ailleurs, parce que Zélie a choisi de représenter son hippopotame de face alors que celui de Malo est de profil.

Page 3 : le Sahara.

Après son réveil, Petit Noun commence son périple par le Sahara.

Pour le fond, les enfants ont étalé de l’encre jaune puis, avant qu’elle ne sèche, ils ont saupoudré du sel. Le sel absorbe l’encre aux alentours de chaque grains laissant apparaître des tâches plus claires. Je vous conseille néanmoins de le faire avec du gros sel pour un résultat plus visible.

Les hippopotames ont été badigeonnés de colle et Zélie et Malo ont saupoudré du sable coloré jaune et orange par dessus.

Ils ont collé leur Petit Noun au même endroit que dans l’album.

Page 4 : le Maghreb.

En quittant le Sahara, Petit Noun arrive dans des villages aux briques rouges.

Pour le fond, les enfants ont mélangé grossièrement dans une assiette, différentes gouaches rouge, orange et rose, puis, avec une forme pavé, ils ont fait des empreintes pour représenter les briques.

On a gardé la forme rectangulaire pour Petit Noun, puisque Zélie et Malo ont utilisé une cuillère pour faire un quadrillage à l’aide de la peinture orange.

Page 5 : Les forêts européennes.

On quitte l’Afrique et on entre sur le continent européen. Petit Noun traverse maintenant la forêt.

Pour le fond, les enfants sont allés chercher des feuilles dans le jardin et ils ont entrepris de faire leurs empreintes à l’aide de la gouache verte et de la gouache verte pailletée.

Pour Petit Noun, c’est la technique de l’encre soufflée à la paille qui a été utilisée.

Page 6 : le gris du ciel parisien.

Petit Noun arrive à Paris. Dans le livre le nom de la ville n’est pas cité, mais on voit la tour Eiffel.

Pour faire le fond, les enfants ont pu tester la technique de la peinture avec des billes. dans un plateau, ils ont disposé leur feuille et par dessus des gouttes de peinture noire, blanche et argentée. En secouant le plateau, les billes ont étalé la peinture sur leur feuille.

Les hippopotames sont réalisés avec la technique du pointillisme avec les feutres gris et noir.

Page 7 : Le Louvre

en se lavant dans le fleuve (= la Seine), Petit Noun aperçoit à travers une pyramide de verre, sa famille et ses amis.

On a étudié les monuments qu’on voit sur la double page de l’album, puis on a cherché des photos sur internet (Notre Dame de Paris, la tour Eiffel, l’arc de Triomphe et le Louvre). Ils les ont découpées et collées sur la feuille.

Petit Noun étant redevenu bleu après son bain, ils ont réitéré la première technique avec des dessins au crayon de cire et de la peinture à l’encre. Ils ont collé leur hippopotame au milieu de la page, et par dessus, une pyramide en papier calque sur laquelle ils ont dessiné un quadrillage.

Ce projet nous a pris une journée entière entre la réalisation et l’attente que ce soit sec (ajoutons à cela les visites impromptues, les nombreuses tétées et les repas ^^) mais nous avons vraiment passé un excellent moment pour le réaliser. Les enfants se sont vraiment imprégnés de l’histoire et cela a été l’occasion de poser de nombreuses questions.

Je vous mets juste après les liens vers les outils utilisés pour la réalisation. La plupart provient de la marque Cléopâtre. J’en profite donc pour vous glisser un petit code promo bien intéressant puisqu’il vous permet d’avoir 10% de réduction sur l’ensemble des produits de la marque Cléopâtre, sur le site internet www.placedesloisirs.com avec le code BAZAR10

 

One Commnet on “Exploitation d’album : Petit Noun l’hippopotame bleu des bords du Nil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *