J’ai toujours adoré la lecture, le livre en tant qu’objet. J’ai appris à lire très tôt, vers 4 ans et depuis, je dévore un nombre inconsidérable de livres chaque mois. Il faut dire qu’à la maison, dans mon entourage, j’ai toujours été encouragée à suivre cette voie, au même titre que mes frères et soeur. Ma grand-mère possédait une bibliothèque contenant un nombre incalculable de livres pour les enfants mais aussi pour les grands et en grande passionnée elle nous a toujours expliqué qu’il fallait vouer un très grand respect à cet objet. Il faut dire aussi qu’à la maison, la télévision était absente de notre salon et ce jusqu’à mes 14 ans. Pour autant, son arrivée ne m’a jamais détournée de ma passion pour la lecture.

Livre, Lecture, Vieux, Littérature

Pendant l’enfance, je ne pouvais pas imaginer qu’il pouvait en être autrement pour les autres, aussi ai-je été très surprise à mon entrée au collège, d’être confrontée à des camarades de classe dont la simple évocation d’un livre à lire leur donnait des boutons. Ils se lançaient dans la lecture à contre-coeur, comme une punition.

« Les pauvres » … ai-je pensé. Lire n’est pas une contrainte, c’est une chance !

Aujourd’hui, maintenant que je suis devenue Maman, j’ai bien évidemment à coeur de transmettre à mes enfants cette passion pour la littérature et le goût de la lecture.

Néanmoins, je suis consciente que mon histoire n’est pas la même que la vôtre, et qu’il y a autant de rapports à la lecture qu’il y a d’individus. Peut-être avez-vous découvert les bienfaits de la lecture sur le tard, après avoir du avaler sans plaisir les livres obligatoires de votre scolarité ? Peut-être voulez-vous à tout prix que votre enfant aime la lecture alors que vous, ce n’est toujours pas le cas ? Ou bien peut-être ne voyez-vous pas l’intérêt d’aimer la lecture que l’on soit petit, ou grand ?

Quoi qu’il en soit, j’avais envie de partager avec vous les réflexions que j’ai menées depuis des années, bien avant d’avoir des enfants, sur l’importance de confronter les enfants et les livres.

Je vais commencer par un bref (second) retour en arrière. Pendant mes études, j’ai eu l’immense chance de faire un Service Civique dans une association qui s’appelle l’AFEV et qui a pour but de mettre en relation des étudiants bénévoles et des enfants en difficultés sociales et/ou scolaires. Cette expérience a été très riche de sens et mon premier souvenir dans cette association a été de voir qu’à l’intérieur des locaux nous possédions une petite bibliothèque de livres jeunesse. En effet, les étudiants avaient la possibilité d’emprunter ces livres, de même que nous les incitions à emmener les loulous qu’ils encadraient, dans les bibliothèques.

Récit, L'Histoire, Rêve, Dire

Les enfants qui faisaient l’objet d’un suivi par l’association étaient repérés par les équipes éducatives des écoles avec lesquelles on avait un partenariat. Après ce repérage, un rdv était pris avec les parents pour leur expliquer le but de l’association et obtenir leur accord. A la suite de cela nous mettions en relation l’enfant, avec son « parrain ».

L’intérêt de l’association n’était pas de faire du soutien scolaire. Ou plutôt ce n’était pas la priorité. Non, la priorité était d’ouvrir le regard des enfants, qui comme je le disais plus haut, sont dans une grande difficulté sociale ou scolaire, parfois même les deux. Souvent, malheureusement, ces enfants cumulaient également avec une grande précarité et une majorité d’entre eux n’avait jamais mis un pied dans une bibliothèque.

Je me souviens d’une discussion passionnée avec d’autres personnes en service civique avec moi concernant l’importance de la lecture (Amélie, si tu me lis ♥) et nous étions d’accord sur le fait que pour que l’enfant se sente concerné par la lecture il était nécessaire de faire entrer le livre dans l’enceinte familiale, et ce dès le plus jeune âge. Cette discussion a eu beaucoup d’échos en moi et m’a donné envie d’aller plus loin dans mes recherches. Je me souviens m’être dit que lorsque j’aurais des enfants, je ferai en sorte que le livre leur soit familier.

5 ans plus tard, Zélie est arrivée ♥ et je n’ai jamais oublié cette discussion.

1. Le livre et le tout-petit.

Difficile à concevoir pour certains, mais dans les familles où les enfants n’ont pas accès  à la lecture dès le plus jeune âge, ils ont tendance à sacraliser le livre, comme un objet de collection, d’une grande valeur. En bref, comme quelque chose qui n’est pas pour eux.

Apprentissage, Livre, Enfant, Bambin

Permettre aux plus petits de manipuler des livres, d’entendre des histoires, de tourner les pages et de toucher est selon moi la première étape dans le processus destiné à faire aimer la lecture. Alors dès le plus jeune âge proposons à nos bambins des livres adaptés à leur âge et leurs intérêts : peu de pages, des dessins simples, des livres cartonnés à l’épreuve de la délicatesse des enfants, des livres pour le bain, des livres doudou, des livres marionnettes, des livres à textures, avec des sons, des parfums … tout est bon pour nos bébés, à condition bien sûr de leur laisser les ouvrages à disposition pour qu’ils puissent les manipuler au gré de leurs envies. Actuellement l’offre des livres premier âge ne fait que croître, vous trouverez certainement votre bonheur

2. Pourquoi donner goût à la lecture ?

Lire des livres à son enfant et le laisser lire,seul, des ouvrages adaptés à son âge entraînent les mêmes conséquences positives.

– cela permet de développer la curiosité
– lire alimente l’imaginaire
– en lisant l’enfant s’ouvre au monde ou à d’autres univers. Son regard s’élargit et il découvre ce qui se passe ailleurs, dans le monde réel ou pas.
– lire permet de s’instruire et de se documenter, car la lecture ne s’arrête pas à l’histoire mais couvre également les documentaires qui passionnent très vite les enfants
– grâce à la lecture l’enfant peut aller plus loin dans un sujet qui le passionne
– l’enfant enrichit son langage grâce au vocabulaire utilisé dans les livres. Il n’est pas rare que mes enfants stoppent ma lecture pour me demander ce que veut dire tel ou tel mot. Et parfois je les entends le réemployer lors de leurs moments de jeu ou dans nos conversations.
– la lecture développe l’esprit critique et ça c’est quelque chose de primordial, ainsi l’enfant se fait sa propre opinion mais surtout il sait la défendre.
– si l’on a tendance à considérer la lecture comme une activité personnelle et individuelle, le rapport à l’autre n’est pas négligeable parce que les livres permettent une ouverture et un partage : donner son avis sur telle ou telle lecture, conseiller un ami, se souvenir avoir vu une situation similaire dans une histoire …
– pour les plus jeunes, la lecture est un excellent moyen de développer la motricité fine en tournant les pages
– le fait de lire des livres aux enfants ou de les laisser lire en totale autonomie leur permet aussi de développer leur capacité à soutenir leur attention.
– lire c’est se familiariser avec la structure du récit (logique et chronologique)
– et enfin, lire c’est aussi mieux se connaître soi-même à travers les diverses émotions que procure la lecture.

Décoration De La Pépinière, Peluche

3. comment donner le goût de la lecture ?

– mettre à disposition des enfants des livres de qualité et variés afin d’attiser leur curiosité. Il est important de bien choisir les livres que vous laisserez à hauteur de vos enfants au quotidien.
– fréquenter avec eux, des lieux remplis de livres : autour de chez vous il y a forcément une bibliothèque ou une médiathèque. Vous pouvez emprunter des ouvrages pour une durée déterminée, mais surtout il est possible de les consulter sur place et de laisser les enfants choisir les ouvrages qu’ils souhaitent feuilleter seuls ou que vous leur lisiez. N’hésitez pas à emmener vos enfants dans une librairie. Observer les enfants dans un tel lieu est très enrichissant car vous verrez ce qui les intéresse en ce moment.
– Montrer l’exemple. L’enfant a un esprit absorbant et se construit en observant les autres, et les parents en tout premier lieu. N’hésitez donc pas à lire devant lui, des livres pour vous, des revues, des journaux. Si l’enfant vous voit prendre du plaisir dans la lecture, s’il intègre le fait que la lecture fait partie de votre quotidien, il sera certainement plus enclin, naturellement, à se diriger vers les livres.
– proposer des ouvrages en rapport avec les passions ou les intérêt du moment, mais ne pas hésiter non plus à varier les styles et à injecter de la nouveauté pour attiser la curiosité.
– poser des questions aux enfants après la lecture d’un album : « as-tu aimé l’histoire ? » – « pourquoi? » – « comment aurais-tu réagi à la place du héros ? » Rien n’est plus important pour un enfant que de pouvoir donner son avis.
– mettre des livres dans toutes les pièces, même pour les trajets en voiture.
– lire à haute voix et surjouer les dialogues. Pour ma part je m’épanouis pleinement à lire certains albums comme une pièce de théâtre, il me faut de l’espace pour mes grands gestes, je module ma voix selon les personnages. Et les enfants le ressentent puisque ce sont les ouvrages qui sont le plus plébiscités.
– en parlant de lecture à voix haute, je ne peux que vous conseiller de continuer cette lecture même quand l’enfant est lecteur ! C’est un moment de partage et de reconnexion non négligeable.
– instaurer des rituels de lecture : le soir avant de se coucher, en rentrant de l’école, en attendant l’heure du repas …
– et surtout, SURTOUT ne pas forcer l’enfant à lire, c’est le meilleur moyen de créer un blocage 🙂

Fille, Enfant, Lecture, Livre, Sur

La lecture, qu’elle se fasse à voix haute par une tierce personne ou seul dans l’intimité est très importante pour toutes les raisons que je viens de vous citer mais avant tout pour le loisir ! Lire doit rester un plaisir.
De même qu’il n’y a pas de format plus important que les autres. Les bandes dessinées et les mangas sont de « vrais » livres au même titre que les albums ou les romans. Pas de panique si votre enfant préfère s’installer dans le canapé avec une BD, un jour il y a de grandes chances que son regard s’intéresse à un autre format.

EDIT : ma copine Claire du blog Rêves de Fripouilles a publié tout récemment un excellent article qui fait écho à celui-ci. Je vous invite chaleureusement à aller le consulter ici.

8 réponses pour “Comment donner à nos enfants le goût de la lecture ?”

  • On a le même rapport à la lecture , j’ai toujours dévoré énormément de livres! J’avais aussi comme objectif en tant que maman de faire aimer les livres à mes enfants. Je crois que c’est chose faite et j’en suis ravie. J’avais aussi l’idée d’écrire le même type d’article sur mon blog. Il est en cours d’écriture…

  • Je viens de laisser un commentaire chez Claire. Du coup j’enchaine . Ton article est super . Ma maman me rapportait toujours un petit livre (souvent des contes) quand elle faisait les courses. Et puis la lecture suivie du collège m’a braquée…c’est Harry Potter à sa toute première sortie qui m’a redonné le goût de la lecture. Et puis pendant mon burn-out et pour apaiser mes esprits j’ai dévoré des romans. Pour mes filles, on a toujours lu et lisons encore des livres chaque soir. Elles empruntent toujours le nombre maximum d’ouvrages mais on leur autorise à prendre un ou deux DVD dans le lot . Alors quand elles s’ennuient soit elles jouent aux legos soit elles s’installent et lisent tranquillement.

  • Merci pour ce bel article.
    Nous avons hérité de mes grands parents et arrière grands parents de nombreux livres, plus ou moins précieux. Nous avions nos livres bien sûr et ma maman nous avait abonné à l’école des loisirs au CP me semble. Je me souviens encore du premier livre arrivé avec la petite souris (un de mes rares souvenirs de ma petite enfance) et de la joie ressentie. Je l’ai transmis à mes enfants. Je lisais beaucoup, même pendant les recrées. Cependant mon frère, lui, lisait peu, à part quelques BD. Il a eu le déclic en rentrant à l’armée, tardivement donc. Maintenant il lit énormément. Avec le même context nous avons eu une expérience différente de la lecture.
    Maintenant que je suis maman j’ai 3 bibliothèques. Mon grand a beaucoup écouté d’histoire mais il a eu du mal à se mettre à la lecture seul de livre de « son âge » (même de bd) jusqu’à Harry Potter à ses 9 ans. Là il s’est mis à dévorer les livres, toutes sortes d’histoires, j’ai ressorti mes anciens école des loisirs et je réapprovisionne régulièrement sa bibliothèque. On verra le chemin pris par ses 2 petits frères mais ils ont une bibliothèque bien remplie eux aussi

    • Quelle jolie contribution, merci infiniment pour votre commentaire. C’est vrai que dans une même fratrie, le rapport à la lecture peut être différent. J’ai 4 frères et sœur et tous les 5 n’aimons pas la lecture au même niveau c’est rigolo. Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.