apprendre en s'amusant, jeux en bois, Steiner Waldorf

On a fêté Imbolc !

Le 2 février dernier c’était la chandeleur.

Vous êtes vous déjà demandé ce qu’on fête le jour de la Chandeleur ? Dans la religion chrétienne il s’agit de la présentation de Jésus au Temple. Mais comme la grande majorité des fêtes religieuses, elle repose sur des rituels païens, bien plus anciens.

La chandeleur, c’est la fête des chandelles : la fête de la lumière. Au départ, c’est une très ancienne fête celte : l’Imbolc.

Pour faire simple, on est au beau milieu de l’hiver. Et si on a toujours bien froid (surtout en ce moment), la nature commence à se régénérer tout doucement, parfois même imperceptiblement, elle se prépare à accueillir le printemps, synonyme de renouveau.

C’est la première fois qu’à la maison, on célèbre une fête païenne de cette manière, mais dans la pédagogie Steiner-Waldorf, il s’agit de rituels bien présents.

Pour cette grande première, je n’ai pas voulu partir dans une multitude d’activités parce que les enfants sont encore assez petits. En revanche, j’ai été largement inspirée par une petite histoire qui est racontée aux enfants lors d’Imbolc : l’histoire des petits enfants-racines.

Mes enfants sont très intéressés par les spectacles en tout genre : dernièrement ils ont été fascinés par une petite pièce de théâtre très poétique sur le thème du cirque ! Même Malo est resté sagement assis, complètement immobile pendant plus de 30 minutes ! Un record à son âge ahah

J’ai eu l’envie, à mon niveau et avec les moyens du bord, de leur proposer moi aussi un petit spectacle, alors j’ai mis en scène l’histoire des petits enfants-racines.

Pour l’histoire, je me suis inspirée d’un texte trouvée sur le blog de Chant des Fées

je l’ai juste un peu raccourci pour que les enfants restent concentrés du début à la fin. 

Dans le sol, au plus profond de la terre entre les racines des arbres, les petits enfants-racines
dormaient profondément tout l’hiver. Ils ne sentaient rien du vent glacial, de la neige froide ou de la
grêle cinglante et rêvaient du soleil dans lequel ils avaient joué tout l’été. 


Quand enfin l’hiver pris fin et que le soleil commença à fondre la neige, la Terre Mère
vint avec sa bougie pour les réveiller à nouveau.
« Réveillez-vous, les enfants », appela-t-elle gentiment. « Le temps est venu maintenant de se lever.
Vous avez assez dormi. Le printemps arrive et il y a du travail à faire. Je vous ai apporté des
ciseaux, des aiguilles et du fil et des morceaux de tissus de sorte que vous pouvez tous vous faire de
nouveaux habits. Dès que vous êtes prêts, je vais déverrouiller et ouvrir les portes de la terre ».
Les enfants bâillèrent et s’étirèrent. Hourra, le printemps arrive !


Mère Terre avait des morceaux de tissus de belle couleur dans son panier. Chacun des enfants-racines
choisit sa propre couleur pour se faire une robe. Le perce-neige choisit un chiffon blanc
comme la neige, le myosotis un morceau bleu ciel, le bouton d’or du jaune brillant, la marguerite du
blanc avec du jaune et un peu de rouge, et le coquelicot un rouge vif.


Puis ils se sont assis en cercle et commencèrent à travailler activement. Ils coupèrent, cousirent et repassèrent jusqu’à ce que tout soit exactement adapté.
Dès qu’ils eurent fini de faire leurs nouvelles robes, ils allèrent jusqu’à Mère Terre en une longue
procession. Mère Terre regarda par-dessus ses lunettes, surprise de voir les enfants-racines venir si
tôt. « Eh bien, eh bien, vous avez été rapides », dit-elle, « et c’est joli comme tout ! »

Mais il y avait encore beaucoup à faire. Les coccinelles, les scarabées, les vers et les bourdons
avaient également été dormir sous la terre et devaient maintenant se réveiller. Ils devaient être lavés
et brossés, peints en couleur, et on devait les faire briller afin qu’ils paraissent aussi beaux que
possible.
Juste au-dessus du sol, le chaud soleil était déjà en train de faire sortir les nouvelles feuilles vertes
sur les arbres. Est-ce que les enfants-racines seraient prêts à temps?
Enfin, c’était vraiment le printemps!
Mère Terre ouvrit la porte. Ensuite, dans le soleil printanier vint le cortège de scarabées, les coccinelles et les enfants-racines.


Dans le bois, les papillons voltigeaient joyeusement autour des fleurs. Le muguet trouva un endroit
frais à l’ombre des arbres à côté de violette bleue et là, ils laissent leurs clochettes tinter.


Là, le trop vieux père escargot vint lentement en rampant.
« Ha, vous êtes tous là! Bienvenue à la grande forêt », dit-il aux enfants.
La petite violette le regarda timidement de sa place à l’abri derrière son arbre. Elle n’avait jamais vu
une telle créature avant !


L’été vint. Dans le petit ruisseau qui coulait entre les prairies, le nénuphar se laissait transporter sur
l’eau comme une princesse.
Les roseaux murmurèrent dans le vent. Le myosotis vint et marcha précautionneusement dans l’eau.
Mais les scarabées grommelèrent:
« Il y a trop de monde ici. Allez jouer ailleurs ! »
Dans la prairie fleurie, les enfants-racines s’amusaient bien. Ils dansèrent avec agilité dans la chaleur du soleil. Ils faisaient des pirouettes, youpi, quel plaisir! Si seulement c’était toujours l’été!
Les papillons voletaient au-dessus, et même les scarabées risquaient une danse. Les grillons chantaient, les abeilles bourdonnaient et c’était leur musique.
« Faites attention, petites herbes, ne tombez pas ! »


Mais l’été arriva également à sa fin. Le fort vent d’automne tournait en l’air les feuilles de couleurs
vives et tira sur les vêtements des enfants-racines.
 » Hou « , fit le vent, « Il commence à faire froid ici. Il est temps d’aller au lit « .
Alors ils sont tous rentrés de nouveau, en longue procession. Mère Terre se tenait près de la porte et
embrassa chaque enfant un par un.
« Venez, les enfants », dit-elle, « et vous aussi, les scarabées et les abeilles. Il fait chaud et
confortable ici et j’ai quelque chose pour vous tous pour manger et boire. Après ça, vous devrez
tous aller dormir jusqu’à ce que je vous réveille au printemps ».
Et tous les petits enfants-racines allèrent à nouveau sous terre pour commencer leur long sommeil
d’hiver.

Ce petit spectacle (presque) improvisé a énormément plu à Zélie et Malo. Tous les deux sont restés silencieux pendant la durée du conte et regardait intensément les figurines et le décor qui changeaient sous leurs yeux. 

Pour réaliser mon décor, je n’ai utilisé que des choses que j’avais sous la main : le bureau des enfants en guise de scène, de la feutrine marron pour représenter la terre, de la moumoute blanche pour la neige, un peu de coton pour faire le « nid » des enfants-racines. J’ai eu à coeur d’utiliser également un maximum de matériaux naturels : du tissu, de vraies plantes, des bonhommes en bois, du coton.

Les enfants-racines justement ! J’ai utilisé des Flockmen, ces petits bonshommes de bois qui peuvent être utilisés pour tellement de parties de jeu, ils sont parfaits pour ce genre de spectacle parce que, sans expression sur le visage, ils permettent à l’enfant de se les imaginer comme il le veut. Un peu de feutrine, un peu de ficelle et voilà de jolies robes. 

J’ai aussi pioché dans les figurines pour avoir quelques insectes, j’ai réquisitionné les plantes qui ornent habituellement notre maison et enfin des gommettes de feutrine en forme de fleurs

C’est une expérience qui nous a beaucoup plu à tous les 4. 

Pour ma part, j’ai adoré faire la mise en scène, de bouger les éléments au gré de l’histoire. Et si je le refaisais, je crois que je préparerai un peu mieux le texte ahah. 

Zélie et Malo sont restés quasiment immobiles. On a juste changé Malo de chaise parce qu’il voyait mieux sur la grande chaise, il avait une vue d’ensemble. A l’issue de l’histoire, ils ont aimé jouer avec ce petit univers, même si bien entendu, j’ai vite enlevé la bougie pour des questions de sécurité et les plantes pour qu’elles survivent ^^ 

Nous avons terminé le rituel d’Imbolc en cuisinant, et en mangeant, de bonnes crêpes. 

Voilà donc un petit moment en famille que j’ai beaucoup apprécié. Je crois bien que je recommencerai très vite avec un livre ou un conte classique !!! 

8 Comments on “On a fêté Imbolc !

  1. J’adooore ! C’est une super idée ! Bravo 🙂
    J’ai toujours aimé les petits spectacles mais j’ai beaucoup de mal à imaginer des textes et du coup je ne suis pas très à l’aise… Je vais peut-être ressortir nos marionnettes avec un texte préparé… Merci pour ton partage 🙂

    1. Tu as déjà lu le livre que je t’avais offert quand Charly etait bébé qui donnait des pistes pour raconter des histoires à l’oral ?
      Ici aussi j’avais le texte sous les yeux mais j’ai pris beaucoup de plaisir à faire ce petit spectacle c’etait chouette

  2. Tu sais quoi ? je ne me suis même jamais demandé d’où venait la chandeleur ! (je me contente de manger les crêpes ^^). Pourtant j’aime beaucoup l’histoire (en général, pas spécialement les fêtes religieuses)… J’adore cette mise en scène et cette petite histoire. C’est vraiment super, bravo !!!

    1. Je crois que c’est parce que c’est tellement ancré dans nos traditions qu’on ne se pose plus la question
      Merci beaucoup en tous cas pour tes compliments

    1. Je me suis vraiment éclatée ! Bon après je n’ai pas inventé l’histoire hein j’ai juste imaginé comment on pouvait en faire un spectacle ^^

    1. C’était très enrichissant cette petite expérience. Non seulement je me suis découvert une passion pour le théâtre (même si je suis nulle de chez nulle) mais en plus on s’est bien amusés ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *