A l’heure où les actualités ne renvoient pas beaucoup de bienveillance et de bonnes nouvelles, entre le Coronavirus qui semble bien se plaire sous nos latitudes et les incitations à la haine, en passant par l’Ecole qui va mal, il est temps de prendre notre dose de positive attitude comme disait une très célèbre philosophe (ou chanteuse, je ne sais plus ^^)

Aujourd’hui, je suis ravie donc de vous faire un retour sur un ouvrage que j’ai beaucoup apprécié : Je transmets des valeurs positives : parité, écologie, respect de la différence : cela s’apprend !

Ah, rien que le titre est alléchant vous ne trouvez pas ?

Attendez donc de voir le menu 😀

Dans son ouvrage paru aux éditions Eyrolles, dans la collection Parents au top (dont je vous ai déjà présenté plusieurs ouvrages : Mon enfant est heureux à l’école, grosses colères et petits drames, on ramène le calme à la maison ou encore 1, 2, 3 je me mets à l’éducation positive), l’autrice invite les lecteurs à s’intéresser aux valeurs essentielles pour bien-vivre ensemble afin de pouvoir les mettre en oeuvre dans leur quotidien de parents. Elle souhaite pouvoir faire entrer dans les familles les questions essentielles de l’écologie, la citoyenneté ou encore l’égalité (personnellement j’aurais choisi plutôt de parler d’équité).

Mais qui est l’autrice ?

Carla Schiappa- Burdet a un parcours au sein de l’Education Nationale. Elle a été enseignante, puis directrice. aujourd’hui elle est conseillère pédagogique. Sa casquette de Maman ajoutée à celle de professionnelle de l’Education lui donnent la passion pour toutes les questions en rapport avec l’éducation ou la parentalité. Elle possède un blog dont voici le lien : Le Blog de Carla.

Présentation de l’ouvrage

L’ouvrage se compose de six chapitres traitant chacun d’une valeur en particulier :
1. être positif
2. le respect
3. l’ouverture aux autres
4. l’écologie
5. l’entraide
6. la citoyenneté

1. On positive. 

Vous le verrez, tous les chapitres sont très dynamiques à la lecture puisqu’ils proposent de nombreuses activités, pour vous parents, mais aussi à mettre en oeuvre avec vos enfants. Cela permet de s’approprier l’ouvrage et surtout les thématiques qu’il aborde. 

Dans ce premier chapitre, l’autrice nous propose d’identifier nos propres valeurs. C’est un exercice d’introspection très intéressant puisqu’il permet de mieux se comprendre pour ensuite mieux comprendre les autres. Elle aborde également les notions de théorie de l’attachement développée par le psychiatre John Bowlby, l’importance de l’ocytocine qui est l’hormone de l’amour et surtout l’importance de répondre aux besoins fondamentaux de nos petits amours. C’est aussi dans ce chapitre qu’est développé l’importance d’accueillir les émotions des enfants et de ne pas les nier. En effet, c’est grâce à ses parents à l’écoute que l’enfant apprendra à identifier, comprendre et accepter ses émotions. 

2. on se respecte.

Le deuxième chapitre se concentre sur le respect de soi et des autres. En effet, il n’est pas possible d’exiger de l’enfant qu’il témoigne du respect si le modèle qu’il a en face de lui, c’est à dire ses parents, ne lui donne pas le bon exemple. Le respect se cache dans de nombreuses situations : il y a bien sûr le sacro-saint MERCI, mais pas que ! Le respect du besoin d’intimité des enfants par exemple est essentiel. 

Pour instaurer le respect, point besoin de la peur ou des menaces. Bien au contraire. Le respect, le vrai qui a de la valeur, se transmet grâce au dialogue et notamment grâce à la communication non violente, une théorie développée par le psychologue Marshall Rosenberg et avant lui Carl Rogers. la communication non violente, ou CNV, s’appuie sur le fait que chaque être humain possède intrinsèquement les ressources nécessaires à son développement personnel et pratiquer la CNV en famille c’est accompagner les émotions, encourager l’autonomie, remplacer la punition, être objectif, voir à travers soi plutôt qu’à travers l’autre, valoriser les réussites et susciter la coopération. L’autrice fait un focus également sur les violences éducatives ordinaires et surtout la punition qui est contre-productive. En revanche l’instauration de règles comprises et acceptées par tous les membres de la famille favorisent le respect mutuel. 

 

3. on s’ouvre aux autres.

dans le troisième chapitre, on s’ouvre aux autres. Car il est essentiel de s’ouvrir aux différentes cultures pour les comprendre et leur témoigner du respect. L’autre est une richesse pour chacun d’entre nous. Il nous permet de découvrir, d’apprendre, sur soi et sur le monde. L’autrice en profite pour établir les bienfaits de la lecture dans l’ouverture sur les autres et le monde puisqu’elle permet de voyager dans un autre pays, mais également dans un autre point de vue. Et au delà de l’ouverture sur le monde, la lecture offerte, c’est à dire la lecture à vois haute est un excellent moyen de rapprocher les individus. Lorsque vous lisez une histoire à votre enfant s’engagent alors entre vous des liens physiques et des moments privilégiés. Carla Schiappa s’attarde également sur la notion de famille. Si jusqu’à il y a quelques décennies, le schéma familial était tout-à-fait défini, aujourd’hui il repose sur de nombreuses différences. Il n’y a plus 1 modèle à suivre, mais plusieurs qui sont tous aussi légitimes les uns que les autres. Il en est de même sur la question de genre et le sexisme qui est malheureusement toujours présent. Il incombe aux parents de gommer ce sexisme en inculquant aux enfants que le respect commence par ne pas faire de différence entre les filles et les garçons. 

4. On prend soin de la planète

Le quatrième chapitre s’intitule “on prend soin de la planète”. Et pour moi, il est primordial que le respect de la planète soit placé au premier plan, au même titre que le respect de soi et des autres. A l’heure où le monde évolue et que les catastrophes écologiques deviennent de plus en plus nombreuses, il est plus qu’urgent que nous prenions conscience du rôle de chacun. Quelle planète souhaitons nous laisser à nos enfants ? La nature qui nous entoure est telle un trésor et il est de notre devoir de la préserver. L’être humain doit arrêter de se sentir supérieur et la cause de la souffrance animale devrait faire partie des priorités. Au delà de ces questions très importantes, l’autrice ajoute que le respect de la planète passe aussi par notre manière de consommer. La consommation responsable est simple à mettre en place, ce ne sont que des habitudes à changer pour vivre dans un monde dont les conditions écologiques s’améliorent : au niveau de l’alimentation, de la production (directe ou indirecte) de déchets, et des fameux 5R : refuser, réduire, réutiliser, recycler et rendre à la terre. 

5. On s’entraide

Le cinquième chapitre aborde l’entraide. L’entraide et la solidarité commence à l’intérieur du cercle familial et au partage des tâches ménagères. L’autrice aborde ensuite l’importance du sport et je ne peux que la rejoindre. J’ai été entraîneur en athlétisme pendant près de 18 ans et l’entraide était certainement la valeur que je souhaitais le plus apprendre à mes petits athlètes (au même titre que la lutte contre le dopage, mon cheval de bataille). En effet, le sport est un excellent moyen de véhiculer des valeurs fortes telles que la coopération la solidarité ou même l’amitié. 

6. On devient citoyen

Enfin, dans le sixième chapitre, c’est la notion de citoyenneté qui est mise en avant. Je suis convaincue, au même titre que Carla Schiappa que devenir citoyen cela s’apprend à commencer par l’apprentissage de ce qu’est la démocratie, comment elle est née et comment elle s’est installée. Être citoyen c’est posséder un esprit critique afin de ne pas accepter tout ce qu’on nous dit sans le comprendre. Être capable d’affirmer ses opinions et penser par soi-même est primordial. L’autrice propose quelques pistes pour développer l’esprit critique de nos enfants à commencer par l’observation des médias qui nous entourent. La démocratie ce n’est pas qu’une affaire de grande personne et cela s’apprend et se vit dès l’enfance : les élections des délégués de classe aux conseils de famille. 

Mon avis sur cet ouvrage. 

Ce que j’aime : 

– le foisonnement d’outils et de conseils tout au long de l’ouvrage qui permet vraiment de donner des pistes très concrètes afin d’accompagner l’enfant dans sa scolarité. On trouve beaucoup d’exercices qui permettent aux parents de comprendre l’importance de transmettre et de véhiculer des valeurs positives, il y a des témoignages de parents, des activités destinés aux enfants mais à mettre en place dans le cadre familial. 

– la facilité de lecture. Et heureusement parce que l’ouvrage contient une très grande quantité d’informations

– la clarté de la mise en page. En effet, la mise en page est très intéressante parce qu’elle permet de se retrouver facilement grâce à un code couleur et à la présence de petits pictogrammes. Pour ma part, j’apprécie cela parce que ça rend la lecture plus dynamique et moins lourde. 

Merci aux éditions Eyrolles d’avoir publié cet ouvrage empreint de bonne humeur et de positive attitude. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *