Voilà maintenant plusieurs jours que dans le cadre de l’IEF, je propose à Zélie et Malo des activités autour du conte musical Pierre et le Loup. Ainsi, au début de chaque séance, je lance le cd avec l’histoire et les morceaux de musique pour qu’ils s’en imprègnent avant de faire les activités.

Pendant le temps d’instruction, Marius est toujours avec nous. Parfois il dort, souvent il est réveillé et évolue sur son tapis d’éveil. J’ai donc très vite remarqué à quel point il était sensible à la musique puisqu’il s’arrête net dans ses explorations pour écouter les passages musicaux, avant de reprendre le cours de sa vie au moment de l’histoire parlée.

Je me suis dit que c’était le bon moment pour lui préparer son premier panier de trésors.

Qu’est-ce qu’un panier de trésors ?

Aux alentours de 6 mois, bébé s’intéresse de plus en plus à son environnement. Il essaye d’attraper tout ce qui passe à sa portée. C’est le moment où il se retourne et commence à se tenir assis. Tout ce qui l’entoure attise sa curiosité. C’est le moment de lui présenter le panier aux trésors.

Celui-ci se présente sous la forme d’un contenant (panier souple, rigide, boite, bol …) dans lequel vous aurez choisi d’y mettre entre 6 et 10 objets. Vous pouvez vous orienter sur une thématique en particulier, en suivant les saisons par exemple (les animaux de la banquise, des trésors de la forêt, des décorations de Noël…) ou bien l’actualité (la fête de la musique, Pâques, Halloween…), ou encore parce que cela vous donne des idées (les ustensiles de cuisine, une couleur en particulier, …).

Il est conseillé de choisir des objets qui ne sont pas dangereux pour votre enfant et bien entendu de rester à ses côtés lors de la manipulation afin de lui offrir un cadre sécurisé.

A quoi sert le panier aux trésors ?

C’est une excellente activité à proposer dès le plus jeune âge et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord en matière d’exploration sensorielle : votre enfant aura la chance de manipuler des objets de matières différentes et ainsi y associer une sensation tactile : c’est doux, c’est froid, c’est lisse …, un son : le tintement de la cloche qu’on secoue, le choc du bois sur le carrelage, ou le bruit feutré des doigts sur le tissu … une odeur : les feuilles de menthe, les pétales de la rose, le petit pochon avec de la lavande …, un détail visuel : c’est rouge, c’est rond, c’est pointu …Ainsi, grâce à la manipulation, l’enfant va étoffer et affiner son répertoire sensoriel.

En ce qui concerne le langage également, les paniers à trésors présentent un certain intérêt. En effet, un bébé de quelques mois qui ne parle pas encore a besoin d’un environnement riche et varié pour développer son langage oral et corporel. En présentant le panier aux trésors, l’adulte verbalise, que ce soit le nom des animaux pour les figurines, le nom des instruments, la couleur, la matière, mais aussi les sensations…

Enfin nous pouvons également évoquer la motricité fine.  A partir de 6 mois, le bébé utilise de plus en plus ses mains pour attraper les objets qui l’attirent. Le panier rempli de trésors va alors lui permettre d’affiner son geste et de muscler petit à petit ses mains, condition essentielle pour l’apprentissage de l’écriture quelques années plus tard. Et puis, saviez-vous que la main joue un rôle très important dans la construction de la mémoire ? En effet, certains mécanismes de mémorisation s’activent grâce à l’utilisation des doigts.

Que contient le panier actuel de Marius ?

J’ai donc glissé dans un panier tressé quelques instruments de musique que nous possédons à la maison :

– deux maracas en bois au son très doux

– un anneau en plastique transparent avec des billes à l’intérieur (ce n’est pas un instrument à proprement parler, mais il produit un son lorsqu’on le secoue, donc selon moi il a tout à fait sa place dans le panier de Marius)

– une flûte à coulisse. Bien entendu, Marius ne sait pas s’en servir, mais il est fasciné par cet instrument lorsque Zélie, Malo ou moi-même l’utilisons

– un bâton de pluie. Il s’agit d’un tube contenant plein de petites billes. Lorsqu’on le retourne, les billes qui descendent reproduisent le bruit de la pluie.

– une clochette dans une cage en bois

– un manche contenant plusieurs clochettes

– un petit djembe

Je place le panier sur le tapis d’éveil de Marius soit devant lui s’il est assis, soit à proximité s’il est allongé (pour l’inciter à se mouvoir) et je le laisse explorer à sa guide (en surveillant toutefois qu’il ne mette pas certains instruments à la bouche). Il développe naturellement des préférences pour certains instruments et notamment la petite cage contenant la clochette.

Je nomme les instruments, non pas dans l’idée qu’il sache restituer les mots, je rappelle que Marius n’a que 6 mois, mais parce qu’il est essentiel de plonger l’enfant dans un bain de langage très riche et ce dès la naissance. Marius, comme tous les bébés, est très sensible à la voix et il écoute ce que je dis, observe les gestes que je fais avec les instruments. 

Vous aurez certainement remarqué que ce panier contient essentiellement des instruments de la famille des percussions. Cela n’est pas un hasard, au contraire. En effet, ce sont les instruments les plus faciles à manipuler par les bébés : ils les secouent, les frappent et c’est ainsi que le son se produit alors que les instruments à cordes et à vent demandent bien davantage de dextérité. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.