éducation bienveillante

Deux ans …

Toi, le petit garçon qui n’est définitivement plus un bébé, toi qui nous câline à longueur de journée et nous bisouille à la moindre occasion, toi qui aime te lover contre moi et la seconde d’après sauter sur mes genoux. 

Tu as deux ans. 

Toi, la terreur des animaux, qui leur court après pour les embrasser et les étreint un peu trop fort, amoureux des pigeons, des chats, des poules et des vaches mais absolument indifférent face aux girafes, toi qui attrape avec rapidité les mouches qui se posent devant toi et qui rit aux éclats en essayant de prendre une araignée qui s’enfuit.

Tu as deux ans. 

Toi, au caractère bien trempé, le petit garçon déterminé, qui ne se détournera pas de son objectif avant de l’avoir atteint, toi qui adore plus que tout ranger le lave-vaisselle et fermer les portes, toi, le premier à proposer ton aide lors des tâches ménagères, qui trouve un intérêt à faire la lessive et passer le balai

Tu as deux ans. 

Toi qui n’apprécie pas trop les activités dirigées, qui n’est pas trop porté vers les activités créatives mais qui adore tout ce qui touche à la motricité fine, toi qui transvase tout ce qui se trouve sur ton chemin, que ce soit les pièces de monnaie, les cubes ou bien l’eau

Tu as deux ans

Toi qui veut bien compter jusque 3, qui commence enfin à baragouiner quelques mots, qui hurle « tracteur » dès qu’on en croise un (ce qui arrive souvent à la campagne), qui nomme de plus en plus ce que tu vois et qui porte un intérêt à tes yeux, qui appelle ta soeur, le lapin et le chat par leurs prénoms mais qui refuse toujours de dire MAMAN. 

Tu as deux ans. 

Toi qui apprécie la lecture, les poupées, la dînette, toi qui commence (enfin) à apprécier les constructions, surtout quand tu peux tout détruire à la fin,

Tu as deux ans. 

Toi qui est devenu la poupée vivante de ta soeur, qui prend plaisir à exécuter ses ordres mais ne se laisse pas pour autant faire lorsque son côté général des armées devient trop envahissant, toi qui lui fais bien comprendre lorsqu’elle t’agace, toi qui sais que tu as plus de force qu’elle et que tu en uses et en abuses

Tu as deux ans. 

Toi qui suis Zélie comme son ombre, qui répète tout ses faits et gestes, toi qui passe ton temps à te disputer avec elle mais que tu es toujours à ses côtés lorsqu’il y a une bêtise à faire, toi qui ne supporte pas de la voir triste et va spontanément l’enlacer et l’embrasser, 

Tu as deux ans

Toi le petit garçon qui ne quitte pas son doudou, ni son téléphone(!), toi le petit garçon qui me sert très fort dans ses petits bras lorsque je vais te coucher, qui me dit je t’aime et m’envoie des baisers avec ta main, toi dont le rire cristallin me fait oublier tous mes petits tracas, 

Tu as deux ans. 

Toi le petit garçon, véritable ogre, estomac sur pattes, puits sans fond lorsque tu es attablé, mange avec gourmandise tout ce qui se présente à toi, toi le viandard qui se nourrirait uniquement de bidoche et de pain si on te le permettait, toi qui nous a déclaré une intolérance aux protéines de lait de vache il y a 1 an et qui depuis quelques jours arrive à remanger des produits laitiers sans que cela ne développe d’eczéma, toi qui trie tes légumes, mais qui les dévore néanmoins, toi qui aimes particulièrement le chocolat, les pommes, les bananes, les gâteaux, le jambon, les pâtes, les épinards, les frites et les purées en tout genre, mais qui fait la grimace devant les tomates et les oeufs

Tu as deux ans.

Toi le petit garçon que je vois changer de jour en jour, que j’ai du mal à laisser chez la nounou (même si je l’adore) et qui me manque quand je ferme la porte, toi qui me regarde avec ces yeux émerveillés, mon petit pot de colle, mon bébé zen comme j’aimais à t’appeler quand tu étais nourrisson même si maintenant tu as bien changé.

Tu as deux ans

Joyeux anniversaire mon chaton, mon doudou, mon loulou, mon petit lapin, mon troll des montagnes, mon Malo d’amour, mon petit relou comme t’appelle affectueusement ta grande soeur (…) 

3 Comments on “Deux ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *